0 Shares 471 Views

Jean-Baptiste Perrot

n1032377880_104009_4746

Jean-Baptiste Perrot navigue entre son atelier de Montreuil et son appartement à paris. Son salon est le refuge de ses œuvres : elles sont accrochées au mur ou encore enroulées dans des protège-documents, ses productions partagent sa vie au quotidien.

 

Aujourd’hui artiste accompli de 37 ans, sa jeunesse ne laissait guère supposer qu’il s’incrirait dans le cercle très fermé des prosélytes de l’art moderne.

 

Né en Normandie, il découvre Paris à seulement l’âge de 25 ans, lors de son service militaire. Un de ses amis l’emmène parfois se divertir admirer quelques galeries et c’est à travers ces visites furtives que Jean-Baptiste Perrot découvre sa vocation. Lui aussi est sensible à des flashs esthétiques et des délires visuels, lui aussi se sent empreint d’une connexion de pensée et de pratique qui peut se traduire par de l’art.

 

Devenu cadre consultant en informatique à 28 ans, il vit dans une petite pièce où il commence à bricoler : travaillant à la récupération d’objets, le jeune homme achète quelques tubes de peinture… Cette créativité en pleine expansion devient une échappatoire à son autre vie trop rationnelle.

 

equilibre

Autodidacte, ses premiers contacts avec l’art sont spontanés. De même qu’il n’a qu’une culture instinctive du milieu, Jean-Baptiste Perrot adopte sa création à sa propre pratique. Le support de ses premières toiles est un simple carton plume, son pinceau est alors une canette de soda, percée et remplie de peinture, qui accrochée par un fil se dévide docilement.

 

Quelques mois après ses premières ébauches, il montre sa modeste collection à ses proches et sur de chaleureuses recommandations, présente son dossier à un centre culturel de Paris. Sa carrière est lancée : il obtient un Prix du Jury en 2002, puis un Prix du Public en 2004. C’est à cette époque qu’il rencontre Nicolas Laugero – actuel Président d’Artistik Rezo – qui, charmé par le créateur, l’assure de son vif soutien.

 

TRACES de FAMILLE

traces

Depuis fin 2007, Jean-Baptiste Perrot se consacre uniquement à son travail d’artiste et profite de ce temps plein pour se nourrir de conférences, d’expositions et de lectures qui démultiplient sa création.

 

Equilibre, Traces de Famille, Schémas Directeurs, Echangeurs et Accident, les séries du plasticien sont toutes à contempler avec un sage discernement. Au-delà des supports saisissants comme les tôles d’acier et l’assemblage de perles de verre, au-delà de la pureté des lignes et des rematérialisations spectaculaires de la réalité se cachent métaphores subtiles et pensées complexes.

 

ECHANGEURS

echangeurs

Chaque œuvre cherche en fait à décrypter une prise de décision. Agit-on selon notre propre autonomie ou suivant des contraintes ? Où commence le déterminisme ? Qu’est-ce qui fait l’homme ? Est-ce bien le réel dans toutes ses sophistications que l’on capture si facilement avec un simple appareil photo ? Des réflexions quasi philosophiques que le plasticien concrétise à l’aide de ses projets artistiques.

 

Jean-Baptiste Perrot s’attarde à décortiquer les choses, il les déshabille tout en les personnifiant avec brio pour tenter de nous faire pénétrer sa vision du monde.

 

ACCIDENT

accident

Quelles sont vos racines, réelles ou imaginaires ?

Mes racines imaginaires, je ne pense pas en avoir. Mes racines réelles, ce que j’ai vécu jusqu’à ce jour.

 

En quoi aimeriez-vous vous réincarner ?

Je ne sais pas répondre à l’idée même de réincarnation. Pour moi, la vie après la mort ne se réalise qu’au travers des influences, et des incidences de nos actions lors de notre passage sur Terre et qui perdurent après notre mort.

 

 

Quelle partie de l’être ou du corps vous fascine le plus ?

Le tout, c’est l’assemblage de l’ensemble des parties de l’être ou du corps qui donne un équilibre et qui provoque une fascination chez moi.

 

Avez-vous une phrase fétiche ?

“Chaque artiste, en tant que créateur, doit exprimer ce qui lui est propre […] et, en tant que fils de son époque, est tenu d’exprimer l’esprit de son époque”. Kandinsky

 

 

Quels artistes aimez-vous ?

Gerhard Richter avec un tableau en particulier a été une véritable révélation, sa capacité à mêler abstraction pure et hyper-réalisme me laisse admiratif. J’apprécie aussi le travail de Xavier Veilhan, Kader Attia, Didier Marcel (exposé actuellement à La Force de L’Art 02) ou Vim Delvoye qui sont plutôt des artistes “à installations” : leurs oeuvres dépassent le cadre d’un tableau.

 

 

L’exposition de Jean-Baptiste Perrot, ECHANGEURS

se déroulera du 13 au 30 Mai 2009

au Lavoir Moderne Parisien

35, rue Léon

75018 Paris

Articles liés

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers
Agenda
24 vues
Agenda
24 vues

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers

Avec un sens aigu de l’épure, Michel Cerda fait résonner toute la singularité de la langue de John Millington Synge dans cette fable à la cruauté savamment grinçante… Martin et Mary vivent dans la douceur, au croisement des routes. Ils sont pauvres, laids,...

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque
Cinéma
242 vues
Cinéma
242 vues

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque

La Cinémathèque Française rend hommage à ce grand réalisateur, à l’occasion du dixième anniversaire de sa disparition. Une exposition fort intéressante, à la croisée des cultures orientales et occidentales. Nous sommes au Musée du Cinéma, au premier étage de la Cinémathèque Française. Un...

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »
Cinéma
400 vues
Cinéma
400 vues

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »

À l’occasion de la sortie de son documentaire, « What you donna do when the world’s on fire ? », une plongée dans le quotidien brutal d’une communauté noire du Sud des États-Unis, le réalisateur Roberto Minervini et Judy Hill, la protagoniste principale, ont...