0 Shares 757 Views

Quai Branly : le retour du « Lièvre Blanc »

Thomas Hahn 11 juin 2019
757 Vues

Le Lièvre Blanc © musée du quai Branly - Jacques Chirac, photo Cyril Zannettacci

« Le Lièvre Blanc », spectacle pour tous les âges et nourri de mythes japonais et navajos, offre un ravissant théâtre musical chorégraphié, aux racines des grands récits de l’humanité. Avec héros, animaux, divinités et aventures, acteurs-danseurs, chanteurs, musiciens, masques et costumes, comme un salut venant des temps enfouis…

C’est un retour aux origines : le théâtre du Musée du Quai Branly, qui porte le nom de Claude Lévi-Strauss, fait aujourd’hui revenir le metteur en scène japonais Satoshi Miyagi, qui avait inauguré la salle de spectacles en 2006, avec son adaptation du Mahabharata. L’histoire du Lièvre Blanc se trouve dans le Kojiki, une collection des mythes sur la genèse du Japon, connue depuis le 8e siècle. Pour Lévi-Strauss, certains de ces mythes sont liés à d’autres, amérindiens. Par exemple, l’histoire de l’Oiseau-Tonnerre que la troupe de Shizuoka fait ici descendre sur le plateau.

Le Lièvre Blanc © musée du quai Branly – Jacques Chirac, photo Cyril Zannettacci

A la source des légendes

Pour l’anthropologue, ces légendes remontent à une source universelle de l’humanité, apparue à l’ère des glaciations : « Tout se passe comme si un système mythologique, peut-être originaire de l’Asie continentale et dont il faudrait rechercher les traces, était passé d’abord au Japon, ensuite en Amérique. »

Fragile lapin, encerclé par les varans, picoré par le castor, observé par les dieux… Ce lièvre a de très grandes oreilles, pointues et presque aussi longues que l’actrice sous le costume blanc. Des oreilles comparables uniquement à l’énorme bec de l’Oiseau-Tonnerre.

Entre ambiance péplum et dessin animé

Cette création, imaginée spécialement pour les dix ans du Quai Branly, est bien sûr un spectacle japonais avant tout. Les acteurs-danseurs du Shizuoka Performing Arts Center s’expriment en japonais (surtitré). Leurs corps sont japonais, et la musique aussi. Mais rythmes et les mélodies sont vifs, même pour des oreilles occidentales.

Dans leur splendeur, les masques reflètent le Japon ancien et moderne, mais tout autant l’Amérique Latine et même la Grèce antique. Après tout, la présence des musiciens et chanteurs, totalement intégrés dans le spectacle, ravive un art total, tel qu’il fut pratiqué autour de la Méditerranée, il y a deux-mille ans.

Le Lièvre Blanc © musée du quai Branly – Jacques Chirac, photo Cyril Zannettacci

Etre le fils du soleil

Avant que le Soleil ne reconnaisse notre héros humain comme son fils (ô combien d’épreuves a-t-il à surmonter !), les acteurs-danseurs accomplissent de véritables exploits en matière d’agilité, de souplesse et d’expressivité, à partir de l’art corporel japonais, que celui-ci se nomme Kyogen, Nô ou Kabuki. Mais ils trouvent des passerelles vers les codes européens, du théâtre masqué, et notamment de la Commedia dell’Arte. Cette traversée (et il est question de traverser des flots dans chacune des trois histoires qui font le spectacle) leur sied de façon si naturelle que Lévi-Strauss aurait été le premier à s’en montrer ravi.

Conclusion, en chœur : «  Nous dansons et nous jouons de la musique pour le Soleil ! » Et voilà. Si Paris renoue avec l’été, vous saurez donc à qui nous le devons : aux représentants du Hi no maru, le cercle du soleil, représenté dans le drapeau du Japon.

Thomas Hahn

Articles liés

Mes 5 films préférés avec Sara Forestier
Cinéma
527 vues
Cinéma
527 vues

Mes 5 films préférés avec Sara Forestier

À l’occasion de la sortie de Roubaix, une lumière, réalisé par Arnaud Desplechin, Lucile Bellan se mouille et détermine, dans l’ordre, son top 5 des meilleurs films interprétés par Sara Forestier. Numéro 5 : Primaire de Hélène Angel Souvent...

Le portrait de Dorian Gray à La Comédie Saint-Michel
Agenda
34 vues
Agenda
34 vues

Le portrait de Dorian Gray à La Comédie Saint-Michel

“Le seul moyen de se délivrer d’une tentation, c’est d’y céder” Oscar Wilde Alors que le jeune Dorian Gray pose pour un splendide portrait de lui-même, il est envoûté par les discours hédonistes d’un mystérieux dandy qui l’engage dans un...

La Passe Imaginaire à La Comédie Saint-Michel
Agenda
37 vues
Agenda
37 vues

La Passe Imaginaire à La Comédie Saint-Michel

Drame contemporain d’après l’oeuvre de Grisélidis Réal, écrivaine, peintre et prostituée suisse. La Passe imaginaire, œuvre maîtresse de Grisélidis Réal, écrivaine, peintre et prostituée suisse (1929- 2005), est le fruit d’une correspondance entretenue de l’été 1980 à l’hiver 1991 avec...