0 Shares 136 Views

L’Inde, au miroir des photographes au Musée Guimet – Prolongation jusqu’au 23 mars

Présentant quatre-vingt-dix tirages originaux, de paysages, d’architectures, de scènes de la vie quotidienne ou encore de personnages, cette exposition illustre la grandeur de la civilisation indienne, et comment les photographes de cette seconde moitié du 19e siècle façonnèrent à l’étranger l’image d’un pays pour beaucoup encore mystérieux et inconnu.

En 1839 la naissance de la photographie est annoncée à Paris. Immédiatement, la presse britannique s’en fait l’écho dans les grandes villes indiennes. Une décennie plus tard, Bombay, Calcutta et Madras sont les foyers de son développement technique et artistique. Le Raj, les Indes britanniques, fondé en 1858, offre un cadre propice à son essor, notamment par l’entremise de militaires, avant même l’arrivée de civils talentueux. Parmi ceux-là, le sergent Linnaeus Tripe débute dès 1854 et se présente à l’exposition de Madras où le jury qualifie son travail de « meilleure série de vues photographiques sur papier ». La qualité de ses épreuves fait de lui un auteur majeur des débuts de la photographie. Peu après, William Baker, sergent retraité, fonde vers 1861 à Murree (Pakistan actuel) le studio Baker & Burke avec John Burke qui le reprend en 1873 sous le nom de John Burke Studio. Avec son associé, il réalise parmi les tout premiers paysages du Cachemire. Cette invention technologique occidentale contribue à façonner l’image du pays.

Les lumières de l’Inde, travaillées par l’œil des photographes, fournissent des sujets variés et inépuisables. Chaque État a sa part d’originalité – et plus particulièrement ceux du nord du pays pour la somptuosité de leur architecture – dans sa diversité ethnographique ou encore la majesté de ses paysages. Les villes « icônes » telles que Delhi, Fatehpur Sikri, Agra ou l’ancienne Bénarès (aujourd’hui Varanasi) et les sites archéologiques ou monuments célèbres (Elephanta, Qubt Minar, Taj Mahal) ont fasciné leurs contemplateurs qui ont su en saisir la monumentalité et la grande richesse de détail. Les photographes partis en quête de nouveaux espaces arrivent sur place nantis d’une importante culture visuelle. C’est le cas de Samuel Bourne, actif en Inde de 1863 à 1870, qui, à l’occasion de trois importantes expéditions au Cachemire, fait les tout premiers paysages d’exception de cette région. Les extraordinaires vues qu’il rapporte sont un fait notable dans l’histoire de la photographie de paysage. Dans la transparence de l’émulsion des épreuves photographiques sur papier, l’Inde contemple son reflet.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Coquette – Le nouvel EP de Hailey Tuck
Agenda
32 vues

Coquette – Le nouvel EP de Hailey Tuck

Un doux flashback dans les années folles avec le nouvel EP de la chanteuse Hailey Tuck.  Après le succès de l’album Junk,  la chanteuse dévoile aujourd’hui six nouveaux titres sur un EP intitulé Coquette. Entre jazz et pop, tristesse et...

ICART & Médiamétrie – Enquête sur les pratiques et sorties culturelles des Français
Art
99 vues

ICART & Médiamétrie – Enquête sur les pratiques et sorties culturelles des Français

L’ICART, école du management de la culture et du marché de l’art, s’est associée à l’institut de sondage Médiamétrie afin de réaliser une étude pour mieux connaître les pratiques culturelles des Français et de les mobiliser sur l’importance de...

Ardif et ses « Mechanimals » : le street artiste du safari urbain
Art
109 vues

Ardif et ses « Mechanimals » : le street artiste du safari urbain

Les œuvres d’Ardif jalonnent les rues de Paris et ne passent pas inaperçues ! Architecture mécanique et animaux fusionnent en une parfaite synthèse qui surprend le public par son naturel. Qui êtes-vous, Ardif ? Un street artiste français, basé surtout à...