0 Shares 2 Views

Henry Gaudier Brzeska (1891 – 1915)

gaudier_brzeska

 

Malgré sa courte carrière, Gaudier Brzeska (mort à 23 ans) s’est imposé dans l’histoire de la sculpture moderne et propose un art à la fois simple et épuré.
Influencé par Rodin, Constantin Brancusi ou encore Jacob Epstein, ses créations évoluent autour du portrait, du nu, de l’animal et des pièces décoratives. Sa technique, loin d’être précise, donne lieux à des croquis, plus probablement des esquisses dont le trait est fin et l’ensemble sommaire.

 

L’artiste fait abstraction des ombres et des reliefs et ne rentre jamais dans le détail si bien qu’il nous donne l’impression d’offrir « l’essentiel » à l’état pur sous des airs juvéniles voire naïfs. On tombe parfois même dans le symbolisme : la forme se substitue à la pensée. On pourrait imaginer qu’on lui ait demandé de tracer une silhouette sans jamais décoller du papier la pointe de sa plume. Cependant, que l’on ne s’y trompe pas, n’importe quel novice qui tenterait de reproduire un dessin à la manière de Brzeska trouverait sans doute la tache bien plus difficile qu’il n’y parait. Le défi est lancé.

 

La couleur quant à elle, malgré son explosion autour de 1905 avec le Fauvisme, est absente de ses productions. En revanche il empruntera les techniques du cubisme en 1914 grâce à l’utilisation de traits gras, raides et tranchants et aux figures arrêtées par un cadre qui rappellent les caractéristiques de ce concept.

 

Des ronds pour les joues, Des cercles pour les seins et des bras élastiques sont autant de fantaisies qui défient les lois de la proportion et des perspectives. La sculpture « les lutteurs » de 1913 en constitue un parfait exemple : on distingue deux silhouettes à l’horizontale qui ressemblent plus à deux corps entrelacés qu’à deux corps en posture de combat. La tension est seulement représentée par un simple croisement de bras qui nous fait doucement sourire…Sur certains dessins, des hachures donnent l’illusion d’un volume. Ceci devait certainement l’aider à concevoir et matérialiser, avant la taille de la pierre ou autre matière, la profondeur des creux et la rondeur des courbes. Quelques unes de ses sculptures sont travaillées de manière à laisser apparaitre les chocs et les entailles ce qui donne un aspect rugueux et brut, alors que d’autres sont toutes en rondeurs et plus harmonieuses.

 

Henry Gaudier Brzeska aurait mérité plus de temps pour faire évoluer son art… On reste quelque part, un peu sur notre faim.

 

Martin Kelly.

 

Henry Gaudier Brzeska au Centre Pompidou


Du 24 Juin 2009 au 14 Septembre 2009

Centre Pompidou
19, Rue Beaubourg, 75004 Paris
Tel : 01 44 78 12 33
Fax : 01 44 78 13 03

 

Horaires :

Le Centre Pompidou est ouvert tous les jours de 11h à 22h. Expositions Kandinsky et Calder : ouvert jusqu’à 23h à partir du 22 avril (dernière entrée 22h30). Fermé le mardi et le 1er mai.

Billet Musée et Exposition
Tarif plein 12€ ou 10€ selon période / tarif réduit 9€ ou 8 € selon période
Paris Museum Pass
Pass 2 jours : 30€ / Pass 4 jours : 45€ / Pass 6 jours : 60€

Articles liés

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe
Art
60 vues
Art
60 vues

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe

Pour sa 14e édition, le Festival des Photaumnales de Beauvais ouvre ses portes jusqu’au 31 décembre 2017. À partir d’archives et de collections privées, des photographes contemporains mettent en avant les territoires de la Martinique et de la Guadeloupe. Avec leur regard attentionné, les 36 photographes invités nous plongent d’emblée dans diverses époques et milieux. Issus […]

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes
Spectacle
70 vues
Spectacle
70 vues

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes

Echappés de « Musée Haut, Musée Bas » où ils figuraient en tant qu’oeuvres d’art, Sulki et Sulku sont les nouveaux héros de Jean-Michel Ribes incarnés par de jeunes comédiens épatants, Roman Cottard et Damien Zanoly. Des Bouvard et Pécuchet coincés dans une installation muséale contemporaine high tech qui n’arrêtent pas de jaqueter comme des coqs mondains. […]

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin
Agenda
40 vues
Agenda
40 vues

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin

C’est pas parce qu’elle est vieille et seule qu’on doit lui sourire bêtement. Entre comédie et drame, la pièce décrit le fossé parfois profond entre les solitudes et les politiques sociales plus électoralistes que sincères. Jeanne est une fonctionnaire à la retraite. Demoiselle, elle vit seule dans son appartement parisien en haut d’une tour. Son […]