0 Shares 1555 Views

Les grues de Mandchourie, folles de Chaillot

29 avril 2015
1555 Vues
photo_tite_V._Pontisso

Light Bird

Concept: Luc Petton

Chorégraphie, mise en scène: Marilén Iglesias-Breuker et Luc Petton

Avec Sun-A Lee, Yura Park, Gilles Noël, Luc Petton, Xavier Rosselle et les grues de Mandchourie

Assistant chorégraphique:Philippe Ducou

Recherche en studio: Sun-A Lee, Yura Park, Gilles Noël

Scénographie: Patrick Bouchain

Musique: Xavier Rosselle

Lumières: Philippe Berthomé

Costumes: Sophie Jeandot

Du 5 au 13 mai 2015

Réservation: 01 53 65 30 00

Durée : 1h10

Théâtre National de Chaillot
Place du Trocadéro
75016 Paris
M° Trocadéro

theatre-chaillot.fr

Du 5 au 13 mai 2015

Belle et gracieuse, la grue de Mandchourie (ou grue du Japon) affiche un gabarit impressionnant. C’est l’un des plus grands oiseaux du monde. L’équipe de Light Bird en compte six, pour une dernière création de Luc Petton avec des oiseaux vivants. Leur rencontre avec quatre danseurs humains, sur le grand plateau du Théâtre national de Chaillot, offre une bouffée de poésie exceptionnelle.

Le plumage en noir et blanc, la tête coiffée d’un élégant bonnet rouge, couronne qui lui confère une touche de noblesse – ainsi se présente grus japonensis. La Grue à couronne rouge, comme on l’appelle également, a une âme de danseur. Dans sa vie de migrateur entre la Sibérie, la Chine, la Corée et le Japon, les couples se forment et s’apprivoisent par la danse. Les parades nuptiales ont contribué à en faire un animal mythique. Son statut de passeur de frontières lui a donc valu plusieurs noms. Avec Luc Petton, elle arrive pour faire le lien entre la France et la Corée. Light Bird est un spectacle phare de l’Année France-Corée, une saison d’échanges culturels qui durera jusqu’en 2016.

Luc Petton est aujourd’hui reconnu comme « le chorégraphe aux oiseaux » et récompensé en tant que tel par les insignes d’Officier dans l’Ordre des Arts et des Lettres. Pourtant, Light Bird n’est que le troisième volet d’une aventure dans laquelle il réunit ses passions pour la danse et les oiseaux. C’est avec La Confidence des Oiseaux que Petton, toujours épaulé par Marilén Iglesias-Breuker, est lui-même devenu un mythe du paysage artistique. Avec Swan, il a poursuivi sur cette lancée. Aujourd’hui, il conclut. Sa trilogie fera date dans l’histoire de la danse et Light Bird en est le point d’orgue. Il n’y aura pas d’autres rencontres entre bipèdes et volatiles provoquées par sa compagnie, Le Guetteur.

Lus plus troisEst-il pour autant naturel de voir des oiseaux, eux-mêmes danseurs dans leur vie en liberté, intervenir dans un spectacle chorégraphique? Comme toujours chez Petton, les oiseaux sont libres de leurs mouvements et les humains doivent composer avec leurs réactions spontanées. La condition est une relation de confiance et d’amitié, ce qui implique un vivre-ensemble presque quotidien et des oiseleurs professionnels qui font le lien avec le monde des hommes. Dès la naissance des petits, il faut un travail complexe, pour arriver à un résultat de naturel et de simplicité sur scène.

Sarang et ombre de Sun-A by Arnaud LesageLight Bird explore de l’intérieur la relation entre l’homme et la nature. Les quatre interprètes, dont Petton lui-même (il remonte sur les planches, et là aussi c’est un événement!), incarnent cette ambiguïté d’homo sapiens, qui se projette dans toutes sortes de mythes liés à la nature, et a pourtant aujourd’hui besoin de venir au théâtre pour en redécouvrir la magie. Petton, Iglesias-Breuker et les trois jeunes danseurs, dont deux Coréennes, se laissent guider vers cette rencontre avec l’état naturel par un musicien contemporain comme dans une douce cérémonie shamanique.

On est certes au cœur d’une osmose entre l’Asie et l’Europe, mais jamais on n’y identifiera le moindre élément folklorique. Light Bird n’a pas pour ambition de s’ancrer dans une tradition culturelle des hommes, mais de survoler les frontières, comme ces grues au pas d’aristocrate. En Asie, elles symbolisent la longévité et la fidélité. Car elles peuvent vivre soixante ans, sinon plus, et n’envisagent l’existence qu’en vivant en couple. Leur fidélité est inébranlable. Pouvoir assister à leur apparition en vrai et en live dans un spectacle de danse, est un événement unique. A voir ici et maintenant ou jamais.

Thomas Hahn

[ Photos : © Virginie Pontisso, Arnaud Lesage]

Articles liés

Vernissages des galeries street art – Novembre 2021
Agenda
79 vues

Vernissages des galeries street art – Novembre 2021

Découvrez les vernissages qui auront lieu au cours du prochain mois dans les différentes galeries de street art à Paris Jeudi 28 octobre  Exposition collective – Hors Champ Du 28 octobre au 13 novembre Pdp Gallery 7 rue Froissart...

Vernissages des galeries parisiennes – Novembre 2021
Agenda
93 vues

Vernissages des galeries parisiennes – Novembre 2021

L’automne s’est déjà bien installé, un nouveau mois débute et les vernissages sont bel et bien au rendez-vous ! Découvrez les différentes dates de vernissages des galeries d’art parisiennes. Jeudi 28 Octobre Antoine d’Agata – Mexico, 1986-2021 Vernissage de 18h...

Marie s’infiltre au Studio des Champs-Elysées
Agenda
79 vues

Marie s’infiltre au Studio des Champs-Elysées

Tentez de devenir plus culotté que moi pendant une heure et demie ! Un seul mot d’ordre : l’audace en toute chose et sans limite. Voici le spectacle où tout est permis, vous n’êtes plus un simple spectateur… Je...