0 Shares 940 Views

Bestie di scena ( Bêtes de scène ) – Emma Dante au Théâtre du Rond Point

Hélène Kuttner 15 janvier 2018
940 Vues

© Masiar Pasquali

Ils courent, sautent, s’entraînent devant nous comme une armée d’athlètes qui se préparent à résister, ou à l’exploit. 14 artistes affirment leur présence face à nous, qui prenons place, les lumières de la salle encore allumées. 

On songe au film « On achève bien les chevaux » dans lequel Sydney Pollack montrait des marathons de danse durant la grande dépression des années 30 aux Etats-Unis, avec des candidats qui dansent jusqu’à épuisement pour gagner de quoi survivre. Après un échauffement épuisant qui tire déjà les traits des visages en sueur, chacun des participants se déshabille, lentement, pour n’apparaître plus que dans sa totale nudité.

A quoi bon garder des vêtements, gardons notre corps qui nous appartient, quitte à pudiquement se cacher le sexe et les seins semblent penser ceux qui nous font face, regard grave et fixe, semblant revenus de tout. Leur appartient-il donc vraiment, ce corps unique, qui va maintenant obéir à des injonctions, des impulsions, des répétitions de mouvements comme des animaux de cirque ? On leur jette une citerne d’eau, une corde, une grande serviette dans laquelle ils s’enroulent un à un, le temps est chronométré comme aux Jeux Olympiques, mais la souffrance est de toute manière supérieure à la satisfaction de réussir l’exploit. Des serpillières pour éponger, puis des cacahuètes à manger, une épée, un hochet d’enfant.

© Masiar Pasquali

Terrain de jeu ou camp de concentration ? Paradis ou enfer, que cette concentration d’individus abêtis, abrutis, réduits à l’état d’animaux qui n’ont même plus d’identité propre que leur corps qui leur échappe ? Ajoutons que le spectacle est totalement frontal, et opère par une interaction constante avec le public, yeux dans les yeux. Certaines images, notamment celle des corps pressés les uns contre les autres, sont saisissantes. D’autres scènes, comme celle du singe, cocasses, sont plus faciles. Mais il faut avouer que la sincérité et l’engagement des artistes, qui se mettent à nu pour de bon, est à saluer. Car cet engagement dépasse de loin celui de la simple exhibition, pour exprimer la souffrance et la rage d’exister.

Hélène Kuttner

A découvrir sur Artistik Rezo :
– Avignon 17, cinquième épisode : la revanche des corps,
Hélène Kuttner

Articles liés

MÉMO: Immersion dans la culture hip hop
Art
503 vues
Art
503 vues

MÉMO: Immersion dans la culture hip hop

Du 2 février au 31 mars 2018, la culture hip hop investit le Pavillon Baudouin à Paris. L’occasion de revenir sur ce mouvement qui fêtera bientôt ses cinquante ans. Aujourd’hui, on ne compte plus le nombre de lieux dédiés à la culture urbaine (le 104, l’Aérosol, l’association Hip Hop citoyen, ou encore plus récemment le centre […]

Par nos chemins noirs – Cie Musique en perspective – Mairie du 3éme
Agenda
36 vues
Agenda
36 vues

Par nos chemins noirs – Cie Musique en perspective – Mairie du 3éme

La compagnie “Musique en perspective” soutient la création d’évènements artistiques: concerts, opéras de chambre, spectcles muicaux qui relient la musique à d’autres formes d’art comme la littérature, la poésie, les arts plastiques, la vidéo. La compagnie existe depuis le début des années 1990 et a donné ses spectacles en région Île de france, Bretagne et […]

Trois Sacres – Théâtre du 13éme art
Agenda
80 vues
Agenda
80 vues

Trois Sacres – Théâtre du 13éme art

Vous la connaissez comédienne, découvrez-là danseuse. Pour ce spectacle, Bérénice Bejo s’associe au chorégraphe Sylvain Groud. À la faveur d’un renversement, le corps masculin est présenté au regard d’une femme. Trois Sacres éprouve les mécanismes d’attraction, donne la parole au désir féminin. Servi par la force d’un triptyque: la musique tellurique du Sacre du Printemps, […]