0 Shares 891 Views

Logan Hicks, portrait d’un peintre à l’œil de photographe

Logan Hicks vit et travaille à New York ; connu pour ses images photoréalistes réalisées au pochoir, il utilise de nombreuses couches pour leur réalisation.

Au début des années 1990, il étudie à l’Institut d’Art Contemporain du Maryland et devient sérigraphe, avant de se tourner vers le pochoir. C’est lors d’une soirée donnée dans son entrepôt de Baltimore que Hicks se lie d’amitié avec Shepard Fairey. Ce dernier lui donne l’envie de partir pour Los Angeles et d’intégrer le mouvement Low Brow des années 1990 tout en recentrant son travail sur le pochoir. C’est en 2006 qu’il regagne Brooklyn pour se focaliser sur son art…

Son travail est axé sur sa perception de l’environnement urbain : parfois en humanisant des structures et angles architecturaux, et d’autres fois, en jouant de leur immensité pour explorer les thèmes de l’identité, la crainte et la solitude. Fasciné par l’architecture, Logan Hicks est expert pour transformer une vue d’architecture ordinaire en une image hautement métaphorique et contemplative.

Au cours des dernières années, l’artiste a su développer son propre langage métaphorique et créer des images oniriques qui explorent sa propre perception de la vie, la mort, la lutte et la soumission.

Hicks transforme en studio ses propres photographies, par la décomposition des différents niveaux de lumière, qu’il manie avec la virtuosité d’un maitre ancien. Il a construit son style photoréaliste impeccable en utilisant la technique du pochoir, parfois en superposant jusqu’à 15 couches pour atteindre cette précision audacieuse qu’on lui connait. Les images de l’artiste sont tour à tour sombres, vibrantes, énigmatiques, grâce à son intelligence de la couleur et son contrôle méticuleux de la bombe aérosol.

La maîtrise de Hicks lui vaut respect et admiration dans le monde entier et a donné à l’artiste l’occasion de réaliser des œuvres sur des murs permanents à Miami, Baltimore, New York, Istanbul, Amsterdam, Paris, en Tunisie, etc. En 2016, il a été choisi comme l’artiste phare pour le Mur Bowey, historique à New York, peint pour la première fois en 1982 par Keith HARING. Sa fresque de 21 mètres de large par 6 mètres de haut est intitulée « Story of my life ».

Logan-Hicks-story-of-my-life

Logan Hicks investira le MUR d’Oberkampf le 1er juin, et enchaînera avec le lancement d’un nouveau print, à la galerie Litho.Online, au 21 rue Véron, 75018 Paris, le dimanche 2 juin.

[Source : dossier de presse]

Articles liés

Afaina de Jong : virée entre art et architecture
Art
265 vues
Art
265 vues

Afaina de Jong : virée entre art et architecture

L’architecte néerlandaise Afaina de Jong et son studio AFARAI travaillent sur les connexions entre les gens et les mouvements culturels traditionnellement peu représentés par l’architecture dans un contexte de villes en mutation où chacun a un rôle à jouer....

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel
Agenda
182 vues
Agenda
182 vues

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel

Une soirée organisé par “la Galerie”. Sous l’impulsion de son directeur artistique Gwenaël Billaud, la Galerie a su depuis imposer un nouveau concept de soirées investies par l’art moderne et contemporain, dans le cadre desquelles participent performeurs, artistes, DJs,...

René Urtreger Trio au Sunset Sunside
Agenda
55 vues
Agenda
55 vues

René Urtreger Trio au Sunset Sunside

Dans le petit monde du jazz, on l’appelle parfois le « roi René ». Comme en écho lointain de ce comte de Provence du XIVe siècle qui préférait les arts florissants des lettres et la compagnie des gens d’esprit...