0 Shares 280 Views

L’art de l’image fixe

15 décembre 2008
280 Vues
mcqueen_large

Le rapport au cinéma est prégnant dans l’œuvre de l’artiste anglais à la renommée internationale : lauréat du Turner Prize en 1999, il battra pavillon anglais à la prochaine Biennale de Venise. Cinq ans après sont exposition « Speaking in Tongues » au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, et au moment même de la sortie en France de Hunger, Steve McQueen présente à la galerie Marian Goodman trois œuvres dans lesquelles il prolonge, par le biais d’une pratique plasticienne, sa réflexion sur le cinéma, dont il contredit, dans une esthétique minimaliste et non-narrative, la caractéristique de « motion pictures ».Rayners Lane (2008), filmé en 16 mm (qui donne à l’image, par ses imperfections, une épaisseur que n’a pas la vidéo) est un plan fixe de dix minutes sur un mur de brique. Rien ne paraît sur le mur ainsi dédoublé de la galerie, nul accident ne vient perturber l’image, nul mouvement ni son ne sont perceptibles, hormis ceux de la pellicule qui défile dans le projecteur. Dans un retour ontologique sur lui-même, le cinéma, ici, est réduit à son essence technique, mécanique, et n’est plus, littéralement, cette « fenêtre ouverte sur le monde » qui succéda à la peinture.Plus loin, dans les sous-sols voutés de la galerie Marian Goodman où il semble que le passage vers un autre monde soit possible, le film Running Thunder (2007) prolonge la réflexion en abordant le thème du vivant et de la mort. Toujours en plan fixe, il montre un cheval étendu dans un champ verdoyant. Seuls les insectes rôdant autour de l’animal et les clignements de ses grands yeux fixant la caméra indiquent le mouvement, tandis que la lumière palpite à la surface de son pelage noir. Le temps, la mort et son imperceptible avancée sont ici à l’œuvre, à l’abri du monde et de ses passions.À proximité, une projection de diapositives, Current (1999), donne à voir dans un fondu enchaîné sans bande-son la lente immersion d’une bicyclette dans les eaux bleues d’une rivière. Peu à peu l’image passe du figuratif à l’abstrait, de la vie à la mort, du bruit au silence. Cut.

Articles liés

L’ordre des choses – Théâtre de la Michodière
Agenda
32 vues
Agenda
32 vues

L’ordre des choses – Théâtre de la Michodière

A soixante ans Bernard Hubert s’est enfin fixé et vit le parfait amour avec Juliette qui a plus de vingt ans de moins que lui. Bernard Hubert et Juliette sa jeune compagne voient débarquer, Thomas, un séduisant trentenaire qui...

Sébastien Giray – Un bonheur acide !
Agenda
29 vues
Agenda
29 vues

Sébastien Giray – Un bonheur acide !

Dans ce nouveau spectacle d’humour musical, Sébastien Giray s’acharne à « trouver le bonheur » ! Malgré les coups portés par le quotidien, il élabore une stratégie toute personnelle… Textes percutants et incisifs, chansons drôlissimes, il propose un one-musical subversif...

« Quelque part dans le désert » – Ron Amir – Musée d’Art Moderne
Agenda
33 vues
Agenda
33 vues

« Quelque part dans le désert » – Ron Amir – Musée d’Art Moderne

Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris accueille, du 14 septembre au 2 décembre, l’exposition « Quelque part dans le désert » du photographe israélien Ron Amir présentée au Musée d’Israël à Jérusalem en 2016. Composée de...