0 Shares 655 Views

Imane Ayissi, la haute couture venue d’ici et d’ailleurs

© Getty images/S. de Sakutin

Son père est boxeur, sa mère mannequin, Imane Ayissi a ainsi une compréhension spéciale du corps et de l’esthétique. Il a plusieurs carrières entremêlées, mannequin, danseur, écrivain… Mais aujourd’hui c’est essentiellement en tant que créateur styliste qu’on le connaît.

Imane Ayissi arrive en France en 1992. Il est alors danseur intègre, avec une belle carrière derrière lui : Ballet national du Cameroun, collaboration avec Patrick Dupond, avec Yannick Noah, vidéos-clips… De surcroît, le jeune homme est mannequin, et défile pour les plus grands tels que Yves Saint Laurent, Dior ou Givenchy. Même si sa passion pour la mode est présente depuis l’adolescence (notamment de par sa mère), c’est en arrivant à Paris qu’Imane s’y investit. De la haute couture, et du prêt-à-porter, Imane fait plusieurs fashion weeks, et présente son travail à Rome, à São Paulo, ou à Dakar pour ne citer que quelques villes.

Robe en coton bio et Faso dan Fani du Burkina Faso © Fabrice photo

Le styliste tient à montrer le savoir-faire africain, surtout au niveau des textiles. Une mise en avant des étoffes artisanales : Tie and Dye teint au Cameroun, Faso dan Fani du Burkina Faso, Kenté du Ghana, Manjak du Sénégal, tissages traditionnels de l’ethnie Akan… Et surtout, le créateur s’est fait un point d’honneur à ne jamais utiliser le wax, ce tissu colonial à laquelle l’Afrique subsaharienne est sans cesse réduite. L’Afrique a assez de richesses sans que l’on ai à s’encombrer de tissus que l’on nous a importé, « tout le monde s’inspire de l’Afrique, il est temps de faire avec les Africains ».

African luxury © Fabrice photo

En 2020, Imane Ayissi est le premier ressortissant subsaharien à présenter sa collection durant la Fashion Week à Paris. C’est un événement inédit dans le monde de la mode, et particulièrement important pour le créateur qui considère la France comme son deuxième pays, son pays d’accueil. Sa collection s’appelle Akouma (“richesse” en langue Béti du Cameroun) et met donc en valeur la richesse et les trésors du textile africain.

Manteau en Kente du Ghana, coton, satin et Fia de Madagascar
© Fabrice photo

La question d’environnement et d’écologie est importante pour Imane Ayissi, de ce fait, le créateur utilise principalement des matières et teintures naturelles, cuirs végétaux et cotons bio. L’artisanal et le naturel sont au final, les points les plus importants de la conception des collections Imane Ayissi.

Soraya Assae Evezo’o

Articles liés

Coco : “J’aime laisser le public dans la recherche et dans l’interrogation”
Agenda
234 vues

Coco : “J’aime laisser le public dans la recherche et dans l’interrogation”

Auparavant cadre dans un milieu éloigné de l’art, Karima Guemar, alias Coco, s’est tournée vers l’art abstrait suite à une remise en question professionnelle. Pouvez-vous vous présenter et exposer votre parcours ? Je suis Karima Guemar, alias Coco, et...

Alice Leloup : “La danse classique est une lutte contre la gravité.”
Spectacle
147 vues

Alice Leloup : “La danse classique est une lutte contre la gravité.”

Entretien avec une danseuse de l’Opéra de Bordeaux. Elle nous partage sa découverte de la danse contemporaine, sa vision de danseuse classique, ainsi que le quotidien confiné d’un danseur. Comment as-tu découvert la danse ? Ça a commencé très tôt,...

Le MaMA Festival & Convention 2020 : l’annonce des premiers artistes !
Agenda
131 vues

Le MaMA Festival & Convention 2020 : l’annonce des premiers artistes !

Comment imaginer, projeter, programmer, construire un festival dans un monde à l’arrêt ? Sacré challenge en ces temps bouleversés… Et pourtant, il n’a jamais été autant question du besoin de se retrouver, de partager, d’échanger sur nos métiers, leurs...