0 Shares 188 Views

Panayotis Pascot et l’Atlas, une fresque à l’Européen

3 novembre 2021
188 Vues

Cela fait quelques années que Panayotis Pascot et Jules Dedet Granel, dit l’Atlas, ont envie de collaborer ensemble. L‘un fait du standup, lautre du streetart, deux disciplines souvent considérées comme mineures mais qu‘ils pratiquent avec la même exigence et lenvie de parler au plus grand nombre. À loccasion des 50 représentations du spectacle de Panayotis à lEuropéen, ils ont imaginé ensemble une fresque, qui sera exposée sur la façade de la salle jusquau 31 décembre

L’artiste français Jules Dedet Granel, dit L’Atlas, né en 1978, trouve par ses recherches autour de l’écriture le point de départ de son travail plastique et pictural. Il est particulièrement attiré par l’idée de créer un langage pictural universel, qui soit un juste équilibre entre la forme et la lettre, entre l’acte et l’intention. Jeu de variations infinies, affleurant et s’éloignant de l’art optique et des différents mouvements de l’art abstrait et géométrique. L’Atlas présente la particularité de rechercher et de renouveler systématiquement son approche et son expression de la lettre et de la ligne, du rythme codifié de l’écriture, cherchant la frontière de l’illisible, et menant méthodiquement son oeuvre vers l’abstraction et le minimalisme ; il considère toute forme comme une lettre et tout lettre comme une forme, ce qui le conduit à travailler récemment avec des urbanistes pour donner une troisième dimension à son art et réinvestir l’espace public d’une autre manière redonnant ainsi un sens à la dimension architecturale de son travail.

De son côté, Panayotis Pascot est un humoriste surdoué il est aussi un conteur d’histoire. Il est animé par la même intention de révéler ce qui ne se voit pas : l’intime, le monde mystérieux des émotions.

Leur réunion autour des mots, et plus précisément l’utilisation du texte du spectacle comme matériau, s’est imposée comme une évidence. Les lettres de leur fresque forment le mot Presque, titre du spectacle, et elles en contiennent le texte intégral.

La situation de la fresque nest pas anodine : les locaux de l’Européen abritent non seulement une salle de spectacle, mais également les locaux de l’école Hourde, qui accompagne des jeunes dans l’apprentissage des métiers de l’architecture, de la scénographie et du design. Ainsi, cette oeuvre fait écho à la raison d’être de ces deux lieux : fédérer autour d’une expression artistique, encourager et accompagner “chacune et chacun dans sa singularité et sa personnalité”.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Mat Bastard : “C’est le disque le plus complet et le plus abouti. Il nous permettra d’aller encore plus loin sur scène”
Musique
199 vues

Mat Bastard : “C’est le disque le plus complet et le plus abouti. Il nous permettra d’aller encore plus loin sur scène”

Skip The Use revient avec un nouveau single Human Disorder ! Après deux ans d’absence due à la crise sanitaire, le groupe annonce un nouvel album. Le chanteur Mat Bastard nous parle de Skip post-confinement et leurs futurs projets....

“Nos paysages mineurs”, entre théâtre et cinéma au Théâtre 14
Agenda
71 vues

“Nos paysages mineurs”, entre théâtre et cinéma au Théâtre 14

Une vie d’amour résumée en une heure de trajet en train : voici le pari, poétique et romantique, de Nos paysages mineurs, dernière création de Marc Lainé. Dans cette pièce elliptique aux accents cinématographiques que l’on contemple à travers les...

Découvrez l’opéra “L’amor conjugale” à Levallois-Perret
Agenda
77 vues

Découvrez l’opéra “L’amor conjugale” à Levallois-Perret

Une épouse téméraire se travestit afin d’être engagée comme geôlier dans une prison et de secourir son mari, injustement détenu : l’histoire de Léonore, inspirée du roman français de Jean Nicolas Bouilly, nous est bien connue grâce à l’unique...