0 Shares 515 Views

“Un pur esprit s’accroît sous l’écorce des pierres”, une exposition photographique d’Amélie Labourdette à la Galerie Michel Journiac

14 octobre 2022
515 Vues

1. Un pur esprit s'accroît sous l'écorce des pierres Forêts du Dévonien / Forêts fossiles de Catskill 2. Forêts contemporaines / L’esprit de la forêt

Conçue pour la Galerie Michel Journiac, l’exposition Un pur esprit s’accroît sous l’écorce des pierres présente des œuvres photographiques de l’artiste française Amélie Labourdette, résultat de ses recherches au sein du New York State Museum à Albany NY.

L’exploration détaillée de la Collection de Paléobotanique a permis à Amélie Labourdette la saisie photographique de vestiges fossiles des plus anciennes forêts sur Terre trouvés à Gilboa et à Cairo datant du Dévonien Moyen (385 millions d’années). Conjointement à cette exploration, la recherche de l’artiste s’est enrichie d’un travail photographique réalisé au cœur de plusieurs forêts contemporaines en France et aux États-Unis.

Premier volet de son projet plus vaste intitulé Ghosts & Monsters, cette exposition cherche à développer des récits alternatifs en nous indiquant des voies futures d’éco-collaborations avec notre biosphère. À l’image du vers éponyme du poème de Gérard de Nerval, Un pur esprit s’accroît sous l’ écorce des pierres célèbre un pluralisme ontologique dans son effort pour reconnaître une forme de sensibilité et de subjectivité aux entités naturelles non humaines, ici les forêts.

L’exposition s’articule autour de la mise en écho de deux corpus d’images, chacune étant la matérialisation photographique d’une temporalité plus qu’humaine – l’une témoignant de la mémoire ancestrale des forêts originelles du Dévonien, l’autre révélant le spectre vibrant de forêts contemporaines – chacune se réverbérant dans l’autre. L’espace d’exposition est alors pensé comme le corps mémoriel et vibrant – en couches subtiles entrelacées – de la forêt.

En poursuivant le désir de conférer une présence sensible aux entités des forêts primordiales de Gilboa et de Cairo, ainsi qu’aux entités de nos forêts contemporaines, Un pur esprit s’accroît sous l’écorce des pierres cherche à leur donner “corps”, mais également à les investir de “voix” et de “récits”. Dans cette optique, Amélie Labourdette combine à la photographie au sein de cette exposition l’écriture et le son en invitant quatre autres artistes à collaborer.

Un pur esprit s’accroît sous l’écorce des pierres Forêts contemporaines / L’esprit de la forêt Région des Catskills, État de New York, États-Unis. 97 x 144.5 cm (tirage avec cadre) / Édition unique

Maïtéa Miquelajauregui présente son projet sonore MOHO dont l’intention est de nous faire appréhender l’entité Terre, en nous faisant ressentir les activités sismiques de notre planète qui, pareilles à des pouls, remplissent l’espace d’exposition d’un spectre de sensations sonores et physiques.

Traducteurs des voix des forêts, les deux auteurs Elodie Issartel et Camille de Toledo deviennent les intercesseurs de ces entités.

“Nos élans sont les flèches de votre avenir” mis en poème par Elodie Issartel et mis en voix par Marie-Bénédicte Cazeneuve convie les spectres des forêts primordiales de Gilboa et Cairo. Leur témoignage nous rappelle que le monde au sein duquel nous vivons n’aurait pu exister sans leur présence.

En outre, “le discours des forêts européennes devant les Nations unies en 2024” de Camille de Toledo déploie un récit, celui d’un “soulèvement légal de la Terre”, en convoquant les voix des forêts contemporaines.

Dans l’esprit du gesamtkunstwerk, l’exposition forme un écosystème de corps et de voix, elle s’inscrit dans le sillon des recherches actuelles concernant la Jurisprudence de la Terre pour laquelle il est question d’étendre le politique au niveau du Cosmos-Politique, de prendre en compte les non-humains comme Sujets de droits dans un “parlement élargi”.

Un pur esprit s’accroît sous l’écorce des pierres
Forêts du Dévonien / Forêts fossiles de Catskill
Eospermatopteris (souche), forêt de Giloba, Complexe du delta de Catskill. Collection de Paléobotanique, New York State Museum, Albany NY.
97 x 144.5 cm (tirage avec cadre) / Édition unique

À propos d’Amélie Labourdette

Née en 1974, Amélie Labourdette vit et travaille à Paris.
Artiste visuelle, photographe, Amélie Labourdette est diplômée de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Nantes. Bénéficiaire de nombreuses bourses de recherche et de production, son travail a été présenté dans plusieurs expositions en France et à l’étranger (Royaume-Uni, Chine, Géorgie, Italie, Allemagne), et fait partie de collections publiques ou privées. Depuis 2015, elle réalise des résidences artistiques en Italie du sud, en Tunisie et aux États-Unis, qui lui permettent de développer ses projets.

En 2016, elle est lauréate du Sony World Photography Awards dans la catégorie Architecture, avec sa série Empire of Dust. En 2017, elle obtient la bourse de Soutien à la photographie documentaire contemporaine du CNAP pour son projet Traces d’une occupation humaine réalisé dans le bassin minier d’extraction de phosphate de Gafsa, aux portes du désert tunisien.

De 2017 à 2019, elle réalise le projet KÓSMOS – Pluralité des mondes comme bibliothèque Aby-Warburguienne aux États-Unis dans les États du Texas, du Nouveau-Mexique, de l’Arizona, de l’Utah et du Colorado, lors de deux séjours : en février 2017, grâce à une bourse de Sony, et en mars 2018, à la suite de l’invitation en résidence à Marfa (Texas) de l’École des Beaux-Arts de Nantes / Saint-Nazaire.

En 2020, elle est sélectionnée parmi les dix finalistes du Prix Découverte Louis Roederer des Rencontres d’Arles 2020. En 2021, elle intègre la Collection Photographique du Centre National des Arts Plastiques (CNAP) avec cinq tirages photographiques de la série KÓSMOS – Pluralité des mondes comme bibliothèque Aby-Warburguienne.

Suivez l’actualité d’Amélie Labourdette sur son site Internet

Avec les contributions de Maïtéa Miquelajauregui, Élodie Issartel & Marie-Bénédicte Cazeneuve et Camille de Toledo

Commissaire d’exposition : Gabriela Anco

Le vernissage aura lieu le mardi 8 novembre 2022 de 18h à 20h

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Jean-Marie Bigard est l’invité d’“Absolutely Hilarious” le 11 décembre à la Grande Comédie
Agenda
37 vues

Jean-Marie Bigard est l’invité d’“Absolutely Hilarious” le 11 décembre à la Grande Comédie

“Absolutely Hilarious – Le Grand Show de L’Humour” invite Jean-Marie Bigard pour une soirée spéciale le dimanche 11 décembre à la Grande Comédie ! Absolutely Hilarious, créé en 2018 à Paris, est rapidement devenu LE plateau d’artistes incontournable de...

A Mon Piano, le dernier clip de Turquoise M signe la fin d’une trilogie
Agenda
48 vues

A Mon Piano, le dernier clip de Turquoise M signe la fin d’une trilogie

Turquoise M clôt sa trilogie acoustique avec le superbe clip d’A Mon Piano. Danseuse, pianiste, comédienne, Turquoise M écrit et compose une musique entre ombre et lumière, morceaux dénudés à l’extrême, sans fard, ni artifice. Inspirée par des artistes...

Participez au voyage musical de Tangorom aux côtés de Loco Cello
Agenda
48 vues

Participez au voyage musical de Tangorom aux côtés de Loco Cello

L’ensemble Loco Cello composé de François Salque (violoncelle), Samuel Strouk (guitare) et Jérémie Arranger (contrebasse) repart pour de nouvelles aventures avec la sortie de Tangorom le 03 février 2023, chez Well Done Simone ! Records. On retrouve sur ce...