0 Shares 891 Views

Romain Daroles relève le défi de « Phèdre ! »

Hélène Kuttner 15 juillet 2019
891 Vues

©cloan_nguyen

C’est la révélation du Festival d’Avignon 2019 : une jeune acteur à l’accent ensoleillé nous invite à revisiter avec un humour potache et érudit la plus célèbre des tragédies de Racine, Phèdre. En jean et en baskets, armé d’un sourire désarmant et d’un tempérament comique affirmé, il se lance dans une conférence mi-savante mi-cocasse, citant Barthes et la mythologie, les règles de l’alexandrin coupé à l’hémistiche ou celle du « e « muet, tout en jouant tous les personnages à la manière de Bourvil, de Buster Keaton ou en chantant Claude François. Ce petit bijou signé François Gremaud est présenté dans la Sélection Suisse, produit par le Théâtre Vidy de Lausanne et va tourner toute la saison 2019-2020, pour finir en mai au Théâtre de la Bastille à Paris. Rencontre au coeur du festival.

A vous entendre dans ce spectacle en forme de conférence, on a l’impression qu’il a été écrit pour vous, comme si vous enfiliez un costume cousu sur mesure. Comment êtes-vous entré dans ce projet ?

-François Gremaud était tuteur de mon projet de fin d’étude à la Manufacture de Lausanne, qui était déjà une conférence. Quand Vincent Baudriller lui a proposé de monter cette création, il a tout de suite pensé à moi et à mon petit accent du Sud-Ouest qu’il affectionne. La première version durait 4 heures, et on a beaucoup retravaillé pour rendre ce texte vivant, avec cet effet d’immédiateté. C’est très important pour moi. C’est un texte taillé sur mesure mais avec les coutures assez larges pour pouvoir inventer chaque jour. Le texte que nous donnons sous forme de livre au public est la deuxième version. Mais le processus de création est un « work in progress » qui évolue aussi selon les représentations et la réception du public. C’est un travail d’orfèvrerie.

Quand vous apparaissez sur scène, on voit d’abord un acteur comique.

-C’est ce qu’on me dit ! C’est vrai que j’ai un tempérament plutôt joyeux, avec un visage et une gestuelle très mobiles. Mais on a voulu éviter la dichotomie comique/tragique. C’est une sorte de Janus : le tragique apparaît derrière le comique, là on on ne l’attendait pas. J’espère que le tragique n’en ressort que davantage.

Etes-vous au départ passionné par Phèdre ?

-Oui. Il y a une totale connivence entre François Gremaud et moi sur la question de l’oeuvre. En même temps, pour un comédien, il y a toujours un mélange de fascination et de peur face à la tragédie classique en alexandrins. Se coltiner « Phèdre » en solo est quand même un défi quand on a 26 ans. Claude François, Bourvil, font partie de mes « vieilles » références qui font un peu « patronage » mais qui me correspondent. Après, pour faire écho à une troupe que j’aime bien, les Tg.Stan, je ne suis pas en train d’incarner Phèdre ou les personnages de la pièce, je suis toujours en citation de ce qui est écrit. Je suis Romain qui joue Phèdre, tout comme Oenone, Thésée ou Panope. Cette distance me permet d’être moi-même, avec mon accent. 

Justement, quel a été votre chemin pour devenir comédien ? De la Gascogne à Lausanne en Suisse ?

– Après une jeunesse dans le Sud-Ouest, je suis passé par Nîmes où j’ai suivi une classe préparatoire littéraire, après un bac scientifique. Puis le Conservatoire du 6°arrondissement à Paris en théâtre dans la classe de Bernadette Le Saché, en même temps que je poursuivais des études de lettre à la Sorbonne. Quand j’ai passé les concours, c’est à la Manufacture, Haute Ecole des Arts de la Scène à Lausanne, que je me suis senti le plus libre de poursuivre mon cursus professionnel. J’avais besoin de m’éloigner de Paris. A Lausanne, tout est possible. Les Suisses romands ont fait de leur faiblesse une force. Pendant longtemps, ils ont copié le théâtre français et son histoire. Depuis l’émergence de la transversalité des disciplines, l’ère René Gonzales, les artistes suisses se sont approprié leur histoire et un vivier de créateurs a émergé. Les comédiens peuvent créer des projets, comme je l’ai fait avec « Vita Nova » que j’ai créé la-bas. Je n’aurai pas pu le réaliser à Paris où on est soit acteur, soit metteur en scène, soit chorégraphe. 

Ce projet était au départ destiné à un public scolaire ?

-Oui. Nous avons d’abord joué ce spectacle devant des classes, dans des lycées, car au collège c’est trop complexe. Se retrouver devant des élèves qui s’attendent à s’ennuyer dans une conférence sur Phèdre, c’était un défi que nous avons relevé. Sans rien brader, pas une syllabe des alexandrins de Racine ! Ils sont venus me voir à la fin, pour me dire « C’est trop beau ! On ne s’attendait pas à cela, on va le prendre à l’examen ! » On y a seulement mis du jeu, de la passion, de la pédagogie, pour les réconcilier avec la littérature. Quelque chose est passé. Je me suis aussi inspiré de mes professeurs, Patrick Dandrey, merveilleux enseignant de la Sorbonne, qui m’avait révélé l’alexandrin qui arrive au milieu de la pièce. C’est aussi un hommage à nos professeurs. Sans place le livre sur ma tête comme je le fais, les enseignants viennent souvent nous voir !

Quand on a 28 ans comme vous, quel effet cela fait de se produire au Festival d’Avignon, qui est une manifestation internationale ?

-Au moment où cela s’est négocié, j’ai ressenti une grande excitation. Puis au fur et à mesure des mois qui passaient, j’ai senti sur mes épaules une grande responsabilité. Je me suis préparé comme un athlète aux Jeux Olympiques. Depuis la générale, je suis dans un tunnel de bonheur, de joie. L’accueil de la presse, du public, est magnifique. Je sais techniquement que le spectacle fonctionne, après 200 représentations. Mais je reste toujours surpris de l’accueil du public. C’est très impressionnant.

Hélène Kuttner

 

Articles liés

Mes 5 films préférés avec Sara Forestier
Cinéma
495 vues
Cinéma
495 vues

Mes 5 films préférés avec Sara Forestier

À l’occasion de la sortie de Roubaix, une lumière, réalisé par Arnaud Desplechin, Lucile Bellan se mouille et détermine, dans l’ordre, son top 5 des meilleurs films interprétés par Sara Forestier. Numéro 5 : Primaire de Hélène Angel Souvent...

Le portrait de Dorian Gray à La Comédie Saint-Michel
Agenda
34 vues
Agenda
34 vues

Le portrait de Dorian Gray à La Comédie Saint-Michel

“Le seul moyen de se délivrer d’une tentation, c’est d’y céder” Oscar Wilde Alors que le jeune Dorian Gray pose pour un splendide portrait de lui-même, il est envoûté par les discours hédonistes d’un mystérieux dandy qui l’engage dans un...

La Passe Imaginaire à La Comédie Saint-Michel
Agenda
37 vues
Agenda
37 vues

La Passe Imaginaire à La Comédie Saint-Michel

Drame contemporain d’après l’oeuvre de Grisélidis Réal, écrivaine, peintre et prostituée suisse. La Passe imaginaire, œuvre maîtresse de Grisélidis Réal, écrivaine, peintre et prostituée suisse (1929- 2005), est le fruit d’une correspondance entretenue de l’été 1980 à l’hiver 1991 avec...