0 Shares 9 Views

Dreamlands – Centre Pompidou

Dreamlands Pompidou

Un siècle avant de devenir le titre de cette exposition, « Dreamland » fut le nom d’un parc d’attraction sur Coney Island, à New York, premier d’un genre promis à autant de prouesses techniques que d’extravagances ludiques. Ce « Pays du rêve », tout entier voué à la fête et à l’émerveillement, fut aussi un laboratoire de technologies de pointe, inaugurant la mode des gratte-ciels qui donnera son visage actuel à Manhattan.

Depuis, les hauts lieux de loisir et d’amusement, univers factices mais redoutablement attirants, ont fasciné assez d’architectes pour bouleverser le concept de « ville moderne ». C’est Las Vegas, empire du kitsch érigé en modèle d’efficacité. C’est Celebration, ville administrée par la firme Walt Disney. C’est Hollywood, capitale du cinéma propageant le mythe d’un monde de décors et d’inauthenticité. Et aujourd’hui c’est Dubaï, nouveau terrain de jeu pour architectes en quête de records…

Le parcours de l’exposition est très spectaculaire : maquettes, projections vidéo, œuvres plastiques et ambiance sonore plongent le visiteur dans une réflexion où démesure et modernité sont les maîtres-mots. Néanmoins, il se pourrait que « Dreamland » désarçonne quelques habitués du Centre Pompidou. Car le propos, à vrai dire, ne concerne que de loin la sphère artistique. En fait le constat objectif du phénomène urbanistique inspire à lui seul un tel vertige qu’à l’exception de quelques photos et vidéos, les œuvres d’art exposées ça et là – même signées Dali ou Picasso – paraissent bien anecdotiques. Pour une fois, le propos des artistes semble en dessous de la réalité.

Regard nouveau sur la ville

La vraie richesse de « Dreamland », c’est sa pertinence sociologique. Un siècle et demi après Marx qui déjà s’inquiétait de la transformation du Paris haussmannien, nous voilà plus que jamais plongés dans une ère où les loisirs et la consommation sont rois. De ce point de vue, ces villes entières bâties selon la seule règle du « mieux jouir » soulèvent bien des questions. La folie des grandeurs de quelques milliardaires ne pourrait-elle pas faire de ce rêve un cauchemar, en sacrifiant le charme de l’authentique aux attraits de l’artifice ? Pourtant les commissaires Didier Ottinger et Quentin Bajac ont veillé à ne pas réaliser une exposition militante, où des idées altermondialistes auraient triomphé de l’obscénité de ces « Dreamland » tapageurs. Au contraire, exposant des faits plus que des arguments, ils laissent le visiteur choisir entre fascination et indignation. Une démarche appréciable à une époque si propice à nous priver de notre libre-arbitre.

Le Centre Pompidou, une fois n’est pas coutume, consacre sa galerie la plus spacieuse à une exposition qui tient plus de l’étude urbanistique que de l’histoire de l’art moderne. Que les amoureux de l’art purs et durs passent donc leur chemin et se consolent avec l’exposition voisine sur Lucian Freud. Les plus curieux, voyageurs aguerris, citadins incurables et amateurs de jeux de construction, en revanche, trouveront ici largement de quoi porter un regard nouveau sur la ville… et sur le monde.

Grégoire Jeanmonod

{dmotion}xd9yjm{/dmotion}

Dreamlands

Commissaires : Didier Ottinger, directeur adjoint du Musée national d’art moderne, et Quentin Bajac, Conservateur au Musée national d’art moderne, chef du cabinet de la photographie

Jusqu’au 9 août 2010
Tous les jours de 11h à 21h, sauf le mardi

Tarifs: 10 à 12 euros (8 à 9 euros tarifs réduits)

Centre Pompidou
Place Georges Pompidou
75004 Paris
M° Hotel de Ville ou Rambuteau

www.centrepompidou.fr

[Visuel : Centre Pompidou © Courtesy Allan deSuza et Talwar gallery]

Articles liés

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe
Art
25 vues
Art
25 vues

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe

Pour sa 14e édition, le Festival des Photaumnales de Beauvais ouvre ses portes jusqu’au 31 décembre 2017. À partir d’archives et de collections privées, des photographes contemporains mettent en avant les territoires de la Martinique et de la Guadeloupe. Avec leur regard attentionné, les 36 photographes invités nous plongent d’emblée dans diverses époques et milieux. Issus […]

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes
Spectacle
30 vues
Spectacle
30 vues

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes

Echappés de « Musée Haut, Musée Bas » où ils figuraient en tant qu’oeuvres d’art, Sulki et Sulku sont les nouveaux héros de Jean-Michel Ribes incarnés par de jeunes comédiens épatants, Roman Cottard et Damien Zanoly. Des Bouvard et Pécuchet coincés dans une installation muséale contemporaine high tech qui n’arrêtent pas de jaqueter comme des coqs mondains. […]

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin
Agenda
36 vues
Agenda
36 vues

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin

C’est pas parce qu’elle est vieille et seule qu’on doit lui sourire bêtement. Entre comédie et drame, la pièce décrit le fossé parfois profond entre les solitudes et les politiques sociales plus électoralistes que sincères. Jeanne est une fonctionnaire à la retraite. Demoiselle, elle vit seule dans son appartement parisien en haut d’une tour. Son […]