0 Shares 2963 Views

Yasmina Reza fait « Bella Figura » au Rond-Point

Hélène Kuttner 15 novembre 2017
2963 Vues
bella figura pascal victor theatre critique theztre du rond point artistik rezo paris

©Pascal Victor

On n’est jamais mieux servi que par soi-même. Au Théâtre du Rond-Point, Yasmina Reza monte l’une de ses dernières pièces, « Bella Figura », que Thomas Ostermeier avait créée à la Schaubühne de Berlin. Parmi une belle brochette d’acteurs, Emmanuelle Devos explose dans un rôle de paumée aguicheuse qui propulse son monde dans un vertige abyssal.

Foudroyer les apparences

Rien de tel que la banalité du réel pour émoustiller Yasmina Reza, qui s’amuse de sa plume acerbe à traquer le drame et la solitude des êtres sous le vernis de la bonne convenance sociale. « Bella Figura » fait exploser le vernis d’un quintette de personnages échoués sur le parking d’un restaurant chic de province. C’est là que Boris, entrepreneur au bord de la faillite (Louis-Do de Lenquessaing) débarque en compagnie de sa maîtresse Andréa, une préparatrice en pharmacie, qu’Emmanuelle Devos incarne magnifiquement, en robe ultra courte et talons aiguille rouge sang. Elle fulmine, tire sur sa cigarette, quand elle apprend que le restaurant a été recommandé par la femme de Boris.

bella figura pascal victor theatre critique theztre du rond point artistik rezo paris

©Pascal Victor

Choc postérieur

Quand ils décident de repartir dans le bolide jaune vif de Boris, une marche arrière brutale vient renverser une vieille dame venue dans cet endroit avec son fils Eric et sa belle-fille Françoise pour fêter son anniversaire ! Cerise sur la gâteau pour Boris, décidément malchanceux, Françoise se trouve être la meilleur amie de sa femme Patricia. Dans un décor délibérément ordinaire, terres pleins de béton et fauteuils de jardin, la convention sociale laisse place au ressentiment individuel, les conversations s’enflamment, l’ironie fuse, la rancoeur fait des ravages. Josiane Stoléru est formidable en belle-maman égarée, fragile et piquante, qui ponctue ses trous de mémoires par des assertions caustiques ou tendres, naufragée d’un présent qui lui échappe.

bella figura pascal victor theatre critique theztre du rond point artistik rezo paris

©Pascal Victor

Mélancolie rieuse

Avec Micha Lescot incarnant Eric, un technocrate brillant et narcissique et Camille Japy, son épouse effrayante et pitoyable, les comédiens tiennent chacun leur personnage, pris comme un gros poisson dans sa bulle de solitude. Les dialogues ne sont finalement que des monologues qui se croisent sans jamais se répondre. Naturellement, c’est souvent très drôle car nous les observons dans cet aquarium qui manque d’oxygène, où chacun suffoque. Mais c’est Emmanuelle Devos, royale et perverse, qui imprime son tempo à la pièce. Sa manière d’habiter le personnage d’Andréa, au fil d’un déséquilibre constant où elle se déhanche, tombe, bascule sur les gens ou sur les voitures, dans une séduction constante et désespérée, est impressionnante.

Hélène Kuttner

 

Articles liés

Élénie Sarciat : “Comme en danse, le mouvement permet d’ouvrir des possibilités de choix”
Spectacle
152 vues

Élénie Sarciat : “Comme en danse, le mouvement permet d’ouvrir des possibilités de choix”

Rencontre post-événement avec la danseuse Élénie Sarciat, grande gagnante des Prix de l’ICART 2021 : tremplin artistique destiné aux jeunes artistes émergents sur le territoire girondin. Elle revient ici sur sa performance et nous confie son rapport au mouvement,...

Réouverture de Fluctuart : 500 m2 de terrasse et rooftop en plein air
Agenda
146 vues

Réouverture de Fluctuart : 500 m2 de terrasse et rooftop en plein air

Fluctuart à ciel ouvert ! Le centre d’art urbain situé au pied du Pont des Invalides inaugure sa terrasse, avec un espace de plus de 500 m2 au fil de l’eau, un nouveau terrain de jeu pour les artistes....

Jean-Luc Valembois : “Chaque année, je parcours plus de 200 000 km à travers l’Europe pour acheter des œuvres”
Art
191 vues

Jean-Luc Valembois : “Chaque année, je parcours plus de 200 000 km à travers l’Europe pour acheter des œuvres”

Chaque année, Jean-Luc Valembois parcours l’Europe à la recherche de pièces uniques sur le thème de l’art cynégétique du 19ème siècle. Rencontre avec un chercheur d’art qui a fait de sa passion, son métier.  Pouvez-vous vous présenter ? Jean-Luc...