0 Shares 661 Views

Pantonio – interview

panto

Pantonio – Exodus

Jusqu’au 20 mars 2014
Du mercredi au samedi de 14h à 19h

Galerie Itinerrance
7, rue René Goscinny
75013 Paris
M° Bibliothèque François Mitterrand

www.itinerrance.fr

Pantonio - interviewLapins, poissons, tortues… Les créatures élégantes, insaisissables et jaillissantes de Pantonio naviguent de la rue aux toiles. Rencontre.

Vous avez beaucoup créé dans la rue.
Qu’est-ce qui vous intéressait dans ce type de travail ?

J’ai commencé par un travail d’intervention très direct dans la rue. La rue permet de jouer beaucoup avec les lieux, les espaces… L’humour était très important dans ma démarche. Mais il s’agit aussi de respecter ce qui existe. C’est nécessaire de ne pas craindre de prendre son propre espace, mais dans le respect. Je passe rarement plus de quelques jours à peindre quelque chose dans la rue, mais cela reste ensuite beaucoup plus longtemps pour les habitants du lieu !

Pantonio - interviewPourquoi ce bestiaire, que vous avez décliné dans la rue aussi bien que sur toile ?

Ces animaux prennent de plus en plus de place. Ils représentent des personnes. Je choisis des espèces que j’aime : tortues, baleines… La baleine est un voyageur lent, calme, tranquille, après toute cette folie incarnée par la population des lapins ! Elle porte un message pacifique, positif. Il y a une forme de Ying et de Yang, d’équilibre entre des énergies contraires quand je choisis de faire coexister des animaux aussi différents. Les animaux sont une bonne image de la violence de la société.

Pantonio - interviewMais en quoi ?

Nous sommes tous connectés. Comme artiste, je suis un produit de la société. Je me sens petit. Je sais que je ne peux pas changer grand-chose à ce monde délirant. Il y a des révolutions, des exodes, une confusion générale. C’est dans cette confusion que je travaille. Je suis quelqu’un de très facilement négatif et noir. Je viens de l’archipel des Açores. Et je suis moi-même une île fermée. Mais j’ai appris à changer, à apprendre à m’offrir moi-même au monde. A comprendre que j’étais aussi un lapin parmi la foule des autres…

D’où vient ce bleu et noir qui est un peu devenu votre signature ?

J’espère que, malgré tout, ce n’est pas une signature, j’espère changer… Je me suis rendu compte tardivement que ces couleurs rappelaient celles de mon île… Il y a là-bas beaucoup de rocs très noirs, le bleu de la mer et une lumière très présente. Mais je ne veux pas m’enfermer dans un sujet, une couleur. J’ai envie d’aller vers d’autres couleurs, chaudes, froides… L’élasticité mentale est nécessaire.

Sophie Pujas

[Visuels : Courtesy de la Galerie Itinerrance ©Pantonio ; Pantonio à la Tour 13 ©Emmanuel FMR ]

Articles liés

The Dark Master – Théâtre de Gennevilliers
Agenda
23 vues
Agenda
23 vues

The Dark Master – Théâtre de Gennevilliers

Avec pour décor un restaurant d’Osaka, la rencontre entre un jeune homme perdu et un chef cuisinier talentueux prend une tournure étrange, comme si Kurô Tanino souhaitait nous prévenir de ne pas toujours se fier aux apparences. Osaka. Un...

Laurent De Wilde : New Monk Trio – Sunset Sunside
Agenda
22 vues
Agenda
22 vues

Laurent De Wilde : New Monk Trio – Sunset Sunside

On se souvient toujours de son projet acoustique autour de Monk salué unanimement par la presse et le public. Après une décennie consacrée à la découverte de nouveaux sons, Laurent de Wilde se recentre enfin sur la grande tradition...

Cuisine et confessions – Bobino
Agenda
28 vues
Agenda
28 vues

Cuisine et confessions – Bobino

La Cuisine. Mémoire ancestrale. Recette transmise de génération en génération. Une mémoire profondément ancrée dans l’inconscient, que seuls certains goûts et odeurs particuliers peuvent faire renaître. Nos souvenirs sont autant d’ingrédients de notre histoire. Goût d’enfance, brise estivale, saveur...