0 Shares 1868 Views

LE MONDE MERVEILLEUX DE L’ARIOSTE AU LOUVRE

23 mars 2009
1868 Vues
arioste

 

Après « La Jérusalem délivrée du Tasse », l’exposition sur l’Arioste propose de poursuivre la réflexion engagée sur les grandes œuvres littéraires qui ont inspiré les arts. Riche de près de 40 000 vers, le Roland Furieux est, pour sûr, l’œuvre d’une vie. Epopée endiablée, entre roman et poésie, il marqua la production artistique du XVIe siècle au XIXe siècle. Le Louvre nous invite à replonger dans cet univers fantastique.

 

Ludovico Ariosto, écrivain et homme de cour au service des princes d’Este, publie en 1516 à Ferrare la première édition du Roland furieux. Succès incontestable dès sa parution. Du vivant de l’Arioste, le poème est réédité sept fois. L’histoire ? Celle d’Angélique, reine de Chine, sur fond de lutte entre Chrétiens et Sarrasins. Le chevalier Roland, séduit par sa grande beauté, décide de l’emmener en France. Enlevée par des pirates et attachée à un rocher dans un endroit désert habité par un monstre affamé, elle est délivrée par un courageux chevalier, Roger, monté sur l’hippogriffe, moitié cheval, moitié oiseau de proie. Angélique rencontre par la suite un soldat sarrasin blessé, Médor, qu’elle soigne et finira par épouser. Lorsque Roland découvre leur amour, il devient fou furieux et part alors pour la guerre où il accomplit de nombreux exploits.

 

Avec sa cohorte de chevaliers errants, d’animaux fabuleux et de mages exubérants, l’œuvre fut une source d’inspiration inépuisable pour les artistes. Un certain nombre de scènes qui avaient la faveur du public et des artistes devinrent même iconiques, à l’instar de la belle Angélique, captive du dragon.

 

L’exposition est courte : seulement deux salles, l’une consacrée à la Renaissance, l’autre au XIXe siècle français. Elle comprend une quarantaine de dessins signés Pisanello, Abraham Bloemaert, Jean-Honoré Fragonard ou Gustave Doré, quatre peintures et une sculpture. Un aperçu peut-être trop bref pour traduire la complexité de l’œuvre et de l’étendue des inspirations qu’elle a suscitées. A noter que cette exposition s’accompagne d’une série de programmations, conférences, spectacles de marionnettes et autres concerts à découvrir au Louvre jusqu’au 1er avril.

 

Marion Cherin.

 

 

Du 26 février au 18 mai 2009

Tous les jours, sauf le mardi, de 9h à 18h

Tarifs : 9€ / 6€

01.40.20.50.50

 

Musée du Louvre, Aile Denon

34 quai du Louvre, 75001 Paris

Accès métro : Palais-Royal/musée du Louvre

Articles liés

ColorsxStudio : une seconde édition à l’espace Niemeyer
Musique
95 vues

ColorsxStudio : une seconde édition à l’espace Niemeyer

Après une inauguration du festival en novembre 2021 dans un lieu tenu secret près de République, le studio Berlinois Colors s’est de nouveau installé à Paris du 28 novembre au 2 décembre 2022 au sein de l’espace Niemeyer dans...

“Les Yeux Fermés…” du chorégraphe Mickaël Le Mer : quand le hip hop rencontre Pierre Soulages
Agenda
84 vues

“Les Yeux Fermés…” du chorégraphe Mickaël Le Mer : quand le hip hop rencontre Pierre Soulages

Dans Les Yeux Fermés…, le chorégraphe Mickaël Le Mer s’inspire du grand peintre Pierre Soulages pour imaginer une quête poétique et lumineuse. S’inspirer du grand peintre Pierre Soulages pour imaginer une quête poétique, dansée et lumineuse. C’est en découvrant un...

Ne manquez pas Skullcrusher au POPUP! le 8 février !
Agenda
82 vues

Ne manquez pas Skullcrusher au POPUP! le 8 février !

Skullcrusher, alias pour Helen Ballentine, se prépare à sortir son tout premier album, “Quiet The Room” où la voix rauque de Ballentine se posera délicatement sur un son ambient, folk à la rencontre du shoegazing. Au travers de 14...