0 Shares 338 Views

Retour sur l’installation d’Erell au Château de Seneffe !

13 mai 2019
338 Vues

Pour les adeptes de l’art urbain, les amoureux d’expos de plein air, les curieux et les simples promeneurs, partagez une nouvelle expérience avec dix artistes belges et européens, dans un contexte qui invite les codes et couleurs de la ville.

Focus sur l’œuvre « S9-15° » de l’artiste Erell, une sculpture en tôle d’acier rouillé (par traitement chimique) de 8mn d’épaisseurs.

Ërell ; Artiste et designer, est né en 1987 à Pertuis. Il vit à Lyon et travaille entre Paris et Marseille. Ce parcours est une première occasion pour l’artiste de composer avec les dimensions d’espace et de temps les “particules” emblématiques de son univers.

L’acier est apparu comme une évidence, une matière avec laquelle il travaille déjà, notamment sur des impressions de rouille sur toile, pour son aspect de surface ainsi que pour sa durabilité face aux intempéries.

La sculpture est réalisée en partenariat avec l’entreprise MDS à Pierrelatte dans la Drôme, spécialisée dans la découpe, le pliage et la chaudronnerie. Cette sculpture/installation est pour lui l’occasion de spatialiser son travail et d’intégrer les notions de mouvement et de temps inhérentes à sa pratique. En effet, dans ses collages urbains, il fait en sorte de créer des compositions « organiques » avec des modules qu’il appelle les particules. Ces compositions laissent à penser que ses motifs prolifèrent et vont se multiplier à la manière d’un organisme vivant.

Le fait d’intervenir par « touche » lui permet de rester peu de temps face aux murs et ainsi de donner l’impression que les collages évoluent tout seul à la manière d’une division cellulaire. L’objectif étant d’interpeller le passant en modifiant son environnement et en faisant « vivre » les murs…

C’est grâce à ces différents protocoles qu’il s’est intéressé au mouvement et à la notion de temps. Cette exposition est l’occasion de rendre visible les rotations qu’il donne à ses modules pour obtenir ses compositions. A l’inverse des « expansions » où c’est le résultat que l’on voit, ici il s’agit de matérialiser les étapes intermédiaires.

Les autres artistes présents dans l’exposition :

CyKlop, Dale Joseph Rowe, Mehsos, Mister Pee, Natacha De Mol, NOIR Artist, Roch Barbieux, Sophia Hirsch & Johannes Mundinger, Tidis

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

La matière des possibles de Clément Bagot, à voir jusqu’au 21 décembre 2019
Agenda
74 vues

La matière des possibles de Clément Bagot, à voir jusqu’au 21 décembre 2019

Hier, Art [ ] Collector et la Société Cornu inauguraient le solo-show de Clément Bagot “La matière des possibles”, premier lauréat du Prix Art [ ] Collector – Entreprise. Le prix Art [ ] Collector – Entreprise complète le...

Viktor Vincent dans Mental Circus – un spectacle exceptionnel
Agenda
34 vues

Viktor Vincent dans Mental Circus – un spectacle exceptionnel

Dans son nouveau seul en scène Mental Circus, Viktor repousse une nouvelle fois les limites de son art. Dans l’ambiance des années 30 aux États-Unis, il crée autour de lui un cirque imaginaire où s’expriment les performances mentales les...

La dame céleste et le diable délicat s’invitent au Studio Hébertot
Agenda
303 vues

La dame céleste et le diable délicat s’invitent au Studio Hébertot

Il a 34 ans, elle en a 70. Lors d’une soirée de gala au Palais Garnier, leurs mains se frôlent. Un hymne à l’amour absolu tiré d’une histoire vraie. Décembre 1982. Il a 34 ans, elle en a 70....