0 Shares 823 Views

La Fille du Train : le banal effroi de la violence intérieure

30 octobre 2016
823 Vues
263464.jpg-c_300_300_x-f_jpg-q_x-xxyxx_copie

La Fille du Train

De Tate Taylor

Avec Emily Blunt, Haley Bennett, Rebecca Ferguson,Allison Janney, Justin Theroux, Luke Evans, Edgar Ramirez.

Durée : 113 min.

Sortie le 26 octobre 2016

Sortie le 26 octobre 2016

Thriller à la narration un peu brouillonne, La Fille du Train glace surtout par sa description glaçante et protéiforme du processus d’installation des violences domestiques dans le quotidien d’un couple.

Qui ne s’est jamais demandé ce qu’il se passait derrière les fenêtres closes des maisons que l’on aperçoit chaque jour sur sa route ? Qui n’a jamais envié un couple apparemment heureux à qui tout semblait sourire quand son moral n’était pas au beau fixe ? Le postulat de départ de La Fille du Train est excellent parce que terriblement banal : Rachel ne se remet pas de son divorce. Tous les jours, par la fenêtre du train, elle aperçoit le même couple, observe son quotidien en s’imaginant comment il vit dans cette grande maison proche de celle qu’elle habitait autrefois avec son mari… Et qu’il habite toujours, hélas, avec une autre.357378.jpg-r 1920 1080-f jpg-q x-xxyxx Pour tenter d’anesthésier la douleur de cette séparation et de la tromperie qui l’a causée, Rachel boit. Et dans les vapeurs de l’alcool, elle songe à ce couple, se projette dans son histoire, envie son amour, sans rien savoir de la véritable nature de son quotidien. Lorsque Megan, la femme qu’elle observe si passionnément, disparaît, Rachel a enfin l’occasion de découvrir l’envers du décor. Mais la confrontation avec la réalité sera brutale et nécessitera de refouler les émanations de vodka qui embrument tous ses souvenirs…

Par bien des aspects, La Fille du Train n’est pas un excellent thriller. La réalisation manque de rythme et les flashbacks qui surgissent un peu n’importe comment au cours du récit donnent à la narration un aspect un peu brouillon. Pourtant, c’est à un autre niveau que le film est glaçant : en filigrane, il présente en effet une excellente analyse du phénomène des violences conjugales, tant sur le plan physique que psychologique.

107377.jpg-r 1920 1080-f jpg-q x-xxyxxIsolement, culpabilisation, manipulation et rabaissement de la victime, dégradation de son image de soi, inversion des responsabilités entre la victime et le bourreau, décrédibilisation de la parole de la victime, qui, de fait, est ignorée et humiliée lorsqu’elle essaie de témoigner de sa situation à l’autorité dont le devoir serait justement de la protéger ; tout y est. Le processus de construction de cette violence domestique, qui emprisonne sa victime sans que celle-ci en ait conscience, d’où la difficulté à s’en dépêtrer, transparaît tout au long de l’intrigue, sous différentes formes, porté par différents personnages. Il faut alors à chaque fois qu’un intervenant extérieur fasse remarquer à la victime que le comportement de son bourreau « n’est pas normal » pour qu’elle-même réalise qu’elle est victime et non coupable. 006269.jpg-r 1920 1080-f jpg-q x-xxyxxLes maisons confortables deviennent alors prisons. Des portes closes suintent le danger intime, présent dans tous les aspects de la vie du couple : une sexualité imposée , un harcèlement constant , une jalousie et une possessivité maladives, un accablement permanent par des reproches constants, un enfermement dans les tâches domestiques, une négation totale de la personnalité et des aspirations de l’autre.

La Fille du Train est à ce titre d’autant plus remarquable que le film, adapté d’un roman de Paula Hawkins, est avant tout porté par des femmes. Seules les voix de Rachel, Megan et Anna se font vraiment entendre, quand 357847.jpg-r 1920 1080-f jpg-q x-xxyxxl’enquête est menée de main de maître par une intimidante inspectrice à l’œil perçant. Les personnages masculins qui gravitent autour de ce quatuor féminin, relativement médiocres, ne font finalement office que de faires-valoirs. Pas sûr pourtant que La Fille du Train ne passe le test de Bechdel, tant l’intrigue gravite autour des liens de couple et donc, de ces hommes au demeurant peu intéressants. Mais il a le mérité d’offrir à ses quatre actrices des rôles forts et complexes. Mentions spéciales à Haley Bennett, que l’on découvre, et à Emily Blunt, qui confirme tout le bien qu’on pensait d’elle.

Raphaëlle Chargois

Bande annonce

[Crédits Photo : ©2016 Constantin Film Verleih GmbH ]

Articles liés

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma
Agenda
139 vues

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma

Thelma, deux voix en fusion, brutes et sensuelles, scandent comme un chant de guerre et les humeurs capricieuses des jours. Les rythmes ont le pas lourd, les basses tonnent dans la poitrine et la posture est ambitieuse. Tout commence sur les bancs de l’école...

Les musiques de Picasso – La nouvelle exposition du Musée de la musique
Agenda
161 vues

Les musiques de Picasso – La nouvelle exposition du Musée de la musique

Des premières scènes de vie gitane aux joueurs de flûte des années 1970, en passant par les saltimbanques musiciens, les guitares cubistes, les collaborations avec les Ballets russes ou les bacchanales, cette exposition explore la dimension musicale de l’œuvre...

Les “Tête-à-Tête” des Filles de la Photo : des entretiens pratiques et stratégiques pour les femmes photographes
Agenda
147 vues

Les “Tête-à-Tête” des Filles de la Photo : des entretiens pratiques et stratégiques pour les femmes photographes

Témoin des disparités entre femmes et hommes photographes dans leurs parcours de reconnaissance, l’Observatoire de la Mixité nous a permis de constater que les femmes photographes candidatent moins dans les domaines où les processus de sélection sont informels, dans des...