0 Shares 517 Views

Les photos d’Ursula Schulz-Dornburg s’affichent à la gare de Lyon

29 novembre 2019
517 Vues

Dans le cadre de sa politique culturelle menée depuis dix ans, SNCF Gares & Connexions expose sur l’esplanade de la gare de Lyon les images d’Ursula Schulz-Dornburg, en partenariat avec la Maison Européenne de la Photographie (MEP) qui lui consacre une première rétrospective en France.


Depuis plus de 50 ans, cette photographe allemande explore la relation entre l’environnement bâti et le paysage, s’intéressant a la manière dont le temps, le pouvoir, les conflits, le déclin, perturbent et transforment le paysage. Par la grande rigueur formelle et le systématisme de sa pratique, son œuvre photographique tient tout autant de la méthodologie documentaire que de l’art conceptuel.
Conçue comme un prolongement de la rétrospective de la Maison Européenne de la Photographie, l’exposition en Gare de Lyon présente une vingtaine d’images inédites issues de deux séries emblématiques qui traitent du mouvement, du déplacement, du transport et de l’attente.

Transit Sites (sites de transit), Arménie (1997-2011) est consacrée aux arrêts de bus délabrés datant de l’ère soviétique, en Arménie. Toujours placés au centre de l’image, ces arrêts semblent détachés de leur environnement, figurant des architectures improbables aux allures de sculptures. Parfois, des passagers en transit apparaissent dans l’image, la photographe cadre leurs corps affrontés à l’inclémence des structures qui les abritent.

Fishmongers (Poisssoniers), Lac Sevan, Arménie (1998) est dédiée aux pêcheurs du lac Sevan, en Arménie également. Parcourant une soixantaine de kilomètres sur des Side-car, les pêcheurs ramènent le poisson frais du lac vers la capitale Yerevan. De ces engins qui bourdonnent et chaotent, il reste des images silencieuses qui témoignent de l’immensité du paysage.

A la Maison européenne de la Photographie, à Paris, ce sont près de 300 images qui sont montrées dans le cadre d’une exposition intitulée « Ursula Schulz-Dornburg : Zone Grise – The Land in Between ». Depuis la fin des années 60, Ursula Schulz-Dornburg n’a cessé de documenter toutes les traces laissées par l’homme dans les nombreux territoires qu’elle a traversés : l’Arménie, la Géorgie, l’Iran, l’Iraq, le Laos, l’Arabie saoudite, la Turquie, le Yémen… Son travail, inscrit à la fois dans une réflexion historique et en prise avec l’actualité, soulève la question de la responsabilité individuelle et collective quant aux impacts de l’activité humaine sur les territoires.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

La danse et les livres à offrir pour les fêtes : trois œuvres majeures
Spectacle
37 vues

La danse et les livres à offrir pour les fêtes : trois œuvres majeures

Trois livres, trois surprises, trois idées cadeau de poids : de quoi vous changer le regard sur la danse basque, sur la chorégraphe québecoise Marie Chouinard ou encore sur l’histoire de la danse à Paris. Des photos magnifiques, un...

Nina Wu – Un film de Midi  Z
Agenda
29 vues

Nina Wu – Un film de Midi Z

Nina a quitté sa famille et sa ville de province depuis 8 ans, pour s’installer à Taipei dans l’espoir de faire une carrière d’actrice. Elle n’a jusque là tourné que quelques courts-métrages et des publicités. Elle complète ses revenus en...

Les Carnets de Harry Haller – au Théâtre du Roi René
Agenda
20 vues

Les Carnets de Harry Haller – au Théâtre du Roi René

Un road movie passionnant dans une obscurité lumineuse. Ils font le récit d’une libération, confiée par le loup des steppes à son journal intime. La libération progressive de Harry, de ses habitudes d’enfermement et de vie « petite bourgeoise...