0 Shares 879 Views

Les Soliloques de Mariette au petit Montparnasse

28 novembre 2010
879 Vues
les-soliloques-de-mariette-affiche

 

La Mariette de Belle du Seigneur est le  témoin des intrigues amoureuses d’Ariane et Solal. Le fait d’avoir choisi de la porter sur scène, seule, témoigne déjà d’une belle mise en valeur de l’œuvre tout entière. Mariette est celle qui sait tout, qui devine tout, et qui porte un regard pragmatique sur la passion dévastatrice qu’Ariane vit avec le patron de son mari. Elle est le seul personnage du roman à faire preuve de bon sens. Au milieu des ridicules intrigues ayant lieu à la Société des Nations, c’est elle qui porte le discours politique et social le plus cohérent,  le plus fort. Et si l’on rit franchement de ce langage de bouchère, de la coquetterie de jeune fille de cette vieille dame ridée, on rit aussi de stupeur devant l’édifiante vérité que la plume d’Albert Cohen accorde à ce personnage.

Ajoutez à cela une interprétation d’une justesse étonnante, et une charge sentimentale forte portée par Anne Danais, et vous comprendrez qu’il ne faut absolument pas rater un spectacle aussi riche d’émotions, de réflexions et de beauté. Elle parvient parfaitement à restituer Mariette, cette vieille femme attachée à sa maison, qui parle seule dans sa cuisine, à qui veut bien l’entendre, c’est-à-dire à personne, et qui s’accommode de sa solitude avec une joyeuse résignation. Avoir donné un public à Mariette est un acte artistique profondément humaniste, et le public le lui rend bien, car rarement on a pu voir autant d’interaction et d’adéquation entre un public et un personnage seul en scène.

La mise en scène est parfaite, et restitue une cuisine de ménagère, avec sa table revêtue d’une toile cirée, ses étagères, son porte-manteau. On imagine dès lors la chaleur du poêle et la pluie battant au dehors, et mille et une choses caractérisant une telle œuvre dans l’imaginaire collectif. Ceux qui ont lu Belle du Seigneur sentiront sans peine la présence d’Ariane dans son bain à l’étage au dessus, et le poids de ses rêveries. 

Mariette était déjà un fantastique personnage romanesque, et Anne Danais la fait vivre avec une justesse étonnante, devant un public qui ne peut que lui en être profondément reconnaissant.


Sophie Thirion



Les Soliloques de Mariette
D’après Extraits de Belle du Seigneur d’Albert Cohen (avec l’aimable autorisation des éditions Gallimard)
Avec Anne Danais
Mise en scène Anne Quesemand
Lumières Samuel Zucca
Durée : 1h20


www.chatbleu.org/mariette


Jusqu’au 2 janvier 2011
Du mardi au samedi à 19 h
Matinée : dimanche à 15 h

Réservations :  01 43 22 77 74 ou sur le site de la fnac.

Tarifs : 30€ et 18 €
Collectivités : 22 €
-26 ans : 10 € mardi, mercredi et jeudi.

Théâtre du Petit Montparnasse
31 rue de la Gaîté
75014 Paris
Métro Gaîté (ligne 13), Edgar Quinet (ligne 6) ou Montparnasse (lignes 4, 6, 12, 13)

www.theatremontparnasse.com

 

Articles liés

“Main basse sur le magot” : succès et reprise au Funambule Montmartre !
Agenda
85 vues

“Main basse sur le magot” : succès et reprise au Funambule Montmartre !

Paris, années 1930, dans le monde des petites fripouilles. Le gus de Loulou est à l’ombre. Pour croûter propre, il lui faut de l’oseille, du flouze, du pognon. D’autant qu’il en doit un paquet à la bande de Pierrot...

Festival Photo Days du 1er au 30 novembre à Paris
Agenda
130 vues

Festival Photo Days du 1er au 30 novembre à Paris

Créé en 2020, Photo Days propose de fédérer tous les événements relatifs à la photographie et à la vidéo dans Paris du 1er au 30 novembre.  Fort du succès de sa première édition en 2020, Photo Days présentera du...

Le gala Hope invite les talents de la danse au profit de la recherche médicale
Agenda
178 vues

Le gala Hope invite les talents de la danse au profit de la recherche médicale

 L’AFM Téléthon organise le 21 octobre prochain une soirée exceptionnelle au Casino de Paris.  Jérôme Commandeur, le présentateur, rassemblera les grands noms : Alice Renavand, danseuse Etoile de l’Opéra de Paris, les chorégraphes Angelin Preljocaj, Marion Motin et Mehdi...