0 Shares 1458 Views

Olivier Broda

20 juillet 2009
1458 Vues
olivier

 

Olivier Broda n’est pas venu au théâtre directement. Au collège, il était déjà intéressé par le domaine de la vidéo et des arts plastiques, c’est d’ailleurs un de ses professeurs qui lui a donné le goût pour les mots et la littérature. Mais ce n’est qu’après le BAC qu’il commence la pratique du théâtre. A l’Université, il aménage ses études d’ingénieur pour pouvoir suivre des cours à hauteur de 20 heures par semaine. Puis, rapidement, il est embauché par le directeur de la maison de la Culture de Nevers en tant que comédien permanent de 2000 à 2009.

 
La compagnie du Temps pluriel

Il décide ensuite de monter sa propre compagnie, le Théâtre du Temps pluriel, en Bourgogne. Ce qui prime, c’est avant tout la parole, le travail sur le texte, la scénographie n’étant pour lui que quelque chose d’annexe. De ce fait, la contrainte financière, empêchant un recours trop lourd aux accessoires, peut avoir un côté bénéfique : « une décoration trop riche peu étouffer l’espace de la scène et gêner le travail du jeu » explique-t-il. Il préfère ainsi exploiter la scène comme un espace vierge et travailler sur la transposition poétique, car, selon lui « plus on fuit le réalisme, plus on touche à la réalité. »
 

Une quête sans fin du sens

Par le théâtre, ce qu’il cherche à accomplir, c’est avant tout une quête du sens. Mais une quête sans issue, sans réponses : « plus on a de réponse, indique-t-il, plus il faut fuir ». Il estime en effet que dans le travail de la scène, il faut toujours se remettre en cause, toujours se demander pourquoi l’on fait ce que l’on fait, comment on doit le faire, et pour qui.

Comédien pilleur

Quant au travail d’acteur, il l’envisage comme celui d’un pilleur. Il s’agit d’observer, encore et toujours, et de tout absorber, comme une éponge. Puis, la mise en place du jeu consiste à s’émanciper de ce que l’on puise chez l’autre pour créer, à partir de soi et à partir de ces éléments pillés au hasard, dans la rue, un univers particulier et ainsi raconter le monde. 

Jusqu’à la fin de juillet 2009 à Avignon et à la rentrée 2009, Olivier Broda interprète le rôle de Dorante, dans le Préjugé vaincu de Marivaux, mis en scène par Jean-Luc Revol

Olivier Broda est un artiste associé de la Maison de la Culture de Nevers et de la Nièvre, www.mcnn.fr

Quelles sont vos racines, réelles ou imaginaires ?

La conviction, la foi, l’honnêteté, la vie, le rêve…

 
En quoi aimeriez-vous vous réincarner ?

En servante de théâtre

 
Existe-t-il un espace qui vous inspire ?

L’océan.

Quelles sont vos obsessions et comment nourissent-elles votre travail ?

La remise en question, le doute. Mais il faut savoir mettre le doute de côté dans le travail, il ne faut pas douter sur scène.

 
Croyez-vous en l’existence d’un mot, d’un geste, d’un son, d’une image absolu ?

Je crois en la poésie.

Chloé Goudenhooft
 

Articles liés

Mes 5 films préférés avec Sara Forestier
Cinéma
530 vues
Cinéma
530 vues

Mes 5 films préférés avec Sara Forestier

À l’occasion de la sortie de Roubaix, une lumière, réalisé par Arnaud Desplechin, Lucile Bellan se mouille et détermine, dans l’ordre, son top 5 des meilleurs films interprétés par Sara Forestier. Numéro 5 : Primaire de Hélène Angel Souvent...

Le portrait de Dorian Gray à La Comédie Saint-Michel
Agenda
34 vues
Agenda
34 vues

Le portrait de Dorian Gray à La Comédie Saint-Michel

“Le seul moyen de se délivrer d’une tentation, c’est d’y céder” Oscar Wilde Alors que le jeune Dorian Gray pose pour un splendide portrait de lui-même, il est envoûté par les discours hédonistes d’un mystérieux dandy qui l’engage dans un...

La Passe Imaginaire à La Comédie Saint-Michel
Agenda
37 vues
Agenda
37 vues

La Passe Imaginaire à La Comédie Saint-Michel

Drame contemporain d’après l’oeuvre de Grisélidis Réal, écrivaine, peintre et prostituée suisse. La Passe imaginaire, œuvre maîtresse de Grisélidis Réal, écrivaine, peintre et prostituée suisse (1929- 2005), est le fruit d’une correspondance entretenue de l’été 1980 à l’hiver 1991 avec...