0 Shares 245 Views

Stanilslas Nordey nominé pour le Molière du metteur en scène pour Incendies (Wajdi Mouawad)

26 avril 2009
245 Vues
incendies2

Suite...

La pièce s’ouvre dans le bureau du notaire Hermile Lebel où les jumeaux, Jeanne et Simon s’entendent exposer les requêtes de leur défunte mère quant aux modalités de son enterrement. Elle ne veut que son nom soit gravée sur sa pierre tombale que lorsque ses enfants auront accompli une mission qui pourra la libérer enfin : partir à la recherche d’un père et d’un frère inconnus. Leurs outils sont un cahier et une blouse bleue. Pour rendre à Nawal, leur mère, les mots qu’elle a perdus, ils doivent partir à la recherche de son passé et découvrir qui était « la femme qui chante ». Qu’a bien pu lui arracher la voix, lui étrangler la gorge à jamais ? Parcours initiatique qui se transforme en récit de guerre, ce chemin les mènera jusqu’au Tribunal Pénal International, jusqu’à la vérité.

 

La scénographie en noir et blanc d’Emmanuel Clolus permet de rendre compte de la multiplicité des lieux par le jeu de lumières de Stéphanie Daniel. Peut-être Stanilslas Nordey a-t-il choisi ce code couleur ou plutôt ce code incolore parce qu’on ne peut pas non plus montrer ce qu’on ne peut pas dire. Les mots pourraient prendre feu comme l’exprime si bien Sawda, la compagne de route et de combat de Nawal : « J’ai vu le livre trembler dans ta main et j’ai imaginé les mots et les lettres chauffés à blanc par la colère ». Tout au long du récit, passé et présent se frôlent, mais l’habileté de la mise en scène fait qu’ils ne se rencontrent jamais. On erre avec les protagonistes, on cherche une cause à cette atroce absurdité de l’Histoire, mais on peut remonter jusqu’à la nuit des temps, on ne la décèlera pas. L’Homme la porterait-il en lui ? Alors pourquoi chercher les traces de cette douleur ? C’est la question qui réunit tous les protagonistes : « Pourquoi on fait tout ça ? pour se venger ? Non, c’est pour aimer encore avec passion (…), pour pouvoir encore faire l’amour » et peut-être aussi pour sauver la dignité des victimes.

 

Le metteur en scène, fils de Jean-Pierre Mocky n’a rien à envier à son père en termes de direction d’acteurs. Narwal apparaît à trois âges différents, interprétée par trois comédiennes d’une extrême justesse, et chacune avec sa sensibilité apportant un peu plus à la densité du personnage : de 14 à 19 ans, Charline Grand campe l’amoureuse, à 40 ans, au cœur du combat, Claire-Ingrid Cottenceau est la femme combative, et à 60 ans, Véronique Nordey est la femme qui devint muette de douleur. Il faudrait saluer la performance de chaque comédien avec peut-être une mention spéciale accordée à Laurent Sauvage qui nous démontre encore une fois ici sa capacité de changements de registres absolument inouïe. Notons également le décalage humoristique apporté par le notaire avec des expressions comme « On ne va pas aller jusqu’à Mathusalem ». Raoul Fernandez, déjà dirigé par Stanislas Nordey dans La puce à l’oreille de Feydeau aux côtés de Laurent Sauvage, s’était surtout fait remarquer dans Eva Peron de Copi, dans la mise en scène de Marcial Di Fonzo Bo. Félicitons également Frederic Leidgens et Serge Tranvouez qui interprètent dix personnages masculins à eux deux, Lamya Regragui dans le rôle de Sawda, la compagne de route, femme dans toute sa splendeur et enfin Damien Gabriac et Julie Moreau, les bouleversants jumeaux qui sont aussi deux jolies découvertes.

 

L’auteur de Rêves et futur artiste associé du Festival d’Avignon 2009 signe ici la seconde partie d’une « tétralogie de la mémoire » qui débutait avec Littoral (1997), suivi de Forêts (2003), autour de la question de l’origine. S’essayant au genre de l’auto-portrait, il se présente ainsi : « Wajdi Mouawad est libanais dans son enfance, français dans sa façon de penser et québécois dans son théâtre. Voilà ce qui arrive quand on est enfant à Beyrouth, adolescent à Paris et qu’on essaie de devenir adulte à Montréal ». Et c’est probablement encore lui qui parle à travers Narwal lorsqu’elle confie : « Je ne te raconte pas une histoire, je te raconte une douleur tombée à mes pieds ». Pour résumer cette fresque, Stanislas Nordey a su trouver les mots : « Le théâtre de Wajdi Mouawad est un théâtre de l’intime aux formes épiques ».

 

Incendies
De Wajdi Mouawad
Mise en scène de Stanislas Nordey

Avec Claire Ingrid Cottanceau, Raoul Fernandez, Damien Gabriac, Charline Grand, Frédéric Leidgens, Julie Moreau, Véronique Nordey, Lamya Regragui, Laurent Sauvage et Serge Tranvouez

Spectacle joué au Théâtre National de la Colline en octobre dernier.

 

Retrouvez cet article et la liste des nominés aux Molières 2009 sur www.kourandart.com

Articles liés

Sarah McKenzie – New Morning
Agenda
54 vues
Agenda
54 vues

Sarah McKenzie – New Morning

Dans le sillon de Diana Krall, l’australienne Sarah McKenzie s’impose parmi les grandes voix du jazz. Elle surprend par la pureté de son timbre de voix et un phrasé swing naturel. Que dire de mieux, une voix à part,...

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise
Spectacle
154 vues
Spectacle
154 vues

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise

La Villette accueille la grande épopée indienne du Mahabharata, épurée par la main d’un artiste japonais majeur : Satoshi Miyagi. Un voyage à travers l’imaginaire de l’humanité et de notre enfance : « Ce Mahabharata – Nalacharitam » est une...

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique
Agenda
73 vues
Agenda
73 vues

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique

CARNIVAL, un conte de cirque d’Eugène Durif avec des personnages grotesques faits de plastique, pantins de colle et de pétrole d’or… Un cirque automate où fildefériste, jongleur, contorsionniste, clown, trapéziste, roue Cyr… se jouent d’un manège d’animaux en toc....