0 Shares 264 Views

Festival d’Automne 2018 – Paris

14 septembre 2018
264 Vues

Affirmer la diversité des êtres, le refus des frontières, l’appel de l’ailleurs, de l’inconnu et de l’étranger, voilà ce qui a guidé cette 47e édition du Festival d’Automne à Paris. International, pluridisciplinaire, curieux de nouveautés, tels sont les éléments qui composent notre trajectoire, celle d’un festival qui affirme son soutien à la création en France et dans le monde.

Pour cette nouvelle édition, nous vous invitons à une promenade dans quarante-cinq lieux parisiens et franciliens. Aux côtés de nos partenaires, nous produisons, coproduisons, accueillons une soixantaine d’artistes venus d’Europe et au-delà (Japon, Brésil, Égypte, Liban, Maroc…). Ensemble, nous irons de centres d’art en théâtres, de salles de concerts en lieux patrimoniaux, en passant par l’espace public avec un Slow Walk participatif. Aux Beaux-Arts de Paris, l’artiste plasticienne Nairy Baghramian présentera pour la première fois en France son travail avec la série Maintainers.

Cette année, deux nouveaux Portraits viennent s’ajouter aux monographies lancées en 2012.

Le premier, consacré à la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker, prend une ampleur exceptionnelle avec plus de onze pièces – de 1982 à aujourd’hui – présentées dans vingt lieux partenaires et un grand week-end initié par le CND Centre national de la danse et dédié à la transmission avec une série d’ateliers, de projections et de solos. Ce sont trente-cinq années de création que le public pourra voir ou revoir, et que les plus jeunes pourront découvrir.

Le second Portrait est dédié à la musique de Claude Vivier, compositeur canadien (1948-1983) dont c’est la première monographie en France ; il fut l’un des disciples de Karlheinz Stockhausen, proche aussi de Gérard Grisey, il voyagea dans toute l’Asie, et composa une cinquantaine d’œuvres. Ce Portrait est construit en cinq programmes dont Kopernikus, un rituel de mort, pour lequel il a lui-même écrit le livret, et que Peter Sellars met aujourd’hui en scène. 

Nous vous proposons aussi de découvrir de nouvelles générations, venues des quatre coins du monde, qui savent brouiller les pistes et les repères. Ainsi d’Hideto Iwaï, qui va créer son premier spectacle en français, inspiré de la vie de participants – professionnels et amateurs – rencontrés à Gennevilliers, ou d’Alexander Zeldin, dont la pièce LOVE interpénètre champ théâtral et champ social.

Vous retrouverez également des artistes français auxquels nous sommes fidèles : Sylvain Creuzevault (depuis 2006), Pierre-Yves Macé (depuis 2012), Noé Soulier (depuis 2013), Julien Gosselin (depuis 2014). D’autres jeunes artistes sont invités pour la première fois au Festival : Laetitia Dosch, Émilie Rousset, Géraldine Martineau, Marion Siéfert…

Enfin, nous  invitons plusieurs artistes venus du Japon – pays avec lequel le Festival entretient des échanges et développe des relations depuis quarante ans. Parmi eux, des légendes vivantes du kabuki, trois générations de grands maîtres du kyôgen, l’incontournable Saburo Teshigawara et de jeunes metteurs en scène tels que Toshiki Okada, Kurô Tanino et Takahiro Fujita. 

En lien étroit avec les artistes invités, nous développons de nombreuses initiatives en direction de tous les publics dans une perpétuelle volonté d’ouverture et de transmission. Aussi, chaque année, nous intervenons auprès de milliers d’élèves pour qu’ils découvrent d’autres cultures et les arts contemporains.

Je tiens ici à remercier l’équipe du Festival pour son engagement, le Ministère de la Culture, la Mairie de Paris, la Région Île-de-France ainsi que notre grand mécène la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent et l’ensemble des membres de l’association des Amis du Festival d’Automne à Paris, sans lesquels rien ne serait possible.

Cette édition est dédiée à la mémoire de Pierre Bergé, dont l’engagement auprès des artistes et de la création continue de nous guider.

Emmanuel Demarcy-Mota

Tout le programme en détail ici 

A lire également sur Artistik Rezo :

Chaillot se met à la danse… japonaise par Thomas Hahn

Festival d’Automne : Le meilleur de la danse par Thomas Hahn

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Sarah McKenzie – New Morning
Agenda
61 vues
Agenda
61 vues

Sarah McKenzie – New Morning

Dans le sillon de Diana Krall, l’australienne Sarah McKenzie s’impose parmi les grandes voix du jazz. Elle surprend par la pureté de son timbre de voix et un phrasé swing naturel. Que dire de mieux, une voix à part,...

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise
Spectacle
181 vues
Spectacle
181 vues

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise

La Villette accueille la grande épopée indienne du Mahabharata, épurée par la main d’un artiste japonais majeur : Satoshi Miyagi. Un voyage à travers l’imaginaire de l’humanité et de notre enfance : « Ce Mahabharata – Nalacharitam » est une...

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique
Agenda
78 vues
Agenda
78 vues

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique

CARNIVAL, un conte de cirque d’Eugène Durif avec des personnages grotesques faits de plastique, pantins de colle et de pétrole d’or… Un cirque automate où fildefériste, jongleur, contorsionniste, clown, trapéziste, roue Cyr… se jouent d’un manège d’animaux en toc....