0 Shares 425 Views

“Nébuleuses” : un voyage mental surprenant

28 octobre 2015
425 Vues
nebuleuses

Nébuleuses

D’Andréas Becker

Adaptation, mise en scène et interprétation : Brigitte Mougin

Jusqu’à fin janvier 2016

Tous les jeudis et vendredis

Tarif : libre participation au chapeau

Réservation
au 01 45 40 05 08
ou au 06 52 80 95 40

Durée : 1h15

Le Khalife
102, rue de l’Ouest
75014 Paris

M° Pernety
(ligne 13)

Jusqu’à fin janvier 2016

Voilà l’histoire d’une femme qui nous apprend qu’elle a été une petite fille pour devenir une adulte, pas comme une autre, surmontant une épreuve terrible dans un voyage mental surprenant. Devient-elle le jouet de son hypersensibilité ? Dans la construction dont Brigitte Mougin nous fait les témoins, cette femme touchante n’offre-t-elle pas son trop-plein d’amour pour les personnages qui jalonnent le récit : ses mère et père, son fils, son “institution”, son copain, et elle ? Elle, étoile perdue au milieu de cette galaxie de l’enfermement, s’invente sa propre histoire à partir de fractions de sa réalité.
 
En adaptant et en jouant avec talent cette part de démesure, d’absurde et de rire au bord des larmes dont raffole visiblement Andréas Becker, auteur des Nébuleuses (Ed. La Différence, 2013), Brigitte Mougin nous démontre avec son exigence habituelle qu’elle peut aborder les auteurs contemporains les plus difficiles. Son adaptation, nous confie l’auteur lui-même, est absolument fidèle. Notons que c’est la première fois qu’Andréas Becker est joué au théâtre. “À la lecture de Nébuleuses”, nous dit la comédienne, “j’ai eu le même choc qu’avec le premier livre d’Andréas, L’Effrayable [Id., 2012]. J’ai été frappée par la façon très littéraire dont il peut déstructurer le langage et par sa noirceur optimiste qui sous-tend un texte qui est dramatiquement drôle et en conséquence très ouvert à l’interprétation”.

On pense naturellement à l’humoriste suisse Zouc qui interprétait une série de personnages, issus en partie de ses observations en hôpital psychiatrique. Cependant, Brigitte Mougin ne joue pas son texte en hallucinée. Elle nous montre avec sa vérité de comédienne qu’il y a de la grâce dans cette femme que le destin désarticule. Nous voilà happés dans son univers ténébreux. Il y a de l’émotion et du rire rentrés dans des situations hors de toute raison. Cette distanciation par l’humour dont Hara kiri se faisait le champion a un nom, c’est de l’humour noir. Brigitte Mougin transforme le tout en amour noir.

Le spectacle est joué dans une petite salle du XIVe arrondissement de Paris, Le Khalife. C’est le lieu de prédilection de la compagnie Les 3 Volets que Brigitte Mougin a fondée, où furent joués auparavant les spectacles de Jelinek ou de Nietsche. Depuis la rue, un escalier donne sur un ensemble de vieilles pierres, témoins du Paris chargé d’histoire, comme un lieu de théâtre coup de cœur comme l’étaient les caves à jazz des années d’après-guerre.

Patrick DuCome

 

Articles liés

KuB – Le webmédia de la culture en Bretagne
Agenda
27 vues
Agenda
27 vues

KuB – Le webmédia de la culture en Bretagne

Le média en ligne KuB (Kultur/Bretagne) incarne l’ambition de la Bretagne dans les domaines de la culture et des nouveaux médias. Sur KuB : des documentaires, clips, webcréations, films de fiction et plein d’autres œuvres en libre accès ! .  La...

JIFA 2019 – Journées internationales du film sur l’art – Auditorium du Louvre
Agenda
30 vues
Agenda
30 vues

JIFA 2019 – Journées internationales du film sur l’art – Auditorium du Louvre

Les Journées internationales du film sur l’art (Jifa) explorent chaque année le regard singulier posé par le 7e art sur le processus créatif et le rôle de l’art dans nos sociétés. Cette 12e édition reçoit un nouvel invité, le...

« En scène ! Portraits du cours Florent » – Studio Harcourt Paris
Agenda
34 vues
Agenda
34 vues

« En scène ! Portraits du cours Florent » – Studio Harcourt Paris

À l’occasion de la sortie de l’ouvrage Au cours Florent aux Editions du Chêne, Studio Harcourt Paris présente « En scène ! Portraits du cours Florent » avec plus de 60 portraits de Florentins. La rencontre entre le cours...