0 Shares 499 Views

“The Normal Heart” : un poignant oratorio

Hélène Kuttner 20 septembre 2021
499 Vues

© Giovanni Cittadini Cesi

En 1981, une vague silencieuse commence à faire des centaines de victimes à New York, dans la communauté homosexuelle. Le temps de réaction des scientifiques et des politiques est beaucoup trop long selon l’écrivain et scénariste Larry Kramer, qui décide d’écrire cette pièce en 1984, avant de fonder l’association militante Act Up en 1987. Virginie de Clausade nous en propose pour la première fois une version française rondement menée avec une brochette d’acteurs sur-vitaminés, pour crier à la vie.

Un entre-deux entre vie et mort

© Giovanni Cittadini Cesi

Le décor est nu, mais coloré. Nous sommes dans la salle d’attente d’un hôpital new-yorkais, avec Ned Weeks, que campe Dimitri Storoge, avec un ami malade. Premiers signes de fatigue, premières lésions qui vont vite être examinées par le Docteur Emma Brookner, incarnée par Déborah Grall et dont le diagnostic tombe comme un couperet. A l’époque, le SIDA n’était pas encore nommé et on l’appelait “sarcome de Karposi” ce cancer qui s’attaquait de manière morbide aux homosexuels après leurs échanges sexuels. Dans la pièce poignante de Larry Kramer, l’auteur est représenté par son double Ned, un intellectuel homosexuel, révolté par la passivité, l’inaction et le manque de courage de ses amis. Il ira même jusqu’à fonder The Gay Men’s Health Crisis pour mobiliser les foules et les politiques, sans succès puisque qu’on va rapidement lui reprocher ses menaces et ses provocations de Cassandre affolant les troupes et perturbant l’épicurisme de ceux qui se mentaient à eux-mêmes.

Un châtiment divin

© Giovanni Cittadini Cesi

Il faut se rappeler de cette époque américaine, dominée par la présidence cinématographique républicaine de Ronald Reagan, et corsetée par la morale chrétienne qui considérait le SIDA comme une plaie fatale qui s’abattait sur un peuple de déviants. Le châtiment divin finit par égrener ses milliers de victimes, avant que l’État américain, politiques et scientifiques, ne se penchent vraiment sur cette question de santé publique. Les Français avançaient lentement sur un traitement, mais New York ne bougeait pas. Les homos pleuraient, se morfondaient, tombaient comme des mouches. “Le silence, c’est la mort !” hurlait Larry Kramer à l’époque, dont l’énergie et la rage secouaient administrations et journaux. Jules Pelissier (Félix), Brice Michelini (Tommy), Andy Gillet (Bruce), Joss Berlioux (Hicham) et Michaël Abitboul (Ben Weeks) complètent cette superbe distribution qui restitue ces combats dans leur actualité brûlante. Merci à Virginie de Clausade, adaptatrice et metteur en scène du projet, de faire vivre cette œuvre nécessaire et de rendre à l’auteur la pugnacité de son intelligence visionnaire.

Hélène Kuttner 

Articles liés

“Main basse sur le magot” : succès et reprise au Funambule Montmartre !
Agenda
85 vues

“Main basse sur le magot” : succès et reprise au Funambule Montmartre !

Paris, années 1930, dans le monde des petites fripouilles. Le gus de Loulou est à l’ombre. Pour croûter propre, il lui faut de l’oseille, du flouze, du pognon. D’autant qu’il en doit un paquet à la bande de Pierrot...

Festival Photo Days du 1er au 30 novembre à Paris
Agenda
130 vues

Festival Photo Days du 1er au 30 novembre à Paris

Créé en 2020, Photo Days propose de fédérer tous les événements relatifs à la photographie et à la vidéo dans Paris du 1er au 30 novembre.  Fort du succès de sa première édition en 2020, Photo Days présentera du...

Le gala Hope invite les talents de la danse au profit de la recherche médicale
Agenda
178 vues

Le gala Hope invite les talents de la danse au profit de la recherche médicale

 L’AFM Téléthon organise le 21 octobre prochain une soirée exceptionnelle au Casino de Paris.  Jérôme Commandeur, le présentateur, rassemblera les grands noms : Alice Renavand, danseuse Etoile de l’Opéra de Paris, les chorégraphes Angelin Preljocaj, Marion Motin et Mehdi...