0 Shares 3079 Views

Maison de Poupée – Théâtre de la Madeleine

1 mars 2010
3079 Vues
audrey_tautou_theatre_madeleine

audrey_tautou_theatre_madeleine::

 

« Une femme ne peut pas être elle-même dans la société contemporaine, c’est une société d’hommes avec des lois écrites par les hommes, dont les conseillers et les juges évaluent le comportement féminin à partir d’un point de vue masculin. »


Ainsi parlait Ibsen de sa pièce Une Maison de Poupée, créée en 1879. Un point de vue révolutionnaire, qui lui valut les foudres de la censure – tant et si bien qu’il fut contraint d’écrire une fin alternative, plus respectueuse des conventions de l’époque. Une pièce où la femme est l’héroïne . Car si Nora commence par sacrifier son honneur pour sauver la vie de son époux, le cheminement intellectuel provoqué en elle tout au long de la pièce la pousse à commettre la faute ultime : quitter son mari pour vivre sa vie et apprendre à mieux se connaître. Un choix de liberté impensable dans cette société étouffante et cloisonnée qui est la sienne.

maison_poupee_-_theatre_madeleineUn décor chargé pour symboliser cette cage dorée dans laquelle vivent Nora et sa famille, jusqu’à la prise de conscience de la jeune femme. Entre les meubles et les babioles évoluent des comédiens au teint de cire et aux yeux trop maquillés, comme des marionnettes, des poupées qui obéissent aux conventions et aux lois établies par la société. Ce n’est que lorsqu’elle annonce sa décision de le quitter à Torvald que Nora se défait de ses atours trop chargés pour enfin devenir femme.


C’est aussi lors de cette scène qu’Audrey Tautou est la meilleure
. Elle se départ de son ton de voix trop haut, ralentit le débit de ses paroles pour articuler enfin, pose son jeu, ne fait plus qu’un avec son personnage. Dommage que cette adéquation ne se fasse qu’à la fin de la pièce : le reste du temps, la comédienne peine à trouver le ton juste, malgré toute sa bonne volonté. L’ensemble de la troupe adopte le bon rythme, entre frivolité de la société mondaine et gravité de la menace qui pèse sur tous.

Une production qui rend un bel hommage au texte d’Ibsen. À l’heure où les débats sur la maternité et la place de la femme dans la société font rage, il est crucial de voir ou de revoir ce chef-d’œuvre qui pose des questions que la société n’a, hélas, toujours pas su résoudre.


Audrey Chaix

 

 

Lire aussi sur Artistik Rezo, Une Maison de poupées au Théâtre Athénée Louis-Jouvet.

 


Retrouvez cet article sur Culture’s Pub !

 

 


Maison de Poupée
De Henrik Ibsen
Mis en scène par Michel Fau
Avec Audrey Tautou, Michel Fau, Pascal Esso, Sissi Duparc, Nicolas Woirion, Flore Woixel et les enfants


Jusqu’au 22 mai 2010
Du mardi au samedi à 21h, le samedi à 18h.
Durée : 2h sans entracte

Réservations au 01 42 65 07 09

Tarifs : de 20 à 47€

Théâtre de la Madeleine
19 rue de Surène
75008 Paris
Métro Madeleine (lignes 8, 12 et 14)


www.theatremadeleine.com

 

Articles liés

Découvrez “Routine”, le nouveau clip de Rathur en duo avec la chanteuse Clou
Agenda
51 vues

Découvrez “Routine”, le nouveau clip de Rathur en duo avec la chanteuse Clou

“Le clip Routine qui figure sur mon premier EP vient de paraitre. Je suis très fier de ce morceau enregistré en duo avec la chanteuse Clou. Je le trouve approprié à la couleur automnale qui s’installe. À l’envie de...

Rendez-vous au traditionnel marché de Noël du Collectif ISS
Agenda
52 vues

Rendez-vous au traditionnel marché de Noël du Collectif ISS

Vous recherchez des idées originales pour les cadeaux de fêtes de fin d’année? Le Collectif ISS organise son M-Art-ché ! Des œuvres originales, digigraphies, livres, sculptures… des artistes Stew, Koeurélé, Twopy, Jérôme Billa, Gérard Dumora et un invité spécial...

“Destination de nos lointains” de François Réau : une exposition immersive spatio-temporelle
Art
98 vues

“Destination de nos lointains” de François Réau : une exposition immersive spatio-temporelle

Je vous invite à découvrir l’exposition monographique de François Réau, Destination de nos lointains, exposée à la Fondation Bullukian jusqu’au 30 décembre 2022. Elle s’inscrit dans le programme Résonance de l’édition 2022 de la Biennale d’art contemporain de Lyon...