0 Shares 174 Views

“Un Bon Job”, une comédie de Stéphane Robelin à découvrir à la Manufacture des Abbesses

15 novembre 2022
174 Vues

Johana frôle le burn out. Pour se libérer de sa charge mentale, elle s’offre les services d’un “homme à penser” : Raphaël…

Johana aime tout contrôler : son business qui consiste à vendre des prestations à domicile dans le monde entier, son compagnon (Denis) qui gère sa plateforme et ses deux enfants, Paul et Léa, qui s’apprêtent à entrer dans la vie active. Alors quand ses affaires battent de l’aile, que sa vie sexuelle s’encroûte, que sa fille délaisse de brillantes études pour chanter et qu’elle découvre l’homosexualité de son fils, elle décide, pour éviter le burn out, de déléguer une partie de sa charge mentale à une nouvelle recrue : Raphael.

Son employé à domicile va apprendre à penser comme Johana pour la remplacer en toutes circonstances : dans le business qu’elle gère depuis chez elle, comme dans la gestion des problèmes familiaux.
“L’homme à penser” n’est il pas la seule solution pour continuer d’exploiter à son compte les inégalités ? Comme le dit ironiquement Johana : “Le pâtissier fait des gâteaux à votre place, l’esthéticienne s’occupe de vos poils, la femme de ménage cure vos chiottes mais que quelqu’un puisse penser à votre place pour vous éviter le burn out, alors ça quelle horreur !”

Note de l’auteur, Stéphane Robelin

Après la réalisation de mes deux derniers films qui traitaient de la dépendance de nos retraités , je souhaitais aborder une nouvelle thématique ancrée dans le monde du travail, quelque chose qui aborde la charge mentale et l’aliénation des actifs, quelque chose qui évoque avec humour la globalisation et ses effets pervers. Et après mure réflexion, il m’a semblé que la liberté offerte par le théâtre me permettrait davantage d’investir le champ de l’absurde et des conflits dialectiques qui sous-tendent cette thématique.
L’idée de décortiquer les rouages de notre monde marchand à travers les péripéties d’une famille a guidé par la suite l’écriture de la pièce. Pointer ce que l’on est prêt à vendre de soi pour adhérer aux règles communes, mais aussi ce que l’on est prêt à exploiter chez l’autre pour rentabiliser son business. Dépecer délicatement cette personne dite « morale » qu’est l’entreprise et les relations que nous entretenons avec elle pour “gagner notre vie”.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Reporters sans frontières #71 : 100 photos de Brassaï pour la liberté de la presse
Agenda
42 vues

Reporters sans frontières #71 : 100 photos de Brassaï pour la liberté de la presse

Il y 30 ans, RSF publiait le premier numéro de sa collection 100 photos pour la liberté de la presse. Cartier-Bresson, Lartigue, Doisneau, Ronis, Capa et beaucoup d’autres icônes de la photographie du XXe siècle se sont succédées à...

Wangari Fait son Cirque, le spectacle inédit au Centre Wangari
Agenda
52 vues

Wangari Fait son Cirque, le spectacle inédit au Centre Wangari

Le vendredi 16 décembre 2022, le Centre Wangari ouvre ses portes aux publics et aux artistes pour une grande fête autour des arts du cirque à travers son événement hivernal circassien Wangari Fait son Cirque ! Des artistes circassiens...

“Le Dindon”, adapté et mis en scène par Philippe Person au Lucernaire
Agenda
51 vues

“Le Dindon”, adapté et mis en scène par Philippe Person au Lucernaire

Si tu me trompes, je te trompe ! À partir de cette phrase, Feydeau met en place avec génie un hilarant jeu de dominos autour de son thème favori : l’adultère. Deux jeunes femmes jurent de prendre un amant...