0 Shares 1678 Views

Blase expose à l’Atelier Hauteville

L’exposition est l’occasion de (re)découvrir l’intégralité de son oeuvre, depuis les peintures classiques pour lesquelles il s’est fait connaître, en passant par la série de canevas ​Knitted​ et les peintures sur verre de la série ​Around the World.​

Sa dernière oeuvre, le pochoir ​Where is my mind?​, sera mise aux enchères pendant le vernissage au profit de Greenpeace, et a également fait l’objet d’une ​édition en print (lithographie de qualité) éditée par Achetez de l’Art. Pour BLASE l’oeuvre Where is my mind? incarne de manière ironique le lien entre le sentiment de culpabilité lié à notre surconsommation et celui de ne pas vouloir trop changer notre confort.

Que devient l’homme s’il ne se comporte pas à la perfection à notre époque ? La réponse est l’arme que l’artiste a su associer et disposer esthétiquement aux côtés du message en lettres capitales, créant un ensemble indissociable, pour interpeller, comme à son habitude, un public qui se sent évidemment concerné.

La vente aux enchères se fera le 28 novembre à 19h30 à l’Atelier Hauteville.

Blase

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Léo Dorfner : “J’envisage mes aquarelles comme des films ou des poèmes”
Art
144 vues

Léo Dorfner : “J’envisage mes aquarelles comme des films ou des poèmes”

Les aquarelles de Léo Dorfner captivent, fascinent, tant par leur réalisme que par leur beauté. Des gros plans de la peau, des yeux, des mains et de la bouche, interviennent comme capteurs émotionnels et sensoriels que l’artiste met au...

Jacques Weber fait sa Crise de Nerfs
Spectacle
318 vues

Jacques Weber fait sa Crise de Nerfs

A 71 ans, celui qui incarnait Cyrano de Bergerac dans le film de Jean-Paul Rappeneau remonte sur les planches sous la direction du metteur en scène allemand Peter Stein au Théâtre de l’Atelier. Trois courtes pièces de Tchekhov, dont...

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma
Agenda
211 vues

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma

Thelma, deux voix en fusion, brutes et sensuelles, scandent comme un chant de guerre et les humeurs capricieuses des jours. Les rythmes ont le pas lourd, les basses tonnent dans la poitrine et la posture est ambitieuse. Tout commence sur les bancs de l’école...