0 Shares 210 Views

Découvrez le travail d’Anju Dodiya à la Galerie Templon de Bruxelles

Tower of Slowness, 2021 - Technique mixte sur tissu étiré sur panneau de bois

Après cinq ans d’absence en Europe, l’artiste Indienne Anju Dodiya dévoile à la Galerie Templon de Bruxelles sa “Tour de lenteur”, un ensemble de près d’une vingtaine d’œuvres inédites.

À 57 ans, Anju Dodiya compte parmi les artistes les plus respectées de la scène indienne. Avec l’autoportrait comme point de départ, ses peintures explorent depuis trente ans les conflits entre vie intérieure et réalité extérieure : l’angoisse de la création, les frustrations de l’artiste face à la violence du monde, l’incommunicabilité entre les êtres. Cette dernière année de pandémie et le strict confinement auquel elle est encore forcée dans son atelier-maison de Mumbai ont évidemment trouvé en elle un écho tout particulier. Pour une artiste dont l’œuvre s’attache tant aux questions d’isolement et de masque social, la situation actuelle a agi comme un catalyseur. Comme elle l’explique “cette dernière année a été inhabituelle pour chacun d’entre nous. Nous partageons soudainement une blessure commune, la reconnaissance douloureuse de la précarité de nos vies.”

Clouds for a diver, 2021 – Fusain et aquarelle sur tissu tendu sur planche rembourrée

Anju Dodiya a ainsi créé un ensemble de sept toiles matelassées et découpées géométriquement. Accueillants mais visiblement inconfortables, ces “matelas” incongrus recouvrent les murs de la galerie d’une série de portraits combinés à des motifs de peaux d’animaux sauvages à la fois familiers et énigmatiques. Puissamment poétiques, ces œuvres, mêlant fusain et aquarelle, esquissent de courtes scènes intimes, rassurantes et ambiguës. Comme le décrit l’artiste : “Alors que nous nous allongeons sur notre lit ou nous asseyons sur notre chaise, des formes aiguisées et géométriques occupent notre esprit et obnubilent toutes nos pensées. La lenteur, la solitude, et une conscience aigüe de notre corps et de notre esprit font frémir nos antennes émotionnelles. Ces œuvres matelassées ne sont que le fruit de ces pièces obscures que nous habitons”.

En contre-point une série d’aquarelles met en scène le thème du masque, motif de prédilection depuis longtemps d’Anju Dodiya qui s’est souvent représentée masquée. Inspirée par le travail de James Ensor, elle dessine pour son exposition belge des visages figés, recouverts indifféremment d’un souffle « d’air bleu », de voiles de diamants ou de masques chirurgicaux. Dessinés au crépuscule, au coucher du soleil, dans la lumière du désert ou sur le chemin de la maison, ces vrai-faux autoportraits sont présentés dans leur seul rapport au temps et à l’espace, marqués par une solitude pesante mais, peut-être, salvatrice.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

“Projet E.Doll #1” : le premier solo show de Softwix à la Galerie Artistik Rezo
Agenda
43 vues

“Projet E.Doll #1” : le premier solo show de Softwix à la Galerie Artistik Rezo

La Galerie Artistik Rezo accueille Softwix pour une première exposition personnelle du 3 au 30 juin 2021. À travers cette première exposition, on retrouvera les E.Dolls que l’artiste colle depuis 2015 sur les murs qui s’offrent à elle. Ces...

Yoann Bac : entre réel et virtuel
Art
122 vues

Yoann Bac : entre réel et virtuel

Entre peinture, fond vert et incrustation numérique, les toiles de Yoann prennent vie et nous transportent dans une autre dimension. Rencontre avec un artiste innovant qui n’a pas fini de vous surprendre.  Est-ce que tu peux te présenter ?  Je m’appelle...

Il Mio Corpo – Un documentaire de Michele Pennetta
Agenda
62 vues

Il Mio Corpo – Un documentaire de Michele Pennetta

Sous le soleil de Sicile, Oscar récupère de la ferraille avec son père. À l’autre bout de la ville, Stanley le Nigérian vivote grâce aux petits travaux donnés par le prêtre de la paroisse. Tous deux ont le même...