0 Shares 129 Views

12 hommes en colère : un magnifique plaidoyer pour la vie

Hélène Kuttner 30 octobre 2017
129 Vues
12 hommes en colere spectacle theatre charles tordjman theatre hebertot artistik rezo paris

C’est un chef-d’œuvre de Réginald Rose, monté au théâtre en Amérique en 1953 et adapté pour le cinéma par le réalisateur Sidney Lumet, qui en fit un thriller fulgurant de vérité avec Henry Fonda. La pièce prend aujourd’hui une autre dimension dans la mise en scène de Charles Tordjman et avec 12 acteurs bouleversants. On ressort de là chaviré.

12 hommes en colere spectacle theatre charles tordjman theatre hebertot artistik rezo paris

Condamné à la chaise électrique

Nous sommes à la fin d’un procès qui se déroule à huis clos. Dehors, la chaleur est étouffante. Mais, à l’intérieur d’une salle du Palais de Justice, les esprits vont s’échauffer aussi jusqu’à bouillir. Il y a là douze hommes d’âges et de professions divers, tirés au sort pour juger un jeune homme pour le meurtre de son père. La chaise électrique l’attend si tous votent coupable. Nous sommes donc au dernier tour de table, alors que le président du jury récapitule les faits. Les preuves du meurtre, le couteau, les rapports violents entre le fils et le père, le vieux voisin qui s’est levé en entendant du bruit et la femme qui aperçoit la scène de l’autre côté du métro aérien. Tout concorde, tout accable la victime. Tout, sauf que le juré numéro 8, joué par Bruno Wolkowitch, ne lève pas le bras avec les autres en signe d’approbation de la culpabilité. Il doute, et va s’en expliquer aux autres, afin de les convaincre.

Condamné à la chaise électrique Nous sommes à la fin d’un procès qui se déroule à huis clos. Dehors, la chaleur est étouffante. Mais, à l’intérieur d’une salle du Palais de Justice, les esprits vont s’échauffer aussi jusqu’à bouillir. Il y a là douze hommes d’âges et de professions divers, tirés au sort pour juger un jeune homme pour le meurtre de son père. La chaise électrique l’attend si tous votent coupable. Nous sommes donc au dernier tour de table, alors que le président du jury récapitule les faits. Les preuves du meurtre, le couteau, les rapports violents entre le fils et le père, le vieux voisin qui s’est levé en entendant du bruit et la femme qui aperçoit la scène de l’autre côté du métro aérien. Tout concorde, tout accable la victime. Tout, sauf que le juré numéro 8, joué par Bruno Wolkowitch, ne lève pas le bras avec les autres en signe d’approbation de la culpabilité. Il doute, et va s’en expliquer aux autres, afin de les convaincre.

Quand le doute s’installe

Et c’est un fabuleux moment de théâtre et de vie. Ce juré, qui refuse de suivre le troupeau, va progressivement dérouler le fil d’une argumentation précise, basée sur un détail qui cloche. Et si le scénario bien huilé d’une culpabilité parfaite révélait au contraire d’énormes failles, des contresens d’envergure ? La pièce, à la manière d’une tragédie grecque, raconte comment on peut faire émerger une vérité dans un amas de mensonges qui arrangent tout le monde. Dans des décors sans grande fantaisie, les douze comédiens sont parfaits d’humanité et de vérité. Il y a le jeune ouvrier candide, le père de famille tyrannique, le cadre diplomatique, le chef d’entreprise qui perd son temps… Roch Leibovici est terrifiant de mauvaise foi, Claude Guedj désarmant de sagesse, Philippe Crubézy est un beau parleur un peu vain et Olivier Cruveiller enseigne à tous la politesse quand Francis Lombrail passe son temps à râler. Mais il faudrait tous les citer, dans leur lâcheté et leur courage aussi. Ce sont douze comédiens qui incarnent ce que nous sommes tous, suivistes et courageux, égoïstes et généreux. Quel beau spectacle que celui d’humains en train de décider, malgré eux, de la mort ou de la vie d’un autre. Quel grand moment où la liberté humaine prend tout son sens.

12 hommes en colere spectacle theatre charles tordjman theatre hebertot artistik rezo paris

 

Hélène Kuttner

[Photos © Laurencine Lot]

Articles liés

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe
Art
60 vues
Art
60 vues

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe

Pour sa 14e édition, le Festival des Photaumnales de Beauvais ouvre ses portes jusqu’au 31 décembre 2017. À partir d’archives et de collections privées, des photographes contemporains mettent en avant les territoires de la Martinique et de la Guadeloupe. Avec leur regard attentionné, les 36 photographes invités nous plongent d’emblée dans diverses époques et milieux. Issus […]

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes
Spectacle
70 vues
Spectacle
70 vues

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes

Echappés de « Musée Haut, Musée Bas » où ils figuraient en tant qu’oeuvres d’art, Sulki et Sulku sont les nouveaux héros de Jean-Michel Ribes incarnés par de jeunes comédiens épatants, Roman Cottard et Damien Zanoly. Des Bouvard et Pécuchet coincés dans une installation muséale contemporaine high tech qui n’arrêtent pas de jaqueter comme des coqs mondains. […]

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin
Agenda
40 vues
Agenda
40 vues

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin

C’est pas parce qu’elle est vieille et seule qu’on doit lui sourire bêtement. Entre comédie et drame, la pièce décrit le fossé parfois profond entre les solitudes et les politiques sociales plus électoralistes que sincères. Jeanne est une fonctionnaire à la retraite. Demoiselle, elle vit seule dans son appartement parisien en haut d’une tour. Son […]