0 Shares 874 Views

Un Conte de Noël entre Tchekhov et Shakespeare

Hélène Kuttner 17 janvier 2020
874 Vues

© Simon Gosselin

Julie Deliquet et son collectif In Vitro se saisissent aujourd’hui d’un scénario de cinéma pour l’incarner au théâtre dans un espace bi-frontal ouvert à toutes les émotions et aux spectateurs. Dans une grande maison de famille, parents et enfants se retrouvent pour se déchirer avec passion, violence et amour. Un vrai bonheur.

Table ouverte

Le plateau s’ouvre à tous les vents, peuplé de reliques et de canapés défraîchis mais confortables, une méridienne aux tissus d’époque, un piano droit et des tables assemblées recouvertes d’une nappe à fleurs, avec un reste de vaisselle. Un aspect impressionniste et chaleureux de maison de vacances, entretenue délicatement par le maître de maison, Abel Vuillard, teinturier et féru de philosophie, incarné avec une magnifique présence par Jean-Marie Winling, et sa femme Junon, jouée par l’épatante Marie-Christine Orry. Pour reprendre les rôles incarnés à l’écran par Catherine Deneuve et Jean-Paul Roussillon, il fallait de grands acteurs. Ils sont là, ces parents orphelins de leur fils Joseph, enfant disparu trop tôt, que personne n’a pu sauver faute de moelle osseuse compatible, et dont le souvenir plane comme une faute originelle.

Shakespeare chez Tchekhov

© Simon Gosselin

On se croirait chez Tchekhov, chez des provinciaux qui fêtent Noël en famille, pour conjurer un nouveau malheur, celui qui frappe Junon, la mère, de la même maladie qui frappa Joseph. Quand commence la pièce, il est question de sauver Junon, gardienne mythologique de la famille et du mariage, par une greffe compatible provenant de la famille. Il y a bien Paul, le petit-fils, adolescent qui traverse une crise grave de schizophrénie et a failli tuer sa mère Élizabeth, la dramaturge qui a banni son frère Henri de la famille pour immoralité. C’est elle la gardienne du temple, louve intransigeante qui semble aussi gouverner son benjamin Ivan, tandis qu’Henri fait un retour fracassant dans la maison la veille de Noël. On l’aura compris, la famille est ici éclatée en mille morceaux, les personnages échangeant des répliques cinglantes comme des couteaux, souvent drôles et d’une acuité terrible, pour s’extraire d’un imbroglio de désirs et de frustrations, de récurrentes pulsions et de fantômes inquiétants.

Acteurs formidables

Julie Deliquet parvient à diriger ses comédiens avec une subtilité savoureuse, fruit d’un long et habituel travail d’improvisations qui les fait véritablement coller à leur personnage. Tous sont d’un naturel ébouriffant, jouant avec des tubes musicaux des années 70 qu’ils ont eux-mêmes choisis. Stephen Butel notamment est éblouissant dans la peau du frère banni, en débauché Dom Juan imposant sa petite amie au look de Brigitte Bardot, parfaite Agnès Ramy, le verbe haut et l’invective puissante. Hélène Viviès, Éric Charon, Julie André, Jean-Claude Laurier, Olivier Faliez et le jeune Thomas Rortais, tous sont immergés dans cette comédie grave qui vire au drame shakespearien avec poignard et jus de tomate, jouissant des joutes verbales au brillant lumineux, souffrant l’enfer des rivalités et des jalousies familiales, affichant jusqu’au bout des références littéraires et cinématographiques qui les font passer pour des héros. Une famille ordinaire, en somme, dont nous sommes les voyeurs amusés et inquiets.

Hélène Kuttner

Articles liés

Les musiques de Picasso – La nouvelle exposition du Musée de la musique
Agenda
52 vues

Les musiques de Picasso – La nouvelle exposition du Musée de la musique

Des premières scènes de vie gitane aux joueurs de flûte des années 1970, en passant par les saltimbanques musiciens, les guitares cubistes, les collaborations avec les Ballets russes ou les bacchanales, cette exposition explore la dimension musicale de l’œuvre...

Les “Tête-à-Tête” des Filles de la Photo : des entretiens pratiques et stratégiques pour les femmes photographes
Agenda
76 vues

Les “Tête-à-Tête” des Filles de la Photo : des entretiens pratiques et stratégiques pour les femmes photographes

Témoin des disparités entre femmes et hommes photographes dans leurs parcours de reconnaissance, l’Observatoire de la Mixité nous a permis de constater que les femmes photographes candidatent moins dans les domaines où les processus de sélection sont informels, dans des...

Rag’n Boogie : Sébastien Troendlé au cœur d’un spectacle musical Boogie-Woogie aux Trois Baudets
Agenda
74 vues

Rag’n Boogie : Sébastien Troendlé au cœur d’un spectacle musical Boogie-Woogie aux Trois Baudets

Sébastien Troendlé, pianiste virtuose, se joue de partitions diaboliques tout en donnant vie, par la voix et le jeu théâtral, à une foule de personnages attachants : c’est rare et tellement réjouissant ! Il y a de l’intelligence et...