0 Shares 1082 Views

Tout Dostoïevski vu par Charlie à la Cité Internationale

©Gilles Vidal

Charlie est le seul personnage du spectacle Tout Dostoïevski. Looser sympathique et pas moins cultivé, il se présente comme étant chargé, suite à une commande, de résumer toute l’œuvre du grand romancier russe. Et c’est parti pour une approche décalée et fantaisiste, qui invite finalement sur le fil de l’émotion à lire ou relire de toute urgence l’œuvre complète de cet auteur colossal.

Emmanuel Vérité, le comédien qui incarne Charlie, s’était précédemment emparé de Proust. Avec la même volonté de désacralisation, il veut en réalité apporter sa contribution à la transmission « des choses de la beauté » et rendre un hommage, sous des airs déjantés, à des figures artistiques majeures. Devant un monument comme Dostoïevski, d’emblée il s’écarte des chemins scolaires et explicatifs. Il joue sans limites de la spontanéité sur un mode de camaraderie avec la salle. Il fait monter sur scène une spectatrice, il distribue des gobelets de vodka à qui veut et s’adresse à son public avec simplicité, comme s’il improvisait la présentation de cet auteur qu’il ne sait par quel bout attraper.

© Gilles Vidal

Le spectacle se déroule ainsi, telle une conversation de potache qui néanmoins a incontestablement lu de bout en bout Crime et châtiment et Les frères Karamazov. Charlie se lance entre deux blagues sur des essais de résumés qui deviennent très vite des scènes d’humour revisitées à travers le prisme d’un narrateur d’aujourd’hui. Les passions, les délires et les tourments dostoïevskiens sont transposés comme si Charlie racontait un fait divers récent avec ses propres mots et ses propres références. A cet égard, l’inspecteur Colombo se trouve étonnamment convoqué et donne lieu  une séquence à la fois cocasse et pleine d’humanité.

Les digressions se succèdent, Charlie bricole par associations d’idées, il s’éloigne apparemment du sujet pour mieux y revenir et chante joliment avec un copain beau comme une figure d’ange de Dostoïevski surgi de la salle. Finalement, Charlie touche ses spectateurs ; il les remue, il les amuse avec ce qui ressemble à un bric-à-brac puis il les émeut quand on ne s’y attend plus et, avec un talent souple et franc, il réussit l’essentiel :  donner envie d’aller voir de près ce fabuleux auteur nommé Fiodor Dostoïevski que rien ne pourrait résumer et que tout pousse à lire ou à relire.

Emilie Darlier-Bournat

Articles liés

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma
Agenda
75 vues

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma

Thelma, deux voix en fusion, brutes et sensuelles, scandent comme un chant de guerre et les humeurs capricieuses des jours. Les rythmes ont le pas lourd, les basses tonnent dans la poitrine et la posture est ambitieuse. Tout commence sur les bancs de l’école...

Les musiques de Picasso – La nouvelle exposition du Musée de la musique
Agenda
130 vues

Les musiques de Picasso – La nouvelle exposition du Musée de la musique

Des premières scènes de vie gitane aux joueurs de flûte des années 1970, en passant par les saltimbanques musiciens, les guitares cubistes, les collaborations avec les Ballets russes ou les bacchanales, cette exposition explore la dimension musicale de l’œuvre...

Les “Tête-à-Tête” des Filles de la Photo : des entretiens pratiques et stratégiques pour les femmes photographes
Agenda
122 vues

Les “Tête-à-Tête” des Filles de la Photo : des entretiens pratiques et stratégiques pour les femmes photographes

Témoin des disparités entre femmes et hommes photographes dans leurs parcours de reconnaissance, l’Observatoire de la Mixité nous a permis de constater que les femmes photographes candidatent moins dans les domaines où les processus de sélection sont informels, dans des...