0 Shares 797 Views

L’artiste wildtrophychild ouvre sa boutique en ligne pour les fêtes

17 novembre 2020
797 Vues

Tous droits réservés - © @wtc_du_turfu

Wildtrophychild est une jeune artiste parisienne polyvalente et talentueuse qui officie à travers plusieurs médiums. Lancée sur les réseaux sociaux et découverte sur la plateforme Instagram, elle aurait dû exposer au POPUP! à Paris, de mi-novembre jusqu’aux fêtes de fin d’année, afin de proposer son travail à la vente.

En raison des conditions sanitaires actuelles, l’exposition physique n’aura pas lieu mais fidèle à elle-même et à sa communauté, l’artiste a créé une boutique en ligne  à son image : colorée et éclectique.

En effet, wildtrophychild c’est un univers coloré et arborescent qui offre une vision idéalisée de l’urbanisme et des paysages qui nous entourent, à travers le regard de l’artiste. En l’occurence celui de Caroline Bassagal, qui tient le pinceau ou l’objectif de son Pentax lorsqu’elle réalise ses toiles et ses photos.

Au contact de la création depuis son plus jeune âge, wildtrophychild revient avec émotion sur son premier déclic artistique qui traduit pour elle la direction de sa démarche créative dans sa globalité. Ce déclic a eu lieu lors d’une rétrospective de l’artiste Yayoi Kusama au Centre Pompidou en 2012. C’était la première fois qu’elle découvrait le travail de l’artiste japonaise. Touchée par l’explosion de couleurs et la simplicité percutante des lignes, elle s’en inspirera afin d’entrer elle-même dans un processus de recherche et trouver son identité artistique. Un processus qui durera quelques années, jusqu’en 2017 où elle trouve enfin une identité visuelle et un univers qui lui sont propres. Aujourd’hui, en 2020, son identité est reconnaissable et unique.

Tous droits réservés – © @wtc_du_turfu

Jeune architecte de l’Etat et ingénieur en bâtiment récemment diplômée, elle nous raconte que son processus créatif est surtout l’expression des différents milieux dans lesquels elle évolue. Durant toute sa formation en architecture et en ingénierie, elle retrace avec passion le temps consacré à observer l’urbanisme qui l’entoure, les gens, la rue, et nous invite dans ses créations à regarder les murs, sujet d’un premier projet marquant réalisé en 2017 : #regardelesmurs. Dans le cadre de ce projet de street art, elle a d’abord posé des collages sur les murs de Paris, puis en province et lors de ses voyages en Corée ou au Canada notamment.

Tous droits réservés @wtc_du_turfu

Cependant, c’est par la pratique du tatouage qu’elle se fait connaître en 2017. En effet, restée dans l’anonymat par volonté à travers la pratique du street art, elle s’affiche depuis peu par de nouveaux médiums comme le tatouage, en ayant un contact direct avec les gens, et plus récemment aussi grâce à la peinture, en développant des collections par thématique qu’elle désire exposer. La dernière collection en date est un travail coloré avec de grands formats sur le thème de la Californie, à retrouver prochainement lors de sa vente en ligne.

Tous droits réservés, © @wtc_du_turfu

Pleine de surprise, elle nous déclare que cette boutique en ligne se veut accessible à tous, autour de plusieurs créations. Elle sera également évolutive puisque réapprovisionnée jusqu’à la période des fêtes. Vous pourrez donc aussi bien y retrouver des toiles grand format, que de la céramique ou encore des dessins, le tout signé par la talentueuse wildtrophychild.
La boutique éphémère en ligne est à retrouver ici ou à suivre sur son compte Instagram professionnel.

Propos recueillis par Emma Labruyere

Articles liés

Léa David, directrice de salle de cinéma : “La phase de colère est passée, je suis juste déçue”
Cinéma
44 vues

Léa David, directrice de salle de cinéma : “La phase de colère est passée, je suis juste déçue”

Gérante d’une salle de cinéma à Clermont dans l’Oise, Léa DAVID a 24 ans et nous explique aujourd’hui les tenants et aboutissants d’un métier qui a du mal à survivre au COVID19.  Bonjour Léa, peux-tu nous expliquer ton parcours...

Marine Laclotte : « L’animation prend tout son sens lorsqu’elle sert le réel »
Cinéma
48 vues

Marine Laclotte : « L’animation prend tout son sens lorsqu’elle sert le réel »

Rencontre avec la lauréate du Prix du Jury de la compétition internationale « Les Regards de l’ICART ». Marine Laclotte, jeune réalisatrice, revient sur son film « Folie Douce, Folie Dure », un documentaire animé qui nous plonge dans le quotidien d’un hôpital...

Rencontre avec Paul et Mus, le duo du groupe Fantomes pour leur nouvel album IT’S OK
Musique
55 vues

Rencontre avec Paul et Mus, le duo du groupe Fantomes pour leur nouvel album IT’S OK

Fantomes, c’est un duo qui naît autour de l’amour des vieux amplis et des riffs de guitare bien gras, un duo qui se fiche des tendances musicales, qui joue surtout pour se sentir vivant. Après un premier EP éponyme...