0 Shares 314 Views

« Paris reconnaissance » – Jim Dine – Centre Pompidou

Solène Chaillat 15 janvier 2018
314 Vues
Paris reconnaissance jim dine centre pompidou artistikrezo paris

Du 14 février au 23 avril 2018, le Centre Pompidou expose l’exceptionnelle donation que Jim Dine a faite récemment au Musée national d’art moderne et qui se compose de 28 œuvres, de peintures et de sculptures, réalisées entre 1961 et 2016. Un don par lequel, Jim Dine, comme il le dit lui-même, voudrait « rembourser la France d’une dette culturelle et personnelle », à savoir les nombreuses années passées à Paris qui lui ont permis d’accéder à « une esthétique » qui a éclairé ses choix. En saluant ce geste, l’exposition retrace de façon saisissante son parcours unique et toujours aussi fécond.

Jim Dine occupe une place à part dans l’histoire de l’art de plus d’un demi-siècle. Né en 1935 à Cincinnati, dans l’Ohio, il s’installe à New York en 1958 où il débute sa pratique artistique et se fait connaître par ses environments et happenings réalisés aux côtés de Claes Oldenburg. Figure centrale d’une pratique qu’on assimile sans doute trop rapidement au pop art, il s’en éloigne, reconnaissant encore aujourd’hui ce qu’il doit à l’œuvre de De Kooning et à l’expressionnisme abstrait. Durant les années 1970, il se tourne vers les pratiques du dessin et de l’estampe et entreprend une remise en question radicale qui l’amènera, dès la fin de ces années, à redecouvrir la figuration.

Au tournant des années 1980, Dine s’approprie les éléments stylistiques des cultures anciennes, les icônes artistiques et les images vernaculaires, développant une pratique attentive aux formes du passé et somme toute post-moderne, bâtie sur l’amour du travail manuel et imprégnée de symboles personnels. La donation, entièrement exposée, comprend les toutes premières œuvres dans lesquelles s’affirment le vocabulaire plastique et l’originalité des thèmes de l’artiste. L’outil y tient une place déterminante et donne d’emblée à l’œuvre une dimension spécifique, mêlant son histoire personnelle à une recherche identitaire qu’il n’abandonnera jamais. De splendides assemblages mariant les matériaux les plus composites illustrent le foisonnement des recherches de Dine au tournant des années 1970. Les motifs récurrents de son œuvre, cœurs, robes de chambre et autres objets du quotidien de l’artiste figurent aussi au nombre des pièces présentées. Les premières sculptures visitant les icônes de l’art comme la Vénus de Milo ou les masques du Fayoum côtoient les Pinocchio polychromes devenus autant de doubles de l’artiste. L’ensemble se compose également de ces treillis et autres paravents de métal auxquels Dine accroche, comme autant de reliques, ses différents objets et outils fétiches tels ces fragments de corps qui peuplent ses travaux antérieurs. Enfin, de grandes peintures d’une liberté et d’une richesse de matière aux tonalités à l’opposé des œuvres sévères et quasi monochromes des débuts de l’artiste, mettent en évidence sa liberté d’allure et le désir intarissable de fabriquer des œuvres exemptes de toute contrainte. Homme passionné et inquiet qui n’a jamais voulu se fixer quelque part, en perpétuel mouvement, il court – encore aujourd’hui – de par le monde, de l’Amérique où il est né et continue de vivre sporadiquement à l’Europe et la France où il ambitionne désormais de passer le plus clair de son temps. Car Jim Dine, on le sait, aime la France.

[ Source : Centre Pompidou ]


Retrouvez ici notre dossier sur toutes les expositions à venir du Centre Pompidou

Articles liés

« La marche forcée de l’art » – Colloque International aux Beaux Arts de Paris
Agenda
40 vues
Agenda
40 vues

« La marche forcée de l’art » – Colloque International aux Beaux Arts de Paris

« La marche forcée de l’art », 3e édition du colloque international des Beaux Arts de Paris se déroulera du mercredi 6 juin au jeudi 7 juin 2018… Depuis 2016, un colloque international annuel accueille pendant deux jours au printemps, artistes, professionnels et intellectuels du monde entier autour d’un thème synthétisant les enjeux spécifiques aux […]

Une exposition vente pour découvrir la richesse des métiers d’art
Art
176 vues
Art
176 vues

Une exposition vente pour découvrir la richesse des métiers d’art

Ce week-end, Métiers d’art fête ses 30 ans. Près de 150 créateurs exposent à Saint-Leu-La-Forêt, dans le Val d’Oise. En artisans, en artistes, en virtuoses ! « Gestes et matières » : une sortie familiale à programmer avec petits et grands. 30 ans de créations ! Cette manifestation est désormais incontournable dans le secteur des métiers d’art. Saint-Leu Art Expo, qui l’organise, fait partie de […]

Pascale Guthmann : « 30 ans de créations, fruits d’alchimies singulières de gestes et de matières »
Art
178 vues
Art
178 vues

Pascale Guthmann : « 30 ans de créations, fruits d’alchimies singulières de gestes et de matières »

Du 25 au 27 mai, Métiers d’art célèbre ses 30 ans. Près de 150 créateurs exposeront à Saint-Leu-La-Forêt, dans le Val d’Oise. Rencontre avec Pascale Guthmann, présidente de l’association organisatrice Saint-Leu Art Expo. Pouvez-vous nous présenter Saint-Leu Art Expo ? Nous faisons partie des associations engagées en faveur du rayonnement des métiers d’art. Concrètement, cela signifie que nous favorisons la création et les rencontres pour […]