0 Shares 1950 Views

Dung beetle – La nouvelle fresque de Murmure street à Bayonne

9 novembre 2020
1950 Vues

© Murmure street

Dung beetle est la dernière fresque réalisée par le duo Murmure street pour le Festival Point de Vue à Bayonne, organisé par SpaceJunk Bayonne. Cette fresque monumentale fait partie de leur série “Garb-age” qui repose sur des détournements oniriques et poétiques du sac poubelle. Cet objet, symbole de notre ère et de notre civilisation consumériste, envahit notre quotidien et l’environnement.

Cette oeuvre met en scène un bousier, un insecte coprophage qui est essentiel à l’écosystème par sa faculté à recycler les excréments, contribuant ainsi à la bonne fertilité des sols. Les excréments sont remplacés ici par un sac poubelle, qui ramené à l’échelle de l’insecte, devient une allégorie de la surconsommation et de la prolifération des déchets toujours plus importante dans notre environnement.

À travers la représentation de cet insecte et de son importance méconnue du grand public, l’oeuvre interroge sur l’importance du recyclage des déchets plastiques. Mais surtout sur la tendance des pays développés à déplacer le problème vers des pays en voie de développement qui ne sont pas équipés pour faire face à un tel afflux de déchets. Ce qui favorise l’émergence de solutions de traitement illégales, non régulées et extrêmement polluantes (incinération à ciel ouvert, décharges sauvages, etc.) qui impactent l’environnement de ces pays et leurs générations futures. Un des nombreux problèmes écologiques face auquel nos sociétés semblent volontairement aveugles, semblant espérer que la nature règle le problème d’elle-même.

© Murmure street

Cette fresque a été peinte à l’acrylique et au pinceau sur un fronton de pelote basque pour un rendu volontairement très réaliste de loin, puis à mesure que l’on s’approche, on distingue les coups de pinceaux et le travail de couleur. Plutôt que de peindre intégralement le mur et faire disparaître sa beauté naturelle, Murmure a décidé de jouer avec un dégradé de couleur pour le fond, qui vient se confondre avec les tons d’origine du mur. Cela apporte de la profondeur à l’œuvre en la détachant de son support par le biais d’un jeu d’ombres subtil, renforçant ainsi le réalisme recherché par les artistes tout en préservant ce symbole de la culture basque. Le mur vient ainsi se refléter à la fois sur le sac poubelle mais surtout sur la carapace de l’insecte donnant une impression de mouvement à l’oeuvre.

[Source : communiqué de presse]

À découvrir sur Artistik Rezo :
Murmure street : “Nous recherchons le juste équilibre entre sens, esthétique et singularité”, d’Annabelle Reichenbach

Articles liés

Olivia de Bona collabore avec Clotilde la marque de parfums d’exceptions
Agenda
98 vues

Olivia de Bona collabore avec Clotilde la marque de parfums d’exceptions

La marque de parfums  Clotilde lance sa première collection de 3 parfums en collaboration artistique avec Olivia de Bona le 11 et 12 décembre. En lien avec les origines champenoises de son fondateur, Jean Baptiste Martin a souhaité ancrer...

Le talentueux Mike Andersen en concert au Jazz Club Etoile
Agenda
79 vues

Le talentueux Mike Andersen en concert au Jazz Club Etoile

Avec une élégance rare, Le Danois Mike Andersen s’affirme comme un songwriter de 1er rang grâce à des albums de qualité ou son sens de la mélodie toute en spontanéité fait des merveilles. Raise Your Hand se fait l’écho d’une...

“Pas d’ici” le nouvel EP et single éponyme de Mayu à découvrir dès maintenant
Agenda
90 vues

“Pas d’ici” le nouvel EP et single éponyme de Mayu à découvrir dès maintenant

Mayu sort un deuxième EP Pas d’ici, riche de cinq titres à découvrir dès le 9 décembre sur toutes les plateformes digitales, et dévoile pour patienter un single du meme nom. Il y a quelques mois, on découvrait le...