0 Shares 1085 Views

« Animae animarum » – Sandrine Rondard – Underconstruction Gallery

Lucie Aqua Blue, 2017, huile sur toile, 41 x 33 cm

Sandrine Rondard dépeint un monde enchanté, qui est à la fois une féérie et le reflet des violences que l’homme inflige à cette nature où règnent en maîtres ses enfants chamanes. Dans cette exposition à l’Underconstruction Gallery, elle réalise une performance autour des espèces d’oiseaux menacés de disparition.

La Liste ou Grand diptyque aux Oiseaux, 2 panneaux de 195 x 130 cm chacun, huile sur toile, 2018

De l’âme des animaux

135 espèces d’oiseaux sont menacées de disparition. Et alors quoi ? Combien seront touchés par une telle annonce ? Il faut bien dire qu’on ne connaît même pas le nom de la moitié d’entre eux, ni même leur existence alors qu’ils peuplent nos campagnes et nos jardins. Que peut-on faire alors que la nature est en train d’être disséminée aux quatre coins de la planète ? On continue notre vie individualiste et nombriliste ou on change notre façon de penser ?

Un deux trois… Tout disparaîtra, 2018, huile sur toile, triptyque, 3 x 18 x 10 cm

Ce chiffre vient des dernières études du CNRS et du Muséum d’Histoire Naturelle. Les savants les ont toutes identifiées, répertoriées et nommées mais elles ne seront bientôt plus qu’un souvenir dont les contours seront de plus en plus flous, des noms qui s’ajouteront à une liste de plus en plus longue que l’on pourra réciter comme un mantra dont on a perdu le sens. Seules les collections des musées d’histoire naturelle et les livres des savants nous indiqueront que ces espèces ont bien existé et qu’elles n’appartiennent pas à la typologie des animaux fantastiques, aux côtés des licornes, dragons et autres créatures sorties tout droit de l’imagination.

Et puis il y a aussi ce tableau monumental de Sandrine Rondard, de 2 mètres sur 3 qui fige à sa façon la mémoire de ces 135 espèces, comme un entomologiste punaise méthodiquement ses insectes sur des planches. Certains sont en train de disparaître physiquement, il ne reste plus que des silhouettes fantômes. Peut-être un jour les regarderons-nous telles des Mirabilia d’un cabinet de curiosité ? Un tableau pour « émerveiller » comme elle le souhaite elle-même.

Musée de la chasse, 2018, huile sur toile

Dans cette nouvelle série de Sandrine Rondard, il n’y a cependant aucune critique, condamnation ou prise de position, simplement un constat qui la rend triste et qui laisse tout individu impuissant face à une indifférence globale. Sandrine Rondard rend hommage à une nature condamnée à être réifiée dans les musées et que ses enfants chamanes se réapproprient avec leurs masques ornés d’animaux totems.

Lucie le soir, 2017, huile sur toile

Ils sont en osmose avec une nature que l’homme s’évertue à tout prix à maîtriser et à contrôler par orgueil. On retrouve le souvenir du motif du maître des animaux mésopotamien transposé ici avec cette jeune chamane qui dialogue avec une nature généreuse. On retrouve une harmonie fantasmée où les enfants sont la clé et les gardiens de ce monde en danger. Il suffit de changer de point de vue pour y accéder.

Stéphanie Pioda

http://sandrinerondard.wixsite.com/sandrinerondard

 

Articles liés

Direction La Scala pour le Festival international Chopin !
Agenda
28 vues
Agenda
28 vues

Direction La Scala pour le Festival international Chopin !

« J’ai le désir, peut-être trop audacieux mais noble, de créer un monde nouveau » Chopin La Scala Paris fait feu de tout bois. La renaissance de ce lieu emblématique s’accompagne d’un double festival avec certains des plus valeureux...

Rachmaninov et la musique russe à l’honneur à La Scala !
Agenda
30 vues
Agenda
30 vues

Rachmaninov et la musique russe à l’honneur à La Scala !

« La musique suffit pour une existence mais une existence ne suffit pas à la musique » Rachmaninov Découvrez le romantisme de Rachmaninov et l’école russe en compagnie d’une nouvelle génération de pianistes. mercredi 27 mars à 18h30 :...

Découvrez la “Nature” de Cécile Andrée au Sunside !
Agenda
30 vues
Agenda
30 vues

Découvrez la “Nature” de Cécile Andrée au Sunside !

« Ce qui m’intéresse, c’est d’aller chercher des émotions. D’exprimer des sensations avec une économie de mots » confie Cécile Andrée. Un besoin de revenir au coeur des êtres et des choses, de se laisser guider par ce qui compte vraiment pour elle :...