0 Shares 61 Views

Sankai Juku : Sept danseurs-moines aux Gémeaux de Sceaux

Ushio Amagatsu

Sankai Juku : Sept danseurs-moines

Chorégraphie et conception de Ushio Amagatsu

Musique de Takashi Kako, Yas-Kaz, Yoichiro Yoshikawa 

Lumière : Satoru Suzuki

Son : Junko

Avec Ushio Amagatsu, Semimaru, Sho Takeuchi, Akihito Ichihara, Ichiro Hasegawa, Dai Matsuoka, Norihito Ishii, Shunsuke Momoki

Durée: 1h25

Sceaux, Théâtre Les Gémeaux

Vendredi 16 mai 20h45
Samedi 17 mai 20h45
Dimanche 18 mai 17h00

www.lesgemeaux.com

Grenoble, MC2

Mardi 13 mai 20h30
Mercredi 14 mai 19h30

www.mc2grenoble.fr

Théâtre de St Quentin en Yvelines

Mardi 20 mai 20h30
Mercredi 21 mai 20h30

www.theatresqy.org

Scène nationale de Sète

Samedi 24 mai 20h30

www.theatredesete.com

Limoges, Opéra

Mardi 27 mai 20h30
Mercredi 28 mai 20h30

www.operalimoges.fr


Comme nul autre, Amagatsu sait provoquer une sensation de frayeur à travers le sublime. Beau et effrayant à la fois, un danseur de Sankai Juku ne possède ni sexe ni chair. Il est le cri muet du tableau d’Edvard Munch, devenu faisceau de lumière. Dans ses rites blanchâtres, Amagatsu n’est pas immatériel, il est en transition. Le corps contient ce qu’il était et ce qu’il deviendra. 20 ans plus tard, les premiers spectateurs se souviennent toujours aussi vivement des danseurs suspendus par les pieds.

Le butô émergea dans le Tokyo du début des années 1960. Pourquoi a-t-on mis vingt ans avant de le découvrir? Vue depuis l’Europe, il s’agit d’une danse venue d’une île mystérieuse et donc d’une histoire artistique d’avant la mondialisation. Vu du Japon, c’est moins sûr. Le butô est une forme à moitié occidentale sous forte influence de l’expressionisme allemand et d’Antonin Artaud. Et Amagatsu s’est formé en ballet et danse moderne avant d’explorer la tradition chorégraphique et spirituelle de son pays. Mais au grand dam de Tatsumi Hijikata, père fondateur du butô, il a rapidement cherché à plaire au public occidental, avec le succès que l’on sait.

UmusunaL’influence expressionniste, évidente chez Hijikata, a laissé la place, chez Sankai Juku, à des images spirituelles, à un reflet de l’âme humaine dans son lien avec le cosmos. Les premières créations d’Amagatsu pouvaient investir l’espace public, les danseurs étant suspendus par les pieds, la tête en bas. Ces performances plutôt grinçantes ont cessé après la chute mortelle d’un danseur en 1985.

Aujourd’hui, la tragédie de Fukushima inspire à Amagatsu une création dont le titre signifie « Mémoires d’avant l’histoire », histoire de lancer comme un appel à tous les hommes de la terre à méditer sur l’équilibre de la nature, sur la mort et nos émotions fondamentales.

Thomas Hahn

Articles liés

6e Dimension : Humour, contes et hip hop
Spectacle
138 vues
Spectacle
138 vues

6e Dimension : Humour, contes et hip hop

La Villette présente, pour une série conséquente, la nouvelle création de Séverine Bidaud : « Dis à quoi tu danses ? » La Petite fille aux allumettes, Le Petit chaperon rouge et Le Vilain Petit Canard sont les invités surprise d’un spectacle plein d’humour et de finesse. Voilà la question de la saison des fêtes : On joue ? On conte ? […]

UMA, le musée universel en ligne
Art
229 vues
Art
229 vues

UMA, le musée universel en ligne

Le projet unique que représente UMA (Universal Museum of Art) vient de voir le jour sous l’œil attentionné de ses fondateurs. Cette réalisation en réalité virtuelle a pour but le partage et la transmission de l’art au plus grand nombre. Une nouvelle révolution. Un projet monumental  UMA, qui signifie « ce qui nous lie », en arabe, […]

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin
Spectacle
194 vues
Spectacle
194 vues

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin

La dernière pièce de Pascal Rambert se déroule autour du lit où se meurt une actrice au sommet de la gloire. Dans cette zone ultime, l’auteur laisse s’engouffrer poétiquement la famille, les amis, l’art, la cruauté, la beauté et la foi en la vie. Alors qu’initialement la pièce a été écrite pour le Théâtre d’Art […]