0 Shares 260 Views

4e édition d’Usimages : la biennale de la photographie du patrimoine industriel à découvrir jusqu’au 20 juin

Du 17 avril au 20 juin 2021 se déroule la 4e édition d’Usimages, biennale de la photographie du patrimoine industriel organisée par l’Agglomération Creil Sud Oise (ACSO) et programmée et mise en œuvre par Diaphane, pôle photographique en Hauts-de-France.

Ce printemps, 13 expositions sont présentées en plein air dans les communes et invitent ainsi les habitants à une déambulation photographique à travers le territoire. Cette biennale est une formidable occasion de mettre en valeur des photographies contemporaines et historiques avec un regard toujours porté sur l’homme au travail. Deux jeunes photographes sont également en résidence dans des entreprises de l’agglomération. Leur travail sera exposé et permettra de valoriser l’industrie d’aujourd’hui ainsi que les hommes et les femmes qui contribuent à son développement sur l’ACSO.

Fil rouge de cette édition, la thématique “Santé et sécurité au travail” se décline à travers les photographies issues du fonds photographique de l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS), qui accompagne depuis 1947 les entreprises du régime général de la Sécurité sociale dans la prévention des risques au travail. Les photographies industrielles d’Émeric Feher (1904-1966), conservées au Pôle images du Centre des monuments nationaux, révèlent une certaine approche commerciale des années 50 et 60 qui, par le passage du temps, en font des images historiques. Des archives du Musée McCORD, musée d’histoire sociale à Montréal, présentent les photographies des métiers de la métropole québécoise au début du XXe siècle.

© Émeric Feher

Il est également question d’Histoire de bureaux, exposition collective avec Julien Benard, Émeric Feher, Laurent Gélise, Yannick Labrousse et Lars Tunbjörk. Une série de photographies de bureaux réalisées en entreprises dans les années 70 est présentée, issue du Fonds Heurtier conservé au Musée de Bretagne.

© Laurent Gélise

La biennale est aussi ouverte sur le monde et sur les conditions de travail. Ioana Cîrlig, dans sa série Post Industrial Stories / The Last Shift dépeint la classe ouvrière roumaine à la dérive. Dans le cadre des partenariats internationaux, Kaunas Photo festival (Lituanie) présente le travail de Eugenijus Barzdžius, le festival Photolux (Italie) celui de Mattia Balsamini.

Dans cette période où l’organisation du travail est repensée, Cécile Cuny, Nathalie Mohadjer et Hortense Soichet invitent à découvrir le travail des manutentionnaires de la logistique à travers l’exposition On n’est pas des robots. Ouvrières et ouvriers de la logistique.

© Ioana Cîrlig

13 expositions, 1 carte blanche à Lucas Castel et Morgane Delfosse dans les entreprises du territoire de l’Agglomération Creil Sud Oise.
1 concours photo organisé en partenariat avec Wipplay.

Retrouvez toute la programmation de la biennale en détail ici

Toutes les expositions sont ouvertes au public gratuitement.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

“Projet E.Doll #1” : le premier solo show de Softwix à la Galerie Artistik Rezo
Agenda
45 vues

“Projet E.Doll #1” : le premier solo show de Softwix à la Galerie Artistik Rezo

La Galerie Artistik Rezo accueille Softwix pour une première exposition personnelle du 3 au 30 juin 2021. À travers cette première exposition, on retrouvera les E.Dolls que l’artiste colle depuis 2015 sur les murs qui s’offrent à elle. Ces...

Yoann Bac : entre réel et virtuel
Art
133 vues

Yoann Bac : entre réel et virtuel

Entre peinture, fond vert et incrustation numérique, les toiles de Yoann prennent vie et nous transportent dans une autre dimension. Rencontre avec un artiste innovant qui n’a pas fini de vous surprendre.  Est-ce que tu peux te présenter ?  Je m’appelle...

Il Mio Corpo – Un documentaire de Michele Pennetta
Agenda
64 vues

Il Mio Corpo – Un documentaire de Michele Pennetta

Sous le soleil de Sicile, Oscar récupère de la ferraille avec son père. À l’autre bout de la ville, Stanley le Nigérian vivote grâce aux petits travaux donnés par le prêtre de la paroisse. Tous deux ont le même...