0 Shares 1234 Views

Prix Icart Artistik Rezo 2018

Solène Chaillat 16 janvier 2018
1234 Vues
Prix icart artistik rezo paris janvier

Depuis 10 ans, le Prix Icart Artistik Rezo encourage la découverte de talents émergents de la scène artistique contemporaine. Il est organisé chaque année par l’Icart (l’école du management de la culture et du marché international de l’art) en association avec Artistik Rezo, afin de récompenser des artistes de moins de 35 ans résidents en France.

Suite à l’appel à candidature du Prix Icart Artistik Rezo, 10 candidats ont été sélectionnés ! Les 10 artistes sélectionnés par les étudiants exposeront leurs œuvres du samedi 27 au dimanche 28 janvier 2018. Au cours du vernissage, le vendredi 26 janvier, des professionnels du monde de l’art désigneront le(a) lauréat(e) du Prix du Jury. Un Prix du Public sera également décerné. Le(la) gagnant(e) Prix du Jury se verra offrir une dotation de 3.000 euros, ainsi que la possibilité d’exposer dans un lieu partenaire et bénéficiera du soutien d’Artistik Rezo pour en faire sa promotion. Des cadeaux seront offerts par nos partenaires pour le Prix du Public.

Découvrez dès à présent les 10 artistes sélectionnés ainsi que les membres du jury :

Oeuvre de KID KRÉOL & BOOGIE Prix Icart Artistik Rezo 2016 © Robin Chutaux-IMG_0857
[ Oeuvre de KID KRÉOL & BOOGIE Prix Icart Artistik Rezo 2016 © Robin Chutaux]

Artistes sélectionnés :

Mathieu ANDRIEUX – Photographie
Ses photographies traitent d’un questionnement existentiel. Avec des images de corps, tantôt déconstruites, tantôt assemblées, décontextualisées, il souhaite parler de l’inadaptation de l’être humain à lui-même et de sa difficulté à s’inscrire dans le monde. C’est à travers la confrontation entre une photographie maîtrisée et une part de liberté due au hasard qu’il souhaite révéler l’instabilité et la fragilité humaine. Son travail s’oriente vers une démarche conceptuelle, parfois proche de la photographie plasticienne. Ses recherches sont en lien, par l’intention, avec le travail de Denis Darzac, Bill Viola et Erwin Wurm.
> site de l’artiste

Kevin BIDEAUX – Installation et photographie
Conceptuel, pictural ou sculptural, le travail de Kévin Bideaux articule histoire de l’art, linguistique, psychologie, biologie, études de genre et cultures queer. Impliqué et concerné par les luttes féministes et LGBT, son travail explore l’intimité des corps en marge, en relation avec d’autres corps, le corps social ou le sien. En renouant avec les origines de l’histoire ou de la science, il entame le processus de déconstruction nécessaire à l’appréhension critique du monde.
> site de l’artiste

Jeong DAYOUNG – Collage
L’artiste emploie la technique de collage, procédant au préalable à une collecte et à un tri minutieux des images en fonction de leurs couleurs et nuances. Il s’agit là d’un travail laborieux qu’on pourrait assimiler à la préparation d’une palette de peinture. Avec les images collectées, elle dépeint des formes et traits de visage sur une feuille blanche. En y regardant de plus près, on découvre que ces visages expressifs sont en fait constitués de morceaux de papier : les yeux, le nez, les lèvres, les cheveux ont été découpés dans des magazines.
> site de l’artiste

Roxane KISIEL – Suspension
Le volume d’un corps, son aplatissement, sa capacité à s’offrir au vide et, ainsi, à évoquer sa disparition totale dans la mort, sont autant de questions qui sous-tendent la réalisation de ses travaux. Par leurs formes multiples et leurs propriétés spécifiques, ses matériaux (papier, tissu et fil) évoquent la vie d’un corps, d’abord animé. Leur utilisation oscille entre résistance et caducité, exprime la fragilité et la précarité de se savoir vivant, et par là même sujet à l’anéantissement, à travers l’aléatoire et la violence qu’ils subissent lors de leur manipulation.

Léonard MARTIN – Installation et vidéo
Il explore les différents modes de représentation du mouvement à travers un dialogue entre peinture, cinéma d’animation, film de marionnettes et sculpture mécanique. Inspiré par des auteurs comme James Joyce, William Faulkner ou Arno Schmidt, sa recherche est axée autour d’un langage physique, à base de signes, et non pas de mots. Léonard Martin nous propose une œuvre inédite.
> page de l’artiste

Camille OARDA – Gravure
Son travail s’articule essentiellement autour du paysage. Par ce travail de recherche poétique basé sur l’observation, elle essaye de montrer ce que l’on ne voit pas ou qu’on ne prend pas la peine de voir. Que ce soit un fragment de mer, de montagne, de désert ou de visage, ces éléments tirés du réel, mais réinventés, se confondent, s’imbriquent et se répondent.
> site de l’artiste

Matthias PASQUET – Photographie
Sa pratique aborde les représentations du passé. En 2014, il a suivi les recherches réalisées par l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) dans le cadre d’une fouille archéologique, avec une série sur la rencontre entre archéologues et vestiges. Matthias Pasquet interroge la notion de trace et la dialectique entre présence, absence et distance. Depuis 2016, ses projets ont en commun la réappropriation des nouvelles pratiques d’archivages et de restitutions du patrimoine (lasergrammétrie et photogrammétrie).
> site de l’artiste

Etienne POTTIER – Sculpture
Influencé, tant par les gravures apocalyptiques de Dürer, que par les peintures acidulées de Peter Doig, Étienne Pottier crée un univers sombre et fantasque à travers des dessins, des photographies, des sculptures, des vidéos et des installations. On décèle chez l’artiste une aspiration à traiter les sujets prosaïques d’une manière spirituelle, à conférer une dimension presque sacrée à des thèmes quotidiens, sans pour autant y déceler une portée religieuse. Selon lui, dans l’image, il n’y a ni violence, ni souffrance, ni provocation, mais l’évocation d’un rituel mystérieux et intemporel.
> site de l’artiste

Camille SAUER – Installation
« Camille Sauer s’appuie sur des protocoles de travail longuement élaborés et physiquement explorés qui aboutissent à des mises en formes variées exploitant des techniques aussi diverses que la musique, l’écriture ou l’installation. Tentant d’approcher des phénomènes sociétaux, l’artiste met au point des partitions plastiques qui ont pour but de rendre la présence du spectateur plus dynamique. Pour ce faire elle a recours à des logiques ludiques ou scientifiques qui interrogent les fondamentaux humains. » Christian Gattinoni.
> site de l’artiste

Katarzyna WIESIOLEK – Dessin
Dans ses recherches artistiques, elle porte un intérêt à des moments fugaces de la vie quotidienne. Elle tente avec soin de révéler sa propre interprétation de la réalité par des œuvres qui tirent leurs matérialités d’événements, d’images ou de moments de contemplation. Généralement, dans ses dessins, elle change la dimension physique et objective des lieux et amène une dimension personnelle, non dénuée de nostalgie, à travers l’utilisation du fusain. Cette technique lui permet d’exprimer, le passage du temps, d’une manière sensible.
> page de l’artiste 

Gisants, Roxane Kisiel, 2014
[ © Gisant, Roxana Kisiel, 2014 ]


Membres du jury 2018 :

Kathy ALLIOU
Responsable du département scientifique et culturel des Beaux Arts de Paris

Éric DUPONT
Directeur de la galerie Éric Dupont

Fanny FIAT
Co-directrice d’Éléphant Paname

Raphaël GATEL
Directeur exécutif de la galerie Perrotin

Laurent FIAT
Co-directeur d’Éléphant Paname

Marie HUGO
Artiste plasticienne

Nicolas LAUGERO-LASSERRE
Directeur de l’Icart, président fondateur de l’association Artistik Rezo, associé fondateur et directeur artistique de Fluctuart

Arnaud OLIVEUX
Commissaire-priseur chez Artcurial, spécialiste en art contemporain

Stéphanie PIODA
Journaliste et éditrice pour Beaux-Arts Magazine et Beaux-Arts éditions

Marta PONSA
Responsable des projets artistiques et de l’action culturelle au Jeu de Paume

Fabien VERSCHAERE
Artiste plasticien

Vernissage le 26 janvier de l’exposition collective à Éléphant Paname, Centre d’art et de danse (sur invitation et réservation) 

Ouvert depuis maintenant cinq ans, Éléphant Paname est un animal libre et sauvage en plein cœur de Paris. Accueillant des expositions, du spectacle vivant, et proposant des studios pour des répétitions et des cours de danse et d’autres disciplines, le Centre d’art et de danse soutient l’émergence sous toutes ces formes. C’est une maison avec une âme, avec de l’esprit, avec une philosophie.

[ Source : Icart Artistik Rezo ]

 

Articles liés

Fréquences Basses à La Dame de Canton !
Agenda
15 vues
Agenda
15 vues

Fréquences Basses à La Dame de Canton !

Véritable caméléon musical, Slim Abida joue du métal, du reggae, du gnawi, du jazz et bien d’autres styles. Il appartient au cercle des artistes confirmés en Tunisie.Il signe aujourd’hui Fréquences Basses, son premier projet solo dont la basse est...

Une bulle musicale à La Dame de Canton !
Agenda
15 vues
Agenda
15 vues

Une bulle musicale à La Dame de Canton !

JIKAËLLE Son dernier album, ‘Evidences’, le souligne: Jikaëlle a le goût des guitares acoustiques, des mélodies limpides et des mots forts, qui disent l’amour, la rencontre, le voyage, l’intensité des émotions. Avec Bernard Léchot, son compagnon musical depuis ses...

« Reverse ! » : La nouvelle revue du Cirque Electrique
Spectacle
72 vues
Spectacle
72 vues

« Reverse ! » : La nouvelle revue du Cirque Electrique

Ils ont l’habitude de renverser nos habitudes, avec leurs soirées cabaret qui ne ressemblent à rien d’autre. Leur nouveau « Cabaret Décadent » s’intitule « Reverse ! » et propose un programme totalement différent du précédent. Du genre à la perspective et aux disciplines...