0 Shares 1002 Views

“So Schnell” inaugure la Danse au Festival de Royaumont

Fatma Alilate 6 septembre 2022
1002 Vues
"So Schnell" de Dominique Bagouet par Catherine Legrand © Fatma Alilate

"So Schnell" de Dominique Bagouet par Catherine Legrand © Fatma Alilate

A l’Abbaye de Royaumont, la pièce So Schnell de Dominique Bagouet (1951-1992) revisitée par Catherine Legrand – une de ses plus fidèles interprètes -, a ouvert la programmation Danse du Festival. Dans un cadre d’exception, douze danseuses et danseurs d’âges et de parcours différents ont ravivé l’ultime chef-d’œuvre d’un des plus importants chorégraphes de la danse contemporaine.

La magie est immédiate dans ce décor de plein air. C’est Hervé Robbe, le directeur du Pôle Chorégraphique de Royaumont, et Catherine Legrand, qui ont choisi cet emplacement inédit pour le Festival : les vestiges de l’église abbatiale – la tourelle d’angle du transept Nord de 40 mètres de hauteur – et la Fabrique qui a abrité après la Révolution française une filature de coton.

"So Schnell" de Dominique Bagouet par Catherine Legrand © Fatma Alilate

“So Schnell” de Dominique Bagouet par Catherine Legrand © Fatma Alilate

Si vite !

Le sujet de la pièce est une méditation sur le temps, son titre So Schnell signifie “si vite !” et provient de la Cantate BWV 26 de Bach (1724) aux paroles magnifiques : “Combien vaine, incertaine, est la vie humaine ! Naissant comme le brouillard, bientôt se dissipant, ainsi va notre vie ! (…)” A l’entrée des danseurs sur le plateau-pelouse, l’ambiance sonore est constituée d’un bruitage étonnant. Les bras répondent de plus en plus rapidement sous forme d’hélices. Laurent Gachet a enregistré des machines de l’entreprise textile familiale qui juxtaposait la maison d’enfance de Bagouet. Remixés, ces sons ont formé la composition Jack art song qui est à l’origine des trames de la construction chorégraphique. Cette polyphonie industrielle renvoie aussi à la Fabrique de l’abbaye. L’accompagnement musical dirigé par Thomas Poli alterne entre les jeux sonores et la partition de Bach. Nous entendons les craquements du vinyle enregistré en 1967 avec le chef d’orchestre Karl Richter. Bagouet aimait cette version tonique, enjouée qui contraste avec les paroles sombres et intenses. So Schnell est le reflet de l’existence qui file dans des mouvements amples ou séquencés. Dominique Bagouet se sait condamné à la création de cette pièce foisonnante. A partir de son histoire, il explore une thématique universelle, le passage du temps trop vite écoulé.

"So Schnell" de Dominique Bagouet par Catherine Legrand © Fondation de Royaumont

“So Schnell” de Dominique Bagouet par Catherine Legrand © Fondation de l’Abbaye de Royaumont

Dans la lignée de Bagouet

Les jeux de mains sur le visage marquent l’expressivité des sentiments : joie, gravité, mélancolie… Pendant les moments de silence, les danseurs restent pensifs. Le regard se porte sur l’horizon ou s’ancre dans le sol. L’humour et une certaine étrangeté jaillissent en duos ou en groupes sur un plateau qui s’étire le long de la pelouse, avec des traversées dynamiques et légères. Les interprètes de 21 à 61 ans sont complémentaires par de riches esthétiques corporelles. Une vitalité créative s’associe à la gestuelle perfectionniste inspirée de la danse néo-classique. L’écriture des années 1990 est extrêmement contemporaine.

Dans la lignée de Bagouet, Catherine Legrand accorde une grande confiance aux interprètes qu’elle met au cœur de la pièce, notamment par une mise en relief des mouvements. Elle est à l’écoute de la forme et des intentions. Depuis 2020, elle a gardé les mêmes danseurs qui ont plaisir à se retrouver dans un collectif constructif – ils ne sont pas d’une même compagnie – mais elle est très sollicitée par nombre de danseurs qui souhaitent absolument interpréter cette pièce intemporelle dont elle a conservé la chorégraphie et l’accompagnement musical.

"So Schnell" de Dominique Bagouet par Catherine Legrand © Fatma Alilate

“So Schnell” de Dominique Bagouet par Catherine Legrand © Fatma Alilate

Pour la première journée du Festival de Royaumont, la pluie était annoncée mais elle ne s’est manifestée que le matin pendant les répétitions en présence des visiteurs de l’abbaye – en cette période, les répétitions sont ouvertes à tous et c’est plaisant d’entendre les musiciens devant les ruines de l’église ou d’assister aux répétitions de So Schnell. Cette pièce à l’unique représentation a pu être proposée comme prévu, en plein air, face à un décor majestueux. Revisitée avec élégance et sobriété, c’est un hommage émouvant à un chorégraphe talentueux reconnu par de nouvelles générations d’interprètes.

Fatma Alilate

Autres dates pour la programmation Danse du Festival de Royaumont jusqu’au 2 octobre 2022

Samedi 10/09 à 17h30 Vaca – Anna Chirescu ; Dimanche 11/09 à 14h Vaca – Anna Chirescu

Samedi 17/09 à 14h30 Joule, in situ – Doria Belanger ; Samedi 17/09 à 16h Portraits – Rebecca Journo ; Dimanche 18/09 à 11h30 Main dans la main – Compagnie Affari Esteri ; Dimanche 18/09 à 14h Portraits – Rebecca Journo

Samedi 24/09 à 15h Métropole – Volmir Cordeiro

En parallèle du 10 au 18 septembre Installation Joule de Doria Belanger

Abbaye de Royaumont © Fatma Alilate

Abbaye de Royaumont © Fatma Alilate

 

Articles liés

“J’attends que mes larmes viennent”, le spectacle à ne pas manquer au Théâtre Monfort
Agenda
109 vues

“J’attends que mes larmes viennent”, le spectacle à ne pas manquer au Théâtre Monfort

“Je ne sais plus si c’est mon histoire que je vous raconte. Mais je vous assure que je suis sincère.” Qui est Kamel Abdessadok ? Homme français d’origine algérienne, entre deux âges… De multiples identités et autant de personnages,...

“Astrakan”, le film poignant de David Despesseville en salle dès aujourd’hui
Agenda
102 vues

“Astrakan”, le film poignant de David Despesseville en salle dès aujourd’hui

Samuel est un orphelin de douze ans à l’allure sauvage, placé depuis quelques semaines chez une nourrice, Marie. Cette dernière, qui se débat entre ses sentiments et son besoin d’argent, est mariée à Clément avec qui elle a deux...

Florian Nardone dans “Not All Men”, un spectacle hilarant à la Nouvelle Seine
Agenda
101 vues

Florian Nardone dans “Not All Men”, un spectacle hilarant à la Nouvelle Seine

Les adeptes d’Instagram le connaissent sous le pseudonyme de Violente Viande, sur le mode de la parodie, il y disait tout haut les pires horreurs sur le monde, le féminisme, le racisme ou l’écologie. Voici maintenant Florian Nardone de...