0 Shares 779 Views

Outsider Art Fair Paris 2018 – Atelier Richelieu

27 septembre 2018
779 Vues

La 6e édition de OUTSIDER ART FAIR PARIS se tiendra du 19 au 21 octobre 2018 à Paris, à l’Atelier Richelieu.

Après une édition 2017, très remarquée et plébiscitée tant par le public que les amateurs et collectionneurs d’art spécialisé ou contemporain, Outsider Art Fair investit le lieu prestigieux de l’Atelier Richelieu en plein centre de Paris, augmentant à cette occasion son nombre de galeries participantes.

Michèle Lamy, personnalité hors-norme du monde de l’art et de la mode, est commissaire invitée de cette édition 2018, et nous convie à un cycle de performances inédites.

Une grande soirée d’inauguration de Outsider Art Fair aura lieu au Musée de l’Hôpital Sainte-Anne, qui présentera une exposition exceptionnelle d’œuvres de sa collection depuis 1950.

Le programme des Outsider Art Fair Talks 2018, en relation avec l’exposition du Musée de l’Hôpital Sainte-Anne proposera un cycle de conférence autour de l’art en milieu psychiatrique en présence d’éminents spécialistes du sujet.

Tout le programme de L’Outsider Art Fair 2018 ici.

LISTE DES EXPOSANTS 

Artpool Project (France, Paris) ; Art Absolument (France, Paris) ; Art Naïve (Russie, Moscou) ; Galerie Atelier Herenplaats (Pays-Bas, Rotterdam) ; Atsuko Barouh (Japon, Tokyo) ; Cavin-Morris Gallery (États-Unis, New York) ; Copenhagen Outsider Art Gallery (Danemark, Copenhague) ; Galerie Claire Corcia (France, Paris) ; Creative Growth Art Center (États-Unis, Oakland) ; Andrew Edlin Gallery (États-Unis, New York) ; Galerie Escale Nomad (France, Paris) ; La Fabuloserie (France, Paris) ; Gliacrobati (Italie, Turin) ; Halle Saint Pierre (France, Paris) ; Hey! Modern Art & Pop Culture (France, Paris) ; Yukiko Koide Presents (Japon, Tokyo) ; Galerie Pol Lemétais (France, Saint-Sever-du-Moustier) ; Galerie LJ (France, Paris) ; Galerie du Marché (Suisse, Lausanne) ; Maroncelli 12 (Italie, Milan) ; Le Moineau Écarlate (France, Paris) ; Morrelandmore (France, Paris) ; Galerie Hervé Perdriolle (France, Paris) ; Galerie Polysemie (France, Marseille) ; La Pop Galerie (France, Sète) ; Raw Vision (Royaume uni, Watford) ; Galerie JP Ritsch-Fisch (France, Strasbourg) ; Rizomi (Italie, Parma) ; Sardac (Royaume-Uni, Londres) ; SHRINE (États-Unis, New York) ; Galerie Beatrice Soulié (France, Paris) ; Tak Gallery (Pologne, Poznań) ; Galerie Les Yeux Fertiles (France, Paris).

OUTSIDER ART FAIR TALKS 2018

Pour la deuxième année consécutive, les rencontres OUTSIDER ART FAIR Talks sont produites en collaboration avec l’Hôtel Drouot, et comprendront deux tables rondes. « A la découverte de 170 ans de créations asilaires » se concentrera sur de récentes découvertes d’œuvres rares conçues par des pensionnaires d’hôpitaux psychiatriques en Europe, et rassemblera des experts prestigieux venant de Suisse, d’Autriche, de Grande Bretagne et de France : Katrin Luchsinger (psychologue et professeur, Zürcher Hochschule für Kunst), Elisabeth Telsnig (historienne de l’art), Dr. David O’Flynn (président du conseil, Adamson Collection Trust), Dr. Anne-Marie Dubois (directrice du Centre d’étude d’expression à l’Hôpital Sainte-Anne); et Thomas Röske (directeur la Collection Prinzhorn) viendra animer les rencontres. La deuxième discussion, organisée par le critique d’art et éditeur en chef de Raw Vision, Edward M. Gómez, mettra en avant-plan un renouveau d’intérêt pour l’art brut aux États-Unis. Le programme détaillé sera communiqué ultérieurement.

Les OUTSIDER ART FAIR Talks auront lieu le samedi le 20 octobre à 11h et 14h à l’Hôtel Drouot, au 9 Rue Drouot, Paris 9e.

MICHELE LAMY – COMMISSAIRE INVITEE / PERFORMANCES

L’un des temps forts de la foire sera le nouveau partenariat avec Lamyland, conçu par l’artiste, directrice artistique et productrice, Michèle Lamy. Lamyland regroupe une série d’évènements, dont le premier s’est déroulé dans le cadre de la Biennale de Venise, où Michèle Lamy combinait sa passion pour l’art, la mode et la boxe.

En 2018, elle crée des pièces d’art personnalisées, une collection en édition ultra-limitée faisant partie de la campagne « Radical Luxury » chez Selfridges à Londres. La participation de Lamy à Outsider Art Fair Paris 2018 marque le troisième volet de Lamyland.

LE PRIX ART ABSOLUMENT

De retour aussi pour cette édition de la foire, le Prix Art Absolument pour l’Outsider Art sera remis sur le stand Art Absolument le samedi 20 octobre à 17 heures.

Ce prix de 10 000 euros sera décerné à un artiste participant à la foire. Cette année le jury regroupera : Bruno Decharme, président du jury (Collection ABCD), David Cohen (psychiatre et artiste), Marc Strauss (psycho-analyste et collectionneur), Choghakate Kazarian (commissaire, Musée d’Art moderne de la Ville de Paris), et Valérie Ranson-Enguiale (historienne de l’art).

Une exposition (commissaire : Barbara Safarova/Collection ABCD) sera présentée du 18 octobre au 17 novembre 2018 à l’Espace Art Absolument, situé dans le 13e arrondissement de Paris, et réunira des œuvres de Dan Miller et celles du ou des lauréats du Prix.

LE MUSEE D’ART ET D’HISTOIRE DE L’HOPITAL SAINTE-ANNE

Il proposera deux nouvelles expositions entre le 14 septembre 2018 et le 28 avril 2019. Il est à nouveau question d’histoire en ce que les fondements historiques permettent d’appréhender le plus justement possible les mouvements d’idées et les mouvements artistiques d’aujourd’hui.

Le croisement et les interactions entre l’histoire de la collection Sainte-Anne, l’histoire de la psychiatrie et l’histoire de l’art seront donc au cœur du propos de ces deux expositions successives.

La première centrée sur l’Exposition Internationale d’Art Psychopathologique de 1950, a été organisée lors du Premier Congrès Mondial de psychiatrie à l’Hôpital Sainte-Anne de Paris. Deux événements majeurs du milieu du 20e siècle quant aux conceptualisations psychiatriques d’une part et aux mouvements artistiques d’autre part. Il y eu un engouement des psychiatres du monde entier pour les productions artistiques des malades mentaux, mais également de nombreuses interrogations et recherches. Parallèlement, le monde artistique produisait des discours à la fois admiratifs et stigmatisant sur ce type de production artistique.

Seront également présentées des œuvres presque contemporaines, réalisées avant 1960, qui nous permettront de nous interroger sur le terme d’art psychopathologique. Ce terme a été utilisé dès 1950 et il est parfois utilisé encore aujourd’hui. Cependant son sens n’est pas évident et très diversement compris. Il correspond pour les psychiatres du milieu du 20e siècle à l’existence supposée de signes pathologiques dans les productions des malades. Il désigne pour d’autres, une catégorie particulière d’œuvres définies par leur provenance. C’est à dire une catégorie artistique qui serait définie par l’existence d’une pathologie chez leurs auteurs. Une démarche en définitive assez comparable à celle d’avant 1950, qui parlait d’art des fous ou d’art brut.

La deuxième exposition se situera dans la logique de l’évolution de la création de la Collection Sainte-Anne, entre 1960 et 1970. La majeure partie des artistes présentés ont travaillé dans les premiers ateliers d’art-thérapie de l’Hôpital Sainte-Anne. Cependant il se trouve que ces œuvres ont été réalisées pour la majeure partie d’entre elles, par des malades pour lesquels la création artistique était inscrite dans leur vie, voire dans leur savoir-faire, bien avant leurs hospitalisations ou avant l’apparition de leurs difficultés psychologiques. Des œuvres qui contredisent la notion d’art psychopathologique, quelques soient les conditions de leur réalisation.

Ces deux expositions seront l’occasion de poursuivre la réflexion sur la permanence de la partie saine et créative de ces malades-artistes, quelque soient les conditions de réalisation de leurs œuvres.

A PROPOS D’OUTSIDER ART FAIR

Fondée à New York en 1993, OAF s’est rapidement fait connaître pour son esprit non-conformiste, et la foire a joué un rôle essentiel dans l’émergence d’une communauté de collectionneurs passionnés par ces formes d’art et sa reconnaissance accrue dans les réseaux d’art contemporain.

En 2012, OAF a été acquise par Wide Open Arts, une société créée par le galeriste new-yorkais Andrew Edlin, et s’est installée dans le quartier de Chelsea pour son édition inaugurale de 2013.

Forte de ce succès, Wide Open Arts a décidé d’exporter sa foire à Paris dès octobre 2013, contribuant au dynamisme d’une tradition européenne historique pour la reconnaissance de l’art brut et de la production autodidacte.

A PROPOS DE L’ART OUTSIDER ET DE L’ART BRUT

Dans un texte de référence datant de 1949, intitulé « L’art brut préféré aux arts culturels », Jean Dubuffet définissait ainsi le terme d’art brut : « Nous entendons par là des ouvrages exécutés par des personnes indemnes de culture artistique, dans lesquels donc le mimétisme, contrairement à ce qui se passe chez les intellectuels, ait peu ou pas de part, de sorte que leurs auteurs y tirent tout […] de leur propre fond et non pas des poncifs de l’art classique ou de l’art à la mode ». L’historien d’art britannique Roger Cardinal utilisait pour sa part le terme outsider art – qui se voulait une alternative à celui d’art brut – dans le titre de son ouvrage paru en 1972.

Dubuffet et Cardinal renvoyaient aux œuvres réalisées par des marginaux, des psychotiques, des médiums et des excentriques, ce qui conduisit parfois à la conception erronée voulant que l’art brut soit un art des « fous ». Ces créateurs ont en commun d’être éloignés des contextes artistiques, sachant qu’ils opèrent en dehors de la sphère de l’art contemporain et des cercles d’initiés.

La présence accrue, sur la scène mondiale, d’expositions et d’événements mettant en vedette des artistes autodidactes, constitue un développement marquant dans l’histoire de l’art. Au cours des vingt dernières années, des commissaires innovants et des galeries commerciales ont tour à tour organisé des expositions jumelant des œuvres outsiders aux côtés de celles d’artistes initiés.

L’art outsider s’est aussi taillé une place croissante dans nombreuses institutions comme l’American Folk Art Museum (New York), le Brooklyn Museum (New York), la Hayward Gallery (Londres), le State Hermitage Museum (Saint-Pétersbourg et Amsterdam), le Watari Museum of Contemporary Art (Tokyo), le High Museum of Art (Atlanta), l’American Visionary Art Museum (Baltimore), le John Michael Kohler Arts Center (Sheboygan, Wisconsin), La maison rouge (Paris), le Metropolitan Museum of Art (New York), le New Museum of Contemporary Art (New York), le Studio Museum (New York), le Museum of Old and New Art (Hobart, Tasmanie), le de Young Museum (San Francisco), le Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia (Madrid), la National Gallery of Art (Washington), le MoMA (New York), le Philadelphia Museum, le Carnegie International (Pittsburgh), la Biennale de Gwangju (Gwangju, Corée du Sud) et la Biennale de Venise.

[ Source texte : communiqué de presse ]

Articles liés

Métropole au Théâtre de la Reine Blanche, croisements urbains
Spectacle
47 vues
Spectacle
47 vues

Métropole au Théâtre de la Reine Blanche, croisements urbains

Six personnages qui vivent et travaillent dans le grand Paris se croisent et nouent des relations. Pris dans la grande toile d’araignée tissée par les nouvelles politiques urbaines, ils sont les pions d’un puzzle où l’argent est roi. Les...

BOYS – Le nouveau clip des Spang Sisters en ligne le 21 Décembre !
Agenda
32 vues
Agenda
32 vues

BOYS – Le nouveau clip des Spang Sisters en ligne le 21 Décembre !

Les Spang Sisters apparaissent il y a à peu près 250 millions d’années sous la forme d’une entité gazeuse et homogène. Au fil du temps, cette immense masse de vapeur s’est développée jusque dans l’esprit de cinq jeunes garçons, pour les convaincre de...

Le gendre de ma vie – Une comédie de François Desagnat – En salle le 19 décembre
Agenda
22 vues
Agenda
22 vues

Le gendre de ma vie – Une comédie de François Desagnat – En salle le 19 décembre

Stéphane et Suzanne sont parents de trois jeunes femmes, le tableau peut sembler idéal mais Stéphane n’a jamais eu de fils et a toujours rêvé d’en avoir… Pour combler cette frustration, il s’accapare ses gendres et en tombe plus...