0 Shares 663 Views

Le Sonneur descend au Tsuba Hôtel pour son exposition « Rear Windows »

8 février 2019
663 Vues

À deux pas des Champs Elysées, le Tsuba Hôtel donne carte blanche au street artist Le Sonneur à l’occasion de l’exposition « Rear Windows » du 15 novembre 2018 au 15 mars 2019.

Dans un style minimal, entre street art, art contemporain et poésie, Le Sonneur prend possession des lieux, joue avec l’imaginaire de l’hôtel et en détourne les codes habituels. Il nous raconte les histoires de ces amoureux qui y passent, de ces inconnus qui s’y croisent.
Il capture l’intime par les trous de serrure, par une fenêtre ou une porte entrebâillée, et le dévoile dans un travail romantique et voyeur.

Le Sonneur – Tsuba Hôtel

Dès l’entrée puis dans le lobby, avec ses photos et ses dessins. Devant l’ascenseur avec sa plaque gravée « Mon Amour ». Au coin de la cheminée, avec cette porte imaginaire qui s’ouvre avant de disparaître sous vos yeux. Au détour d’un couloir avec ces sonnettes romantiques ou ses door hangers « Love Me » ou « Kiss Me » qui détournent les classiques accroche-portes des hôtels. Ou sur les façades de la cour intérieure qu’il habille de ses silhouettes rouges et noires.

Le Sonneur – Tsuba Hôtel

À PROPOS DE LE SONNEUR

Le Sonneur est un artiste basé à Paris. Mêlant street art et art contemporain, il transforme le banal en poésie. Il utilise différentes techniques artistiques telles que l’installation, la photographie, le dessin, la vidéo ou la sculpture. Ses œuvres peuvent être vues dans la rue et en galeries à Paris, en France et à l’étranger où il expose régulièrement, de Tokyo à Dubaï en passant par Melbourne et Berlin.

Entre romantisme et ironie, Le Sonneur questionne notre condition urbaine et nos relations aux autres dans la ville. Toujours situées sur le pas des portes ou les fenêtres, ses œuvres sont des entre-deux. Elles dévoilent l’envers du décor, nous parlent d’amour et d’espoir, d’aliénation et de liberté, d’anonymat et de solitude, d’intimité et de voyeurisme. Chaque porte, chaque fenêtre cache ses propres secrets et Le Sonneur les révèle, nous raconte ses histoires et nous laisse imaginer les nôtres.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Léo Dorfner : “J’envisage mes aquarelles comme des films ou des poèmes”
Art
141 vues

Léo Dorfner : “J’envisage mes aquarelles comme des films ou des poèmes”

Les aquarelles de Léo Dorfner captivent, fascinent, tant par leur réalisme que par leur beauté. Des gros plans de la peau, des yeux, des mains et de la bouche, interviennent comme capteurs émotionnels et sensoriels que l’artiste met au...

Jacques Weber fait sa Crise de Nerfs
Spectacle
315 vues

Jacques Weber fait sa Crise de Nerfs

A 71 ans, celui qui incarnait Cyrano de Bergerac dans le film de Jean-Paul Rappeneau remonte sur les planches sous la direction du metteur en scène allemand Peter Stein au Théâtre de l’Atelier. Trois courtes pièces de Tchekhov, dont...

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma
Agenda
211 vues

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma

Thelma, deux voix en fusion, brutes et sensuelles, scandent comme un chant de guerre et les humeurs capricieuses des jours. Les rythmes ont le pas lourd, les basses tonnent dans la poitrine et la posture est ambitieuse. Tout commence sur les bancs de l’école...