0 Shares 606 Views

L’Institut du monde arabe présente la 6e édition des Arabofolies, le festival musical des arts et des idées

1 décembre 2021
606 Vues

En écho à l’exposition “Juifs d’Orient, une histoire plurimillénaire”, qui sera présentée à partir du 24 novembre à l’Institut du monde arabe, il sera beaucoup question de souvenir dans cette nouvelle édition des Arabofolies, le festival musical des arts et des idées de l’Institut du monde arabe.

Le festival Arabofolies se décline trois fois par an : au printemps, au début de l’été et à l’automne. Autour d’un fil thématique commun, il fait vivre les liens existants entre les diverses disciplines et la cohésion qui en découle.

Pour cette 6e édition, c’est le souvenir qui sera mis en avant lors du festival de décembre (du 3 au 12 décembre 2021). Un programme riche et varié sera proposé à son public ; entre concerts, rencontres littéraires, projections de films, les spectateurs de cette nouvelle édition des Arabofolies vont être gâtés…

Artistes des deux rives, ils s’appellent le groupe Yaïa, Rami Khalifé, Neta Elkayam, ou encore Farida Mohammed Ali, Farhat Bouallagui ou les frères Nacash. Tous se souviennent de leurs origines, de leurs familles, de leur pays, du « temps d’avant », et de ceux qui durent tout quitter, bien souvent à contrecœur… Ils nous invitent à partager expériences, sentiments et émotions en images, au gré de belles rencontres… et en musique naturellement.

Autres moments forts des Arabofolies : la rencontre littéraire avec Joann Sfar et l’ouverture du festival avec la nuit Arabic Sound System.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

« George Balanchine » : entre Tchaïkovski et Gershwin, une fête de la danse
Spectacle
42 vues

« George Balanchine » : entre Tchaïkovski et Gershwin, une fête de la danse

Entre la Russie et l’Amérique, entre Tchaïkovski et Gershwin, il y a Georges Balanchine, le chorégraphe russe qui a adopté New-York et qui a sublimé les chorégraphies classiques de Marius Petipa en inventant un nouveau langage, plus pur, plus...

“J’attends que mes larmes viennent”, le spectacle à ne pas manquer au Théâtre Monfort
Agenda
111 vues

“J’attends que mes larmes viennent”, le spectacle à ne pas manquer au Théâtre Monfort

“Je ne sais plus si c’est mon histoire que je vous raconte. Mais je vous assure que je suis sincère.” Qui est Kamel Abdessadok ? Homme français d’origine algérienne, entre deux âges… De multiples identités et autant de personnages,...

“Astrakan”, le film poignant de David Despesseville en salle dès aujourd’hui
Agenda
104 vues

“Astrakan”, le film poignant de David Despesseville en salle dès aujourd’hui

Samuel est un orphelin de douze ans à l’allure sauvage, placé depuis quelques semaines chez une nourrice, Marie. Cette dernière, qui se débat entre ses sentiments et son besoin d’argent, est mariée à Clément avec qui elle a deux...