0 Shares 518 Views

Les Prix de la critique 2015

22 juin 2015
518 Vues
Dardanus-Raphael-Pichon-

Prix de la critique 2015

Le 22 juin 2015

www.syndicat-critique-tmd.fr

prixcritique140 journalistes français et étrangers, dont notre journaliste H. Kuttner, se sont réunis cette semaine pour délivrer les prix de la critique à la Philarmonie de Paris. Voici le palmarés.

Grand Prix du Syndicat de la critique 2015 dans la catégorie musique
Dardanus” dirigé par Raphaël Pichon et mis en scène par Michel Fau à l’Opéra de Bordeaux

Point d’orgue de la Résidence de l’Ensemble Pygmalion à Bordeaux, Dardanus marque une étape importante dans l’évolution musicale de Rameau. Au cœur de six tragédies, Dardanus est sans doute l’œuvre dans laquelle se perçoit pleinement le génie multiforme du compositeur. L’importance dévolue à l’orchestre dans l’accompagnement du chant atteint ici une pleine maturité. Le livret présente tous les « thèmes » de l’opéra à la française : l’amour contrarié, la vaillance du héros secrètement aimé, le magicien visionnaire ou les esprits infernaux.

Grand Prix du Syndicat de la critique 2015 dans la catégorie théâtre
Henry VI” De Shakespeare de Thomas Jolly

Thomas Jolly propose, à « la communauté éphémère » des acteurs et des spectateurs, dix-huit heures de représentation pour suivre presque pas à pas la vie du roi d’Angleterre Henry VI, à travers trois pièces et quinze actes, en côtoyant cent cinquante personnages, historiques ou sortis de l’imagination de l’auteur, en assistant à deux guerres et aux multiples conflits de famille qui ont émaillés les années de règne de ce roi trop bon et trop pieux.

Grand Prix du Syndicat de la Critique 2015 dans la catégorie danse
Disappearing Act” d’Hofesh Shechter

Installé à Londres, Hofesh Shechter, d’abord interprète puis chorégraphe, fonde sa compagnie en 2008 et propose dès lors des expériences d’une rare puissance, où les corps des danseurs comme ceux des spectateurs vibrent avec intensité. Sa danse tellurique, empruntant au rock, au folklore, comme à des formes plus classiques, produit des états de transe, de sidération.  Et si le spectateur est d’abord traversé par un courant électrique, il perçoit en sous-texte des notes de tendresse, d’ironie, voire de mélancolie. Hofesh Shechter, également compositeur des bandes-son de ses pièces, anime comme un chaman des expériences collectives et intérieures.


Prix Georges-Lerminier (meilleur spectacle théâtral créé en province)
Affabulazione” de Pier Paolo Pazolini

Meilleur spectacle étranger
La cerisaie” d’Anton Tchekhov

Prix Jean-Jacques Lerrant – Distinction révélation théâtrale de l’année
Manon Thorel dans “Henry VI

Prix du meilleur comédien 
Micha Lescot pour “Ivanov” à l’Odéon

Prix de la meilleure comédienne
Emmanuelle Devos pour “Platonov” à la Colline

Prix Laurent-Terzieff du meilleur spectacle de théâtre privé
The Servant” de Robin Maugham au Théâtre de Poche-Montparnasse

Prix de la meilleure création en langue française
Vanishing Point” de Marc Lainé

Meilleur créateur d’éléments scéniques
Laurent Pelly“, pour les décors et costumes de L’Oiseau Vert de Carlo Gozzi

Meilleurs compositeurs de musique de scène
Le groupe Moriarty pour “Vanishing Point“, conception et mise en scène de Marc Lainé

Meilleur livre sur le théâtre
Le théâtre du soleil, les cinquante premières années” par Béatrice Picon-Vallin (Actes Sud)


Grand Prix: Meilleur spectacle lyrique de l’année
Dardanus” dirigé par Raphaël Pichon et mis en scène par Michel Fau à l’Opéra de Bordeaux

Prix du meilleur spectacle lyrique créé en province
“Les caprices de Marianne” de Henri Sauguet

Distinction “Meilleure création musicale”
Penthesilae“, opéra de Pascal Dusapin

Meilleure créateurs d’éléments scéniques
Hélène Kritikos pour les costumes et Yann Chapotel pour la scénographie et la vidéo de “Avenida de los incas 3518″, opéra de chambre de Fernando Fiszbein

Personnalité musicale de l’année
Laurent Bayle, directeur général de la Cité de la Musique et président de la Philharmonie de Paris

Révélations musicales
Catégorie instrumentale: le Quatuor Hermès
Catégorie lyrique: le ténor Stanislas de Barbeyrac

Meilleurs livres sur la musique
Essai: “Listen to this, la musique dans tous ses états“, par Alex Ross (éditions Actes Sud)
Monographie: “Musique au château du ciel, Jean-Sébastien Bach“, par John Eliot Gardiner (éditions Flammarion)

Meilleure diffusion musicale audiovisuelle
DVD Lulu, opéra d’Alban Berg, Berg, direction musicale Paul Daniel, mise en scène Krzystof Warlikowski. Captation de la production du Théâtre de la Monnaie de Bruxelles.. (Éditions Bel air Classique).

Prix de l’Europe Francophone
Les joyeuses commères de Windsor, opéra d’Otto Nicolaï, direction musicale Christian Zacharias, mise en scène David Hermann, co-production avec l’Opéra de Lausanne (Opéra Royal de Liège Wallonie)


Intérprête danse de l’année 
Aurélie Dupont, ancienne danseuse étoile, pour ses adieux à l’Opéra de Paris dans L’Histoire de Manon (Opéra de Paris)

Personnalité chorégraphique de l’année
L’association des centres chorégraphiques nationaux (CCN)

Meilleur film sur la danse
Ouliana Lopatkina, la divine” de Marlène Ionesco (Delange Productions)

Meilleur livre sur la danse
L’incroyable histoire du cancan” par Nadège Maruta (Ed. Parigramme)

 

[source du texte et crédit visuel : communiqué de presse] 

Articles liés

Sarah McKenzie – New Morning
Agenda
54 vues
Agenda
54 vues

Sarah McKenzie – New Morning

Dans le sillon de Diana Krall, l’australienne Sarah McKenzie s’impose parmi les grandes voix du jazz. Elle surprend par la pureté de son timbre de voix et un phrasé swing naturel. Que dire de mieux, une voix à part,...

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise
Spectacle
154 vues
Spectacle
154 vues

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise

La Villette accueille la grande épopée indienne du Mahabharata, épurée par la main d’un artiste japonais majeur : Satoshi Miyagi. Un voyage à travers l’imaginaire de l’humanité et de notre enfance : « Ce Mahabharata – Nalacharitam » est une...

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique
Agenda
73 vues
Agenda
73 vues

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique

CARNIVAL, un conte de cirque d’Eugène Durif avec des personnages grotesques faits de plastique, pantins de colle et de pétrole d’or… Un cirque automate où fildefériste, jongleur, contorsionniste, clown, trapéziste, roue Cyr… se jouent d’un manège d’animaux en toc....