0 Shares 687 Views

Accord de Paris : le message d’alerte de Bordalo II !

Emma Grozier 27 février 2019
687 Vues

Les œuvres manifestes de Bordalo  II autour de la lourde problématique des changements climatiques sont visibles à la galerie Mathgoth jusqu’au 2  mars. Une exposition au message d’alerte puissant de l’une des grandes signatures de l’art urbain international !

« La Terre est notre foyer, notre habitat ; l’endroit où nous mangeons, où nous respirons. » Jeune street artiste engagé Artu r Bordalo s’est d’abord essayé au graffiti de rue, où il trouvait à la fois liberté artistique mais également liberté d’expression.

Après trois années passées aux Beaux-Arts de Lisbonne, son médium d’expression est désormais passé du côté de l’assemblage et donc plus de la sculpture. Grandioses et spectaculaires, ces dernières interpellent chaque spectateur, tant sur son mode de (sur) consommation, que sur l’inévitable et imminente destruction de notre « foyer », la planète.

Matériaux adéquats 

Comme médium principal  : des déchets hétéroclites. Habituellement exposés dans la rue, ces monumentaux assemblages sont, depuis le 26 janvier, installés au sein de l’espace brut et atypique de la galerie Mathgoth, en plein cœur du 13 e arrondissement de Paris. Galerie qui a d’ailleurs parfaitement compris le message et la volonté de Bordalo  II, puisqu’un travail de médiation est organisé et destiné aux futures générations afin d’expliquer l’importance et l’urgence de protéger l’environnement. De plus, l’espace est réservé  en priorité aux groupes scolaires chaque matinée.

Dès notre arrivée, nous pouvons remarquer un bruit habituel pour nos oreilles humaines, bruit que l’on cherche en tournant notre tête dans tous les sens : celle de l’eau qui coule à travers les canalisations. Au même endroit, de façon déconstruite contrairement au reste de l’exposition, se trouve un amas de déchets (plastique, bois, filet de pêche, métal, acier), qui évoque ce que nous trouvons souvent dans la rue.

Les espèces menacées

La première partie de l’exposition est composée de « tableaux », des peintures sur assemblages de déchets avec des titres toujours très militants tels que Evilution, Human Disgust, Life After Death ou encore Cable Slave. Ensuite, nous découvrons différentes séries intitulées Half Half Animals et Plastic Animals. Ces dernières qui représentent un lion, un éléphant, un crocodile ou encore un rat, victimes premières de l’action humaine et des conséquences de la pollution.

Encore une fois, ces œuvres ont été créées avec précisément ce qui les détruit et les tue  : nos déchets omniprésents et colossaux.

Nous sommes tous concernés, face aux changements climatiques causés par nos modes de vie et de consommation, et nous nous devons de réagir. ACCORD DE PARIS nous le rappelle de façon très percutante.

Emma Grozier

Articles liés

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine
Spectacle
49 vues
Spectacle
49 vues

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine

Au croisement des langues et des cultures, le collectif TgSTan et le metteur en scène Tiago Rodrigues donnent naissance à un spectacle poétique et irradiant, qui célèbre la passion en même temps que la littérature. Un moment théâtral de...

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz
Agenda
35 vues
Agenda
35 vues

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz

Soudés par une amitié de vingt-cinq ans, trois maîtres contemporains du jazz, Ali Jackson (batterie), Aaron Goldberg (piano) et Omer Avital (contrebasse), réactivent avec bonheur la tradition du genre, au sein d’un trio moderne qui magnifie l’esprit du swing...

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère
Agenda
37 vues
Agenda
37 vues

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère

En 1942, dans la France occupée, Irène Némirovsky écrit son roman le plus déchirant, « Suite française ». Il restera inachevé. Le premier tome de ce roman, « Tempête en juin », suit une quarantaine de personnages sur les...