0 Shares 948 Views

“Le Syndrome de l’oiseau” : sous les ailes de Sara Giraudeau

Hélène Kuttner 23 janvier 2023
948 Vues

© Giovanni Cittadini Cesi

La comédienne Sara Giraudeau met en scène avec Renaud Meyer un texte vertigineux sur l’enfermement d’une jeune femme par un conjoint manipulateur. La comédienne interprète cette victime consentante avec Patrick d’Assumçao dans une atmosphère de conte fantastique, effroyable et pourtant si vraisemblable. Une réussite totale.

“Je sais ce qui est bon pour toi”

© Giovanni Cittadini Cesi

Eve, Sara Giraudeau, est une jeune femme soumise aux ordres de son conjoint. Elle déambule en nuisette et chaussettes claires telle une poupée obéissante, prépare la purée, lave le sol et fait la vaisselle. L’appartement qu’elle occupe avec Franck, qui se fait appeler Adam, comme dans le jardin d’Eden, est un sous-sol dont une des fenêtres, en hauteur, est grillagée. Seul Franck, Patrick d’Assumçao, a l’autorisation de sortir à l’extérieur, ce qu’il fait après avoir pris soin de menotter Eve pour qu’elle ne puisse s’enfuir. De toutes les manières la porte est verrouillée par un code secret, et dehors « c’est l’enfer, dangereux ». Franck veille sur la sécurité de sa jeune femme, le sol doit être brillant comme si Sara l’avait léché, le passé et le futur n’existent pas et il est formellement interdit de les évoquer dans ce présent paradisiaque. Eve est un oiseau qui joue au piano La Sonate au Clair de Lune de Beethoven, guette le moindre éclat du soleil à travers les barreaux, n’a d’yeux que pour son fils de 4 ans, enfermé lui-aussi, et que Franck connaît à peine.

Un texte subtil et puissant

© Giovanni Cittadini Cesi

Le texte de Pierre Tré-Hardy nous plonge au coeur de la dépendance d’une victime à son bourreau, par le biais d’une écriture subtile qui évite tout détail macabre ou grivois. Le couple à qui il donne vie s’aime, de toute évidence, même si l’on devine très vite l’autorité perverse du discours de l’homme et les évitements, les feintes de la femme pour éviter le conflit, la violence ou l’aveu. On songe à l’histoire terrifiante de Natascha Kampusch, la jeune Autrichienne séquestrée durant toute sa jeunesse en 2006 et qui réussit à s’enfuir, mais on songe à bien d’autres victimes inconnues et conditionnées par la même dépendance. Selon Sara Giraudeau, le titre de la pièce fait référence au Syndrome de Stockholm, le phénomène psychologique de connivence et d’empathie observé chez des otages ayant vécu longtemps avec leurs geôliers. La comédienne incarne cette jeune femme avec l’innocence et la folie nécessaires à sa survie, elle est fragile et forte à la fois, bouleversante. Pour incarner le rôle difficile de Franck, Patrick d’Assumçao est tout aussi magistral de puissance et de de perversité, de malignité et de violence. Dans le beau décor de Jacques Gabel, on suit ces deux comédiens en tremblant durant une heure et trente minutes, pratiquement sans respirer. C’est poignant.

Hélène Kuttner 

Articles liés

Marlene Dumas « open-end » : une subjectivité libérée
Art
123 vues

Marlene Dumas « open-end » : une subjectivité libérée

À Venise, au Palazzo Grassi, Caroline Bourgeois a assuré le commissariat d’une rétrospective-évènement mettant à l’honneur Marlene Dumas jusqu’au 8 janvier 2023. Ce sont les quatre dernières décennies de pratique et de vie de l’artiste qui se sont offertes...

L’Institut du Monde Arabe vous ouvres ses portes à l’occasion de son festival “IMA Comedy Club 2023”
Agenda
75 vues

L’Institut du Monde Arabe vous ouvres ses portes à l’occasion de son festival “IMA Comedy Club 2023”

À l’occasion du festival “IMA Comedy Club 2023”, l’institut du monde Arabe organise une journée portes ouvertes le mercredi 8 février de 10h à 18h. Les expositions : “Sur les routes de Samarcande. Merveilles de soie et d’or”, “Habibi, les...

Fiore Verde , le festival qui met en lumière les cultures italiennes au Parc de la Villette
Agenda
81 vues

Fiore Verde , le festival qui met en lumière les cultures italiennes au Parc de la Villette

“Fruit d’une maîtrise de l’italien aussi humble qu’approximative, Fiore Verde est né en mai 2022, en plein coeur du premier printemps post-pandémie et pré-toutlereste. On entend alors Thomas Mars (Phoenix) et Giorgio Poi magnifier de leurs voix le Haute...