0 Shares 1433 Views

Architecture, street art et graffiti : comment concilier architecture et art urbain ?

18 octobre 2019
1433 Vues

À l’occasion de la quatrième édition des Journées nationales de l’architecture qui se dérouleront du 18 au 20 octobre 2019, la Maison de l’architecture Ile-de-France questionne le street art et le graffiti et leurs liens avec l’architecture.

Le street art et le graffiti peuvent-ils devenir une composante du projet urbain ? Comment penser le rapport entre art urbain et projets architecturaux ? Si l’art s’est apposé à l’architecture des villes pour en (re)valoriser l’ensemble, maitres d’œuvre et d’ouvrage, habitants, peuvent-ils concevoir que l’artiste soit associé en amont avec l’architecte à la conception des projets urbains ?

Au programme, des animations pour tous et gratuites au sein du couvent des Récollets (Paris 10e), à Paris et Vitry-sur-Seine : ateliers street art pour les collégiens, conférence-débat, projection d’un documentaire sur les fresques murales, balades urbaines, exposition de photographies, light painting…

PROGRAMME

Vendredi 18 octobre
Des balades urbaines dans le 13e et à Vitry-sur-Seine

En partenariat avec Vitry’n urbaine, Fresh Street Art Tour Paris et la Mairie de Paris, des visites commentées de fresques murales et des ateliers pour les collégiens seront proposés.
•   10h – 13h (pour les collégiens) : balades urbaines + ateliers (groupe de 15 personnes)
•   14h – 16h (pour tous) : groupes de 20 personnes maximum

Inscription obligatoire : inscription@maisonarchitecture-idf.org


Vendredi 18 octobre de 19h à 21h
Conférence-débat / Comment concilier architecture & art urbain ?

Ardif, street-artiste, Jérôme Coumet, maire du 13e arrondissement de Paris, Nicolas Brenner, sous-directeur à la construction à la RIVP, Willem Pauwels, directeur général Paris Sud Aménagement, Vincent Lavergne, architecte dplg, Nicolas Laugero-Lasserre, directeur de l’ICART, Président Fondateur de l’association Artistik Rezo et collectionneur d’art urbain, POLAU – pôle arts & urbanisme partageront leur vision du street art et du graffiti (un mouvement artistique qui suscite autant d’engouement que d’interrogations), leur philosophie et leur rapport à l’architecture.

Ils tenteront de décrypter les bouleversements liés à cette forme d’appropriation de l’espace urbain, parfois revendicative, qui fait désormais l’objet de commandes publiques visent notamment à valoriser un patrimoine délaissé ou souffrant d’une image négative, à participer aussi à l’attractivité d’un quartier et la création de liens entre les habitants.

Comment intégrer l’intervention artistique dans l’œuvre architecturale ? Quelles nouvelles pratiques pourraient adopter artistes, architectes, urbanistes, maitres d’ouvrages, aménageurs et élus pour faire la ville ? Quelle place donner à la commande artistique dans l’architecture et l’aménagement urbain de demain ?

Ces expressions artistiques, contestataires parfois, peuvent-elles cohabiter avec la commande publique ? La commande publique ne risque-t-elle pas de dénaturer le sens initial de ce courant artistique ? Quid des droits d’auteur des artistes et architectes ? Autant de questions auxquelles répondront les intervenants.

Entrée libre sur inscription : inscription@maisonarchitecture-idf.org
Maison de l’architecture Ile-de-France – Chapelle du couvent des Récollets


Vendredi 18 octobre à 21h
Vernissage de l’exposition de photographies « Un œil sur l’art urbain »
Exposition ouverte jusqu’au 8 novembre 2019

Trois photographes et artistes exposeront leurs clichés. Nicolas Gzeley, Silvio Magaglio et Katre livreront leur regard sur la ville et sur des œuvres (tags et graffiti) qui épousent et révèlent des murs, des façades, des ponts, des friches. Des productions sur des supports souvent XXL qui font lever les yeux, agrandissent le regard, racontent des histoires et questionnent le passant.

KATRE
En 1993, Katre réalise son premier graffiti. Dix ans après, il présente sa première toile ouÌ se mêlent peinture et photographie: une approche esthétique devenue sa marque de fabrique. Sa fascination pour les lieux à l’abandon est une occasion d’amener une réflexion sur l’occupation des territoires en milieu urbain. En 2005 il publie un livre compilant ses photographies d’interventions artistiques dans les friches industrielles (et celles d’autres artistes urbains ayant la même passion), Hors du temps (ed Colorszoo), suivi par un second volet en 2013 chez Pyramyd. En atelier, Katre sérigraphie ses clichés noir et blanc sur toile pour y peindre ensuite une lettre de couleur vive – souvent la lettre K de son nom – assimilable à des traits explosifs et de vitesse.

L’œuvre finale, complexe, se caractérise par une composition dynamique et contrastée, les flashs de couleurs se confondant avec les gravats et barres métalliques des lieux photographiés, eux bien réels. Aluminium brosse, bois de récupération, verre, Katre s’amuse des supports et du volume en proposant dans ses expositions des installations ou se mélangent photographie, peinture, néons, sangles et gravas.

NICOLAS GZELEY
Photographe, auteur, journaliste et artiste, Nicolas Gzeley documente la scène graffiti hexagonale depuis la fin des années 80. De 1996 à 2005, il signe la rubrique graffiti du magazine hip-hop Radikal et créé en 2002 le premier magazine d’art urbain Worldsigns. Ancien rédacteur en chef de Gettin’Fame, Graffiti All Star, Stuart, et fondateur du site d’information Spraymium Magazine, Nicolas Gzeley est également l’auteur de plusieurs ouvrages spécialisés. La connaissance de ce mouvement et les relations privilégiées qu’il entretient avec ses acteurs lui permettent de réaliser des clichés au cœur du processus créatif. Attentif à l’environnement, à la technique et au geste, ses photographies dévoilent un visage méconnu de l’art urbain, celui de l’action contextualisée. Elles reflètent une créativité polymorphe qui s’exprime dans la rue, dans les bâtiments à l’abandon comme dans l’intimité des ateliers.

SILVIO MAGAGLIO
Passionné par l’exercice du reportage, après un stage dans la célèbre agence Magnum, Silvio Magaglio débute sa carrière de photographe dans les années 1990. Très vite, la rue devient son terrain de jeu et le graffiti son sujet de prédilection. Fasciné par l’esthétique du tag, sa curiosité le pousse naturellement sur la piste des auteurs. Témoin privilégié d’une période oùÌ la scène parisienne illégale était très active, il archive les grands noms du graffiti et les pionniers du street art parisien. En 1998, il réalise avec Nicolas Gzeley la rubrique graffiti du magazine hip hop Radikal et collabore à divers ouvrages de référence. Au contact d’artistes tel que JonOne, et au fur et à mesure des rencontres, c’est véritablement l’expérience humaine qui l’encourage à réaliser des portraits durant la réalisation de leurs œuvres. Les images noir et blanc, récurrences stylistiques de son travail, frappent par leur franchise, leur tension et leur acuité. Silvio Magaglio lève le voile sur son parcours et sur toute une génération d’artistes reconnus ou vivants encore dans l’anonymat de cet art parfois si controversé, un regard qui n’a rien perdu de sa charge émotionnelle au cours de ces vingt dernières années.

Entrée libre
Horaires d’ouverture de l’exposition : le 19 et 20 octobre de 10h à 18h et à partir du 21 octobre, du lundi au vendredi de 9h à 18h.

Maison de l’architecture Ile-de-France – Mezzanine
148, rue du Faubourg Saint-Martin, 75010 Paris

Curatrice : Valériane Mondot – TAXIE GALLERY
Commissariat : Alberto Rochat, architecte et Valériane Mondot – TAXIE GALLERY


Samedi 19 octobre de 17h30 à 19h30 à la Maison de l’architecture Ile-de-France
Projection et débat autour du documentaire « Sky’s the limit » en présence du réalisateur Jérôme Thomas

En direct des cimes urbaines, c’est un plongeon dans les aventures vertigineuses d’un film pas comme les autres. « Sky’s the limit, les peintres de l’extrême » est le premier livre-film sur le Néo-muralisme. Ce mouvement international de peintures monumentales transforme les façades d’immeubles en œuvres d’art, tout en requalifiant des quartiers entiers. Ce livre est un carnet de bord qui retrace les cinq années passées par le réalisateur Jérôme Thomas à documenter cette nouvelle forme d’art public. Avec des artistes incroyables venus principalement du graffiti comme : Inti, Vhils, Borondo, Pantónio, Seth GlobePainter, Astro, Katre et tant d’autres.

Entrée libre
Inscription : inscription@maisonarchitecture-idf.org
Maison de l’architecture Ile-de-France – Chapelle du couvent des Récollets


Samedi 19 octobre de 19h30 à 21h à la Maison de l’architecture Ile-de-France Performance Light painting avec Marko93 en vidéo temps réel

L’artiste Dyonésien qui ne connait pas de frontières géographique et artistique, pionnier européen du calligraffiti (lettrages abstraits à la croisée de calligraphie arabe et du graffiti) et du light painting. (technique photographique esquissée par Man Ray en 1935 que Marko93 réinvente en remplaçant l’appareil photo par une caméra connectée à un ordinateur dont le programme permet d’assembler des trainées lumineuses et de les restituer en direct) illuminera la chapelle du couvent des Récollets.

Entrée libre
Inscription : inscription@maisonarchitecture-idf.org
Maison de l’architecture Ile-de-France – Chapelle du couvent des Récollets


Le programme proposé par la Maison de l’architecture Ile-de-France pour les Journées Nationales de l’Architecture a été conçu avec le regard avisé de Valériane Mondot, spécialiste de l’art urbain et fondatrice de TAXIE GALLERY. Il bénéficie du soutien d’Equitone et du Mécénat de compétence de l’agence Manifeste.

Un événement organisé en partenariat avec : Equitone • Fresh Street art tour Paris • Vitry’n Urbaine • TAXIE GALLERY • Conseil Régional de l’Ordre des architectes d’Ile-de-France

Un événement organisé avec le soutien institutionnel de : Mairie de Paris • Ministère de la culture / DRAC Ile-de-France

Articles liés

Mathieu Madenian au Rond-Point dézingue la famille par le rire
Spectacle
170 vues

Mathieu Madenian au Rond-Point dézingue la famille par le rire

Acteur, humoriste, stand-upper, Mathieu Madenian est un peu tout cela à la fois. Fort d’un succès construit sur bientôt vingt ans, il s’empare d’une grande salle de théâtre avec un sens comique qui fissure la famille. Une joyeuse réussite...

Thomas O’Brien : « Une approche photographique où la lumière serait un pinceau »
Art
181 vues

Thomas O’Brien : « Une approche photographique où la lumière serait un pinceau »

Ce photographe trentenaire vient de sortir une série de portraits chez Nombre 7 Éditions : Long Exposure, Portraits. Un beau livre qui met en lumière les différents visages de ses modèles dans une démarche photo en mouvement s’apparentant au light...

Secession Orchestra au Théâtre des Champs-Élysées
Agenda
92 vues

Secession Orchestra au Théâtre des Champs-Élysées

La valse dans tous ses états et l’esprit de la Vienne éternelle. Fondé en 2011, le Secession Orchestra, formation à géométrie variable d’une quarantaine de musiciens, explore un vaste pan de l’histoire musicale, de la Sécession viennoise et Mahler...