0 Shares 1569 Views

Luigia Riva, chorégraphe et plasticienne du mâle

29 novembre 2016
1569 Vues
ajout29_12_15_02web

Innesti

De Luigia Riva

Avec Benoît Maréchal,
Axel Léotard, Nans Martin, Camille Ollagnier,
Raphaël Soleilhavoup

Du 1er au 10 décembre 2016

Tarifs : 8 € – 35 €

Réservation
au 01 53 65 30 00

Durée : 1h10

Chaillot, Théâtre National de la Danse
1, place du Trocadéro
75016 Paris

M° Trocadéro
(lignes 6 et 9)

www.theatre-chaillot.fr

Du 1er au 10 décembre 2016

À Chaillot, l’Italienne présente Innesti, où les corps des danseurs ont de drôles d’excroissances et deviennent une œuvre d’arts plastiques en permanente transformation. Luigia Riva, chorégraphe radicale, s’intéresse aux représentations des genres. Dans ses étonnants spectacles, elle leur tend des pièges facétieux. Avec Innesti, le public est autant scotché que les danseurs.

Appelez ça comme vous voudrez : des boules, des boudins, des excroissances, des exo-muscles, des armures, des greffes (innesti, en italien)… Augmentés d’ajouts difformes, les corps des quatre danseurs forment quelque chose comme une caricature moquant certaines images d’Épinal d’une masculinité formatée. Le rugbyman, par exemple. Le gladiateur, le Minotaure…

Sculpture dansée

Innesti se décline en plusieurs tableaux et commence par une image de magma cosmogonique où les ajouts brouillent la perception. Où commence un corps vivant, où rentre-t-on dans l’excroissance qui le déforme ? Ensemble, la chair et le scotch forment un magma originel, épais et tenace.

Pendant longtemps, on guette en vain quelques signes d’anthropomorphie. Les greffes prennent le dessus, les corps sont dissimulés dans une sculpture tentaculaire et enroulée sur elle-même, baignée dans une lumière verdâtre qui accentue le mystère et crée des images à la Tarkovski. Riva tient là une œuvre dans l’œuvre, une sculpture, une installation… 

Un soupçon de surréalisme

Innesti-16-Theatre-National-de-Chaillot-01b-Luigia-Riva-768x768D’autres tableaux ne sont pas en reste. Quand chacun se présente en solo, comme dans un studio photo ou pour un défilé de mode, la masculinité est exacerbée.

Mais les corps semblent se dissoudre comme si le chorégraphe-plasticien s’appelait Salvador Dali. En travaillant sur le dur, on arrive au difforme… En effet, Riva est ici plasticienne, au moins autant que chorégraphe.

Les brillants danseurs, dont Nans Martin et Camille Ollagnier, se meuvent comme des poissons dans l’eau. Un paradoxe, puisque, dans la société que Riva remet en question, tout est fait pour offrir aux hommes un maximum de liberté de bouger.

Surpuissance corporelle

Innesti est une réplique à la pièce précédente de Riva, Inedito 2, duo féminin où la chorégraphe scotche les bras ou les jambes des interprètes pour créer une métaphore de la condition féminine dans la société actuelle.

Innesti-16-Theatre-National-de-Chaillot-02b-Luigia-Riva.-768x768La femme ligotée interroge, comme l’homme en apparente surpuissance corporelle, les stéréotypes des genres qui formatent les identités sexuées. Dans les deux pièces, le scotch brun est le même, pour refléter, au figuré comme au concret, le regard normatif sur les genres.

Seconde peau

À la fin, un cinquième homme monte sur le plateau, en sortant des rangs des spectateurs. Il contemple les armures laissées au sol par le quatuor qui vient de sortir, dénudé. Lui aussi se dévêtit et tente de se glisser dans un élément de cette étrange seconde peau.

Voilà tout un ersatz d’identité dans lequel il cherche à trouver sa place. La condition pour se sentir homme ? Peut-être, et plus encore. Axel Léotard est transgenre (il est aussi l’auteur du livre Mauvais genre) et met dans la balance sa différence et son individualité, face à une identité masculine schématique et artificielle.

Thomas Hahn

[Photo 1 © Luigia Riva / Photos 2 et 3 © Stéphane Bellocq]

Articles liés

Qui a tué Sara ? La nouvelle série Netflix à binge-watcher
Cinéma
76 vues

Qui a tué Sara ? La nouvelle série Netflix à binge-watcher

Entre suspense, drames et rebondissements, Qui a tué Sara ? est le nouveau thriller captivant mexicain qui cartonne sur Netflix et dont tout le monde parle. Sortie le 24 mars dernier, la série est toujours en tête du top...

MPablo : “J’aime définir mon univers musical par l’expression spleen urbain”
Musique
67 vues

MPablo : “J’aime définir mon univers musical par l’expression spleen urbain”

Artistik Rezo part à la rencontre de MPablo, récemment présenté par la scène musicale Les Cuizines. MPablo, comment définirais-tu le style de ta musique ? J’aime définir mon univers musical par l’expression “spleen urbain”. Ce sont deux mots qui cristallisent...

La Seine Musicale lance #RetourAuLive
Agenda
86 vues

La Seine Musicale lance #RetourAuLive

Le 13 mars 2020, La Seine Musicale fermait temporairement ses portes, laissant place aux reports et aux annulations de ses concerts. Un an plus tard, l’envie de retrouver le public et de rappeler que les émotions se vivent ensemble, en live,...