0 Shares 176 Views

Exposition Carte blanche à Ru Xiao Fan au Musée national des arts asiatiques – Guimet

Ru Xiao Fan, peintre, sculpteur, conteur, amoureux de la vie, poète de l’humour, a imaginé pour le MNAAG un panthéon de 72 divinités délicates et facétieuses sculptées en porcelaine de Jingdezhen.

En résonance avec l’espace sacral de la rotonde, ces figures de méditation exaltent le geste millénaire des artistes de la porcelaine, mêlant biscuit sans glaçure et glaçure céladon ou blanc bleuté. L’assise de ces sculptures est composée des bols de cuisson des fours Song que l’artiste découvrait par hasard il y a dix ans sur un marché de la ville de Jingdezhen.

Les personnages à tête de fleurs sont caractéristiques de la production de l’artiste. Ils évoquent à la fois le mandala bouddhique mais aussi la tradition céramique du site de Jingdezhen. C’est en visitant le musée que l’artiste s’est rappelé qu’il avait représenté un bouddha assis sur un grand plat avec un bouquet de fleurs à la place de la tête. Il décida de reprendre en partie cette idée et de fixer sur les assiettes serties dans leur socle un moine en céramique (appelé luohan ou arhat – un disciple du Bouddha) et de disposer les pièces en éventail, forme parfaitement adaptée à l’espace circulaire. Telle une ode du cheminement, chacune des figures installées sur une boule de cristal, comme en apesanteur, semble voler sur la mer ou dans le ciel.

Ru Xiao Fan est né en 1954 à Nankin (Chine). Il est diplômé des Beaux-Arts de l’École Normale Supérieure de Nankin en 1982 et de l’École nationale des Beaux-Arts de Paris en 1986. Il a été  boursier de la Casa Velasquez à Madrid en 1988 et 1990. Il vit et travaille à Paris. De par sa double éducation artistique, Ru Xiao Fan passe tour à tour d’un langage pictural occidental rappelant le Pop Art, à des sculptures réalisées dans des techniques traditionnelles chinoises telles la laque et la porcelaine. Si la consommation moderne et la nature morte sont des sujets récurrents dans son oeuvre, les fleurs en sont un thème majeur depuis sa série de peintures intitulées 100 fleurs (2003), faisant référence au mouvement « Que cent fleurs s’épanouissent » (1957).

[Source : communiqué de presse]

Evénement partenaire du club Artistik Rezo

Articles liés

Coronavirus : peut-on en rire ?
Spectacle
278 vues

Coronavirus : peut-on en rire ?

Le sujet est grave et pourtant la créativité, le scepticisme, voire la colère, s’expriment aussi par le rire. Caricatures, satires, stand-up confinés… Comment certains humoristes traitent-ils de la pandémie ? Avec une liberté d’expression très saine, c’est sûr. Faisons un...

La Vague : « La singularité comme une priorité »
Musique
265 vues

La Vague : « La singularité comme une priorité »

Singulier et mystique, le duo La Vague l’est sûrement. Portés par une pop surprenante, Thérèse et John répondent à nos questions, suite à leur second EP Lemme Be paru en novembre 2019. Vous définissez votre musique comme de la...

Coquette – Le nouvel EP de Hailey Tuck
Agenda
113 vues

Coquette – Le nouvel EP de Hailey Tuck

Un doux flashback dans les années folles avec le nouvel EP de la chanteuse Hailey Tuck.  Après le succès de l’album Junk,  la chanteuse dévoile aujourd’hui six nouveaux titres sur un EP intitulé Coquette. Entre jazz et pop, tristesse et...