0 Shares 151 Views

FW – Une exposition de Gilles Pourtier à URDLA

15 octobre 2020
151 Vues

La semaine précédant le confinement, URDLA accueillait Gilles Pourtier pour une première résidence de recherche et de tests d’impressions. URDLA vous propose maintenant et jusqu’au 31 octobre de découvrir son exposition FW. 

[…]

Pourtier s’attache à repérer dans l’espace urbain les constructions qui s’érigent en frontière d’un ensemble l’autre. Le prélèvement et le déplacement de ces éléments accentuent la tentative de clôture qu’ils constituent. Barrières et grilles visent à assurer la protection du confort et de la quiétude des invasions bruyantes et vindicatives. Les lieux de privation de liberté (prisons, hôpitaux psychiatriques, etc.) dessinent une topographie claire : la clôture doit contenir le désordre à l’intérieur et assurer la pérennité du calme au-dehors. Pourtant se retourne-t-elle comme un gant (non pas comme une crêpe, ça importe) pour contenir les barbares au-dehors : c’est le rôle des murs que les peuples construisent aux bordures de leur pays et des dispositifs de sécurité qui assurent aux habitants de bidonvilles cossus un entre-soi sans trouble. En ce sens le mur de Berlin est une exception : circonscrire à l’intérieur le dehors. De l’habitat privatif aux États, en passant par les lieux publics (écoles, squares, etc.), ce dessein trace dans le paysage des traces dont Pourtier s’attache au relevé de ce qu’elles produisent sur le plan esthétique, c’est-à-dire à la manière dont elles font image, dont elles structurent une image.

© Cécile Cayon

Dedans et dehors vacillent de la mise en relief de la ligne que constitue une frontière, un mur.  À la recherche de ce temps de suspens, Gilles Pourtier prend appui, pour FW, sur le premier livre de Bernd et Hilla Becher, Framework Houses, qui affiche, page après page, les façades de maisons à colombages construites entre 1870 et 1914 dans la région de Siegen en Allemagne. Lorsque l’ouvrage paraît, en 1977, l’œil est saisi par la beauté rigoureuse des lignes que dessine le bois, accentuée par le cadre volontairement désaffecté des photographes. Pourtant rien d’autre à voir que la nécessité de la structure : la construction, par les immigrants eux-mêmes venus travailler dans les mines et les hauts-fourneaux de cette grande région productrice de fer, est strictement régie par une loi promulguée en 1790. Le souci du pouvoir est d’économiser l’usage privatif du bois au profit de la production industrielle du fer. La prescription de son usage en exclut catégoriquement l’usage ornemental. Grâce à la découpe du regard acéré des Becher, le gant se retourne : éclate l’inventivité subjective que pourtant on avait tenté de forclore.

© Cécile Cayon

Avec FW, Gilles Pourtier répète l’opération. La nomination choisie par les photographes déjà indiquait la voie : Framework désigne la charpente, soit ce qui paradoxalement se montre sur leurs photographies, la structure, soit ce à quoi la loi contraint et enfin le cadre – l’acte des Becher. Le signifiant, Framework Houses, contient et déplie travail (à l’usine et pour se construire un lieu), cadre et maison, les photographies montrent et disent la même chose. Pour la série des vingt et un bois gravés, imprimés et édités chez URDLA, la charpente est gravée, évidée du bois par usinage (CNC, Computer Numerical Control, sic !) dans un Fab Lab local – écho contemporain aux fabriques du XIXe siècle et à l’usage en Angleterre dès 1819 de la gravure sur bois-sténotypie pour l’impression industrielle des périodiques illustrés. Ici, c’est de l’évidement, de la disparition du bois qu’apparaît en réserve sur la feuille de papier le Framework. La chair même de la maison se teinte de la gamme chromatique des oxydes de fer. L’œil attentif reconnaîtra dans la vibration du monochrome la fibre de la matrice en bois.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Hahaha, La Vache qui rit récidive
Agenda
78 vues

Hahaha, La Vache qui rit récidive

Lab’Bel, le fonds de dotation du Groupe Bel, produit depuis 2014 de l’art accessible à tous avec la complicité d’artistes contemporains de renom comme Daniel Buren, Wim Delvoye…Cette année c’est Mel Bochner qui s’est plié à l’exercice.   Pour...

Hom Nguyen, invité d’honneur du nouvel espace d’exposition NatachaDassault Art Gallery
Agenda
344 vues

Hom Nguyen, invité d’honneur du nouvel espace d’exposition NatachaDassault Art Gallery

Pour son exposition inaugurale, Hom Nguyen est l’invité d’honneur de NatachaDassault Art Gallery. Dans le prolongement géographique de Not a Gallery (NAG), un nouvel espace d’exposition dédié à la création contemporaine internationale – NatachaDassault Art Gallery – invite pour...

La fanfare décadente au Cirque Électrique
Agenda
103 vues

La fanfare décadente au Cirque Électrique

Enfin, enfants ! Sortez vos parents ! Pour les 25 ans du Cirque Electrique, nous avions l’envie de reprendre quelques fondamentaux du cirque : piste en 360°, numéros qui se succèdent, orchestre électrique, fanfaronnade, bouffonneries et clowns, aucun fil...